chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blackest - Dawning of the Black

Chronique

Blackest Dawning of the Black
BLACKEST est un groupe américain. Mais pas totalement. C’est surtout la nationalité du musicien accompli qui l’a formé. Bryan Arant est avant tout batteur, et il a joué de l’instrument pour les thrashers de SERRATED, les deatheux de STATE OF DECAY ainsi que les blackeux de PASSION OF DEATH. L’homme de 35 ans touche donc à tous les styles, sans encore connaître le succès qu’il doit mériter. Et c’est cette fois-ci accompagné au chant d’un Suédois qu’il réapparait sous le nom de BLACKEST. Le Suédois en question est Seiðr, et ses formations ne seront familières qu’à une poignée d’entre nous puisqu’il a hurlé pour EDIN NA ZU (une demo en 2010 et c’est tout), SERPENT OMEGA (dans un registre affilié au sludge), et SEID (qui a sorti deux albums en deux ans : 2016 et 2017).

BLACKEST est un groupe infernal qui comme son nom l’indique ne fait aucune concession et vient nous montrer ce qu’est du black authentique. Mais pas totalement. Effectivement, on rigole pas trop avec ces titres au son chaud brûlant : les guitares sont incisives, la batterie frappe sourdement, les voix se montrent puissantes et écorchées à la fois. D’ailleurs ces vocaux se rapprochent de ceux de DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT, eh oui, ceux de la démone ténébreuse. Ce mélange ne fait pas dans l’originalité, mais s’écoute sans difficulté. Oui, ce n’est pas le meilleur compliment de l’année, mais ce serait exagéré de dire que le groupe a plus d’intérêt. L’originalité manque, la force manque, le charisme manque. On ne peut que saluer l’honnêteté et l’intégrité.

Mais si écouté de loin Dawning of the Black est baveux, sale et gras. De près, il présente quelques nuances. Attention, il reste peu fréquentable et bien plongé dans le noir, mais on y trouve des saveurs doom. Le rythme ralentit, l’ambiance se fait plus lourde, FORGOTTEN TOMB vient même à l’esprit. On trouve aussi un orgue sur le morceau le plus long : « Remembrance » qui fait 11 minutes et se dévoile en fait comme un interminable instrumental. Là on trouve le temps vértiablement long. Déjà que la première piste de 3 minutes était une entrée en matière, mis bout à bout c’est plus d’un tiers de l’album qui ressemble à un bouche-trou...

BLACKEST n’arrive pas à séduire, et au fil des écoutes il s’avère même très vite lassant, sans moment fort. On le garde sous la main pour éventuellement se reposer entre deux tueries, mais sans plus...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/07/2017 03:25
Gauchet a écrit : Arff... Ce que c'est linéaire :-(
Sans moi.


BAM ! Tu as trouvé le mot qui manque à ma chro.
J'aime bien ce résumé : "linéaire".
Gauchet citer
Gauchet
18/07/2017 01:14
Arff... Ce que c'est linéaire :-(
Sans moi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blackest
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
Blackest
Blackest
Black Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Dawning of the Black
02.   Mortal Curse
03.   As the Sun Sets
04.   Never to Return
05.   Remembrance
06.   The Rise of Ashes

Durée : 33:20

line up
parution
13 Juin 2017

Essayez plutôt
Hate Forest
Hate Forest
Battlefields

2004 - Supernal Music
  
Withershin
Withershin
The Hungering Void (EP)

2010 - Canonical Hours
  
Ninkharsag
Ninkharsag
The Blood of Celestial Kings

2015 - Candlelight Records
  
Judas Iscariot
Judas Iscariot
Distant in Solitary Night

1999 - Moribund Records
  
Hunok
Hunok
Megrendíthetetlenség

2016 - Werewolf Records / Tour de Garde
  

Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique