chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blackest - Dawning of the Black

Chronique

Blackest Dawning of the Black
BLACKEST est un groupe américain. Mais pas totalement. C’est surtout la nationalité du musicien accompli qui l’a formé. Bryan Arant est avant tout batteur, et il a joué de l’instrument pour les thrashers de SERRATED, les deatheux de STATE OF DECAY ainsi que les blackeux de PASSION OF DEATH. L’homme de 35 ans touche donc à tous les styles, sans encore connaître le succès qu’il doit mériter. Et c’est cette fois-ci accompagné au chant d’un Suédois qu’il réapparait sous le nom de BLACKEST. Le Suédois en question est Seiðr, et ses formations ne seront familières qu’à une poignée d’entre nous puisqu’il a hurlé pour EDIN NA ZU (une demo en 2010 et c’est tout), SERPENT OMEGA (dans un registre affilié au sludge), et SEID (qui a sorti deux albums en deux ans : 2016 et 2017).

BLACKEST est un groupe infernal qui comme son nom l’indique ne fait aucune concession et vient nous montrer ce qu’est du black authentique. Mais pas totalement. Effectivement, on rigole pas trop avec ces titres au son chaud brûlant : les guitares sont incisives, la batterie frappe sourdement, les voix se montrent puissantes et écorchées à la fois. D’ailleurs ces vocaux se rapprochent de ceux de DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT, eh oui, ceux de la démone ténébreuse. Ce mélange ne fait pas dans l’originalité, mais s’écoute sans difficulté. Oui, ce n’est pas le meilleur compliment de l’année, mais ce serait exagéré de dire que le groupe a plus d’intérêt. L’originalité manque, la force manque, le charisme manque. On ne peut que saluer l’honnêteté et l’intégrité.

Mais si écouté de loin Dawning of the Black est baveux, sale et gras. De près, il présente quelques nuances. Attention, il reste peu fréquentable et bien plongé dans le noir, mais on y trouve des saveurs doom. Le rythme ralentit, l’ambiance se fait plus lourde, FORGOTTEN TOMB vient même à l’esprit. On trouve aussi un orgue sur le morceau le plus long : « Remembrance » qui fait 11 minutes et se dévoile en fait comme un interminable instrumental. Là on trouve le temps vértiablement long. Déjà que la première piste de 3 minutes était une entrée en matière, mis bout à bout c’est plus d’un tiers de l’album qui ressemble à un bouche-trou...

BLACKEST n’arrive pas à séduire, et au fil des écoutes il s’avère même très vite lassant, sans moment fort. On le garde sous la main pour éventuellement se reposer entre deux tueries, mais sans plus...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/07/2017 03:25
Gauchet a écrit : Arff... Ce que c'est linéaire :-(
Sans moi.


BAM ! Tu as trouvé le mot qui manque à ma chro.
J'aime bien ce résumé : "linéaire".
Gauchet citer
Gauchet
18/07/2017 01:14
Arff... Ce que c'est linéaire :-(
Sans moi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blackest
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Blackest
Blackest
Black Metal - 2012 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   The Dawning of the Black
02.   Mortal Curse
03.   As the Sun Sets
04.   Never to Return
05.   Remembrance
06.   The Rise of Ashes

Durée : 33:20

line up
parution
13 Juin 2017

Essayez plutôt
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber II (EP)

2012 - Debemur Morti Productions
  
Diocletian
Diocletian
Annihilation Rituals (Compil.)

2012 - Osmose Productions
  
Aosoth
Aosoth
Ashes of Angels

2009 - Agonia Records
  
Bathory
Bathory
Under The Sign Of The Black Mark

1987 - Under One Flag / New Renaissance Records
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Bi Den Dode Hant (EP)

2017 - Hammerheart Records
  

Sanguine Eagle
Individuation (Démo)
Lire la chronique
Primitive Man
Caustic
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March pour l'album "Praeludium Exterminii"
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier