chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Exocrine - Unreal Existence

Chronique

Exocrine Unreal Existence
Aujourd'hui plus que jamais, le coup de pioche a le vent en poupe. À l'heure de l'exploration numérique, tous se sont mis en tête de trouver les expériences ultimes et absolues. Nouvelle ère du Far West où la Ruée vers l'Or s'est muée en Ruée vers la Culture. Et chacun d'aller dans son coin, ou bien de s'engouffrer dans des mines déjà bondées de curieux qui ont peur de s'aventurer seuls. Tout ce peuple qui se retrouve ensuite, sur l'agora du forum ou sur la place publique où tout le monde commente à tout va, pour présenter ses pépites.
On en rencontre certains, peut-être moins experts, qui s'entêtent à présenter mille fois ce que tant d'autres avant eux ont déjà décortiqué. D'autres qui, à côté, s'épuisent à prouver que leur caillou est exceptionnel, en tentant de présenter des détails insignifiants, afin de montrer qu'eux aussi ils sont des découvreurs.
Certains ne savent pas forcément que tout ce brille n'est pas or.
Dans cette quête forcenée, il serait toutefois dommage de laisser de côté quelques jolies trouvailles sous prétexte qu'on n'est pas sur la rareté unique. C'est que la beauté réside dans l’œil de l'observateur.

Et c'est ainsi qu'aux détours de conversations de mineurs au repos, on entend le nom d'un minerai de métal mort, celui de « Exocrine ».

On m'a conseillé de m'y intéresser alors que je parlais de Carcariass, de Symbyosis, de Kalisia ou de Gorod, en me disant : « Tu verras, j'ai découvert avec leur deuxième disque, mais le premier, c'est une autre histoire. »

Aux premiers instants où j'ai posé mes mains dessus, j'étais content. C'est un groupe qui, dès le départ, n'a pas le temps de niaiser : globalement, on a un son percutant directement présenté par le premier morceau, « The Cycle Form ». Avec une batterie qui martèle bien et dont j'apprécie la caisse claire qui fracasse le tempo, on sent qu'on va avoir mal à la nuque. Mais ce qui m'attire surtout, ce sont ces guitares qui dialoguent, et je trouve ça très important dans un genre où on met un point d'honneur sur la technique.
Sur l'ensemble des morceaux, le duo de gratteux va puiser dans tout ce que le genre a pu faire pour proposer une grande palette de mélodies. Outre un traitement sonore à la Vermingod notamment perceptible dans « World in Fire », on se retrouve avec un riffing tout particulier dans le départ de « The Blood for a Crown ». Cette diversité conduit même à quelques excentricités de la scène Tech Death moderne et Deathcore, avec ces notes aiguës et criardes qu'on entend dans « Medusas's Embrace » notamment. Le tout étant mené, sous une production qui fait honneur à la qualité de chaque musicien, d'une manière très « straight forward » : très peu de couplets et de refrains, on conduit tout droit, et on se laisse surprendre par certains chemins empruntés.

Un tel choix d'itinéraire sans retour permet de bien belles surprises. Ce que j'apprécie particulièrement ici, et qui m'a donné envie de parler de cet album et de le défendre, ce sont les changements de rythme. Que ce soient les breaks, comme celui post solo du premier morceau qui est délicieux, ou simplement les différentes vitesses de jeu au sein des morceaux, par exemple dans « The Last Council », c'est typiquement quelque chose qui nous fait sentir qu'on va avoir droit à quelque chose d'aéré et riche : on peut prendre « Parasite » comme autre exemple pour remarquer cette ouverture, avec un côté Brutal Tech dans les riffs et leur utilisation, contré derrière par autre chose dont je vous laisse découvrir la teneur !
S'il y a une thématique globale ici, c'est bien la notion de « contrebalance ». Il faut dire que le groupe s'inspire d'un tas de groupes et d'époques, et ces références deviennent évidentes sur le double titre « Voynich Manuscript ». On reste sur un terrain connu, puisque l'album a su instaurer un petit rythme à base de blast beats et de breaks, puis on se prend une grosse rupture pour un côté Jazz, non sans rappeler Cynic – et dont ils ont fait la reprise du cultissime « Celestial Voyage ». Malgré tout, cette dissonance reste réfléchie puisque leurs références brassent aussi bien la modernité (on y note même un peu de Krimh dans certains riffs qui font un poil Djent) que le Death Metal exigent des années 80-90.
Restons sur « Voynich Manuscript », mon gros favori de l'album : outre le break Jazz en première partie, le deuxième morceau commence par ce qui s'apparente à du Exivious, projet parallèle initié par d'anciens membres de Cynic. Suite à cette intro, on entre dans le vif du sujet avec un riff incisif qui m'évoque Origin – le groupe qui a mis une petite patate dans la tronche de ceux qui ont écouté « Whrath of Vishnu » à l'époque de sa parution. J'ai tout bonnement pris mon pied.

Le souci avec un album aussi riche et dense est qu'il est facile de paumer l'auditeur. Par exemple, on peut être surpris de retrouver dans cet album deux titres à deux parties. Pour ne pas achever les oreilles avec des morceaux de 8 minutes, couper est judicieux, surtout que rien ne traîne en longueur. Mais tout en étant autonomes, les deux parties à chaque fois sont pertinentes. Cependant, passée la claque sur « Voynich Manuscript », le deuxième temps de l'album semble un peu en-dessous ; et un morceau comme « The Last Council », un peu en retrait dans l'écriture, souffre de sa position de dernier.

Il est vrai, cet album n'est pas clinquant, il ne jouit pas forcément d'une grande reconnaissance. Il est assez lourd, peu amical de prime abord. Mais celui qui fera l'effort de s'y intéresser y découvrira une richesse étonnante, alliant teintes actuelles et passées et basculant de moments de pure brutalité à des nappes de velours. C'est sur cet entre-deux que cet objet demeure : sombre et froid sous la lumière, éclatant et généreux dans la nuit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Un Chevelu citer
Un Chevelu
14/07/2017 14:06
note: 8.5/10
En effet Sourire
Je pense que le côté "core" risque cependant de rebuté le yahourt
MoM citer
MoM
14/07/2017 13:50
note: 8/10
Tout à fait d'accord, on est bien plus sur du Death/Cynic que sur The Faceless Sourire
Un Chevelu citer
Un Chevelu
14/07/2017 13:29
note: 8.5/10
Le fait que l'album soit riche et parte dans toutes les directions ne me dérange pas, au contraire !
Pour ce qui est de l'approche "core", elle est vraiment minime : elle se ressent surtout dans l'approche mélodique (c'est guitare avec un son très propre, voir robotique, avec beaucoup de reverb, l'abondance du tapping et du sweep ect...)ou sur certain riff mais qui sont souvent au "2nd plan" (ils sont là que pour appuyer certaines mélodie ou certain passage vocaux). Mais on ne retrouve pas les passages "sautillant" propre au style qui me rebute et rebute la majorité des détraqueurs du genre. Bref c'est très loin d'un "The Faceless" (et bien meilleur a mon sens) . Le 2nd albums semble justement moins "core" et plus dans la lignée du death technique "traditionnel", direction que j'apprécie personnellement.

Un groupe a surveiller, ils devraient d'ailleurs publié un nouvel album début 2018 il me semble
MoM citer
MoM
14/07/2017 13:02
note: 8/10
Si tu parles du Killing Process de Carcariass... Ca va être très, TRES difficile de dépasser ce monstre (de dépasser Carcariass, tout court, leur discographie frôle la perfection pour moi en terme de tech Death, de richesse musicale, de plaisir de jeu, d'ouverture...)

Efficace, c'est vrai que je l'ai trouvé comme ça, ce Exocrine. Mais je sais que, pour certains, ça risque d'être un peu hard, notamment l'approche parfois Deathcore, et le fait que ça aille dans plusieurs directions. moi, j'étais en terrain conquis, donc j'ai bien aimé dès le départ !
Folie, en effet, cet album n'est pas fou, comme dit il reste en terrain conquis. Mais il mixe bien les différentes écoles et fait quelque chose de cohérent.

C'est pour ces raisons que j'ai mis 8.5 : 8, ça ne rendait pas honneur au plaisir intense que j'ai ressenti lors des breaks. 9, ça n'aurait pas montré que, tout de même, cet album n'est pas exempt de défauts.
Il est très bon, mais ne mettra pas forcément tout le monde d'accord, je trouve.

PS : Je ne connais pas tes cheveux, mais puisque tu m'as parlé de ce disque et que j'ai apprécié, et que leur deuxième disque est paru il y a peu, je me devais de le présenter Sourire
Un Chevelu citer
Un Chevelu
14/07/2017 12:56
note: 8.5/10
Feu mes cheveux ne mérite pas un tel chronique !
Assez d'accord dans l'ensemble, un album qui bute,ultra riche mais auquel il manque un chouïa d’efficacité et de folie pour vraiment atteindre le niveau d'un "The Killing process" ou d'un "Process of a new Decline".
Très bon album surtout en cette période de disette en terme de death technique.
J'ai cependant beaucoup plus de mal avec leur 2nd album : la production gâche vraiment les compos. J'attends un peu avant de donner un avis définitif.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exocrine
Technical Death Metal
2015 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (4)  8.45/10

plus d'infos sur
Exocrine
Exocrine
Death Technique - 2013 - France
  

tracklist
01.   The Cycle Form  (04:09)
02.   World in Fire  (03:32)
03.   Medusa's Embrace  (03:14)
04.   Voynich Manuscript, Part I  (03:11)
05.   Voynich Manuscript, Part II  (05:34)
06.   Parasite  (03:00)
07.   The Blood for a Crown, Part I  (03:43)
08.   The Blood for a Crown, Part II  (03:19)
09.   The Last Council  (03:12)
10.   Celestial Voyage (Cynic cover)  (03:23)

Durée : 36:17

line up
parution
25 Octobre 2015

voir aussi
Exocrine
Exocrine
Ascension

2017 - Great Dane Records
  

Essayez aussi
Hectic Patterns
Hectic Patterns
Random

2008 - Holy Records
  
Hideous Deformity
Hideous Deformity
Defoulment Of Human Purity

2010 - Sevared Records
  
Brain Drill
Brain Drill
The Parasites (EP)

2006 - Unfun Records
  
Beyond Creation
Beyond Creation
Earthborn Evolution

2014 - Season of Mist
  
Spiritual Dissection
Spiritual Dissection
Mors Ultima Ratio

2009 - Autoproduction
  

Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy - Interview
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Kawir
Exilasmos (Εξιλασμός)
Lire la chronique
Incantation
Profane Nexus
Lire la chronique
Nephren-Ka
La Grande Guerre de l'Epice
Lire la chronique