chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Persecutory - Towards The Ultimate Extinction

Chronique

Persecutory Towards The Ultimate Extinction
On en parle relativement peu (enfin en tout cas sur Thrashocore) et pourtant la scène turque n’a jamais été aussi active que ces dernières années. Une effervescence particulièrement communicative initiée par une nouvelle génération de musiciens bien décidée à prendre sa place et à affirmer son existence dans un pays où prédominent encore certaines mentalités particulièrement obtuses et obsolètes.
Formé en 2014 dans le quartier de Kadıköy (un vivier qui a également vu naître Horrocious, Engulfed, Sarinvomit, Hellsodomy et quelques autres), Persecutory commence à faire parler de lui avec la sortie début 2016 d’un EP intitulé Perversion Feeds Our Force. Soucieux de capitaliser sur les bons retours de cette première entrée en matière, les Turcs retournent en studio la même année pour débuter l’enregistrement de Towards The Ultimate Extinction, un premier album paru en février dernier sur le label polonais Godz Ov War Productions.

Illustré par Alexandr Shadrin (Cambion, Father Befouled, Interment, Morbosidad, Sacrocurse, Tetragrammacide…), ce disque emprunte naturellement le même chemin que celui tracé par Persecutory sur Perversion Feeds Our Force. Les Turcs reprennent ainsi du service pour nous asséner ce même Black/Thrash furieux et impitoyable grâce auquel ils s’étaient fait remarquer l’année précédente. Une formule pas spécialement très innovante (vous vous en doutiez) mais qui a néanmoins le mérite d’être particulièrement efficace. Et finalement, car on en revient toujours à ça, c’est bien là l’essentiel.
Mais si Percutory ne marquera peut-être pas les esprits par son originalité où ses prises de risques, il bénéficie cependant de la présence dans ses rangs de deux guitaristes plutôt inspirés qui vont s’appliquer à prêcher la bonne parole à coup de riffs démoniaques (du riff Punk à trois notes toujours très malfaisant et même parfois un peu de trémolo aux accointances nordiques), de leads sinistres (la fin ultra vicieuse de "Pillars Of Dismay", "Till Relentless Salvation Comes" à 0:32...) et de solos nauséabonds ("Pillars Of Dismay" à 3:07, "Towards The Ultimate Extinction" à 2:58, etc) exécutés le plus souvent le couteau entre les dents et la rage au ventre. Ces derniers trouvent place aux côtés d’une section rythmique relativement soutenue construite sur la base de tchouka-tchouka enflammés et de blasts punitifs tout à fait idéals pour vous défoncer le crâne en bonne et due forme. Classique, je vous l’ai déjà dit... Toutefois, Persecutory ne semble pas vraiment du genre à se contenter de si peu (même si cela suffit bien souvent dans la grande majorité des cas) et a ainsi préféré développer sa copie quitte à jouer les « rabat-joie » avec des morceaux dépassant pour la plupart les cinq minutes (mention spéciale pour "Towards The Ultimate Extinction" et ses onze minutes bien tassées).
En effet, il n’est pas rare de voir le groupe calmer le jeu le temps de séquences plus ou moins longues, d’abord à travers des breaks bien sentis taillés pour briser des nuques ainsi que lors de moments moins éprouvants où, de manière plus étonnantes pour le genre pratiqué, Tyrannic Profanatör (chant) et Vulgargoat (guitare, chant) donnent tous les deux de la voix dans ce qui ressemble à des incantations hallucinées rappelant pas mal ce que l’on peut (pouvait) retrouver chez Bölzer. Des voix perchées, multiples et lointaines, qui résonnent parfois sous forme de ouh ouh affolés à vous donner la chair de poule ("Pillars Of Dismay" à 4:03, "Towards The Ultimate Extinction" à 3:41, "Till Relentless Salvation Comes" à 1:33 et 4:22 et ainsi de suite).

Après un premier EP des plus concluants, Persecutory vient aujourd’hui confirmer le potentiel dévoilé à l’écoute de ces quatre précédents morceaux. Towards The Ultimate Extinction est effectivement un album redoutable car très bien ficelé. Classique dans sa forme et dans son exécution, il ne s’en dégage pas moins une véritable personnalité qui offre d’emblée au groupe turc quelque chose en plus. Un goût de reviens-y immédiat et qui demeure écoute après écoute. Difficile dans ces conditions de ne pas se montrer enthousiaste à leur égard. Ah et sinon, Ritualization a appelé, ils demandent à ce qu’on leur restitue leurs cartouchières !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
03/10/2017 18:26
Batu a écrit : La situation politique, économique et culturelle de la Turquie devrait être prétexte à tellement de groupes à forte personnalité, c'est dommage que l'on se retrouve avec 3/4 de groupes de Brutal Death US et de death/black, qui ne sont, je n'ai pas envie de dire sans saveur, pas assez marquants. La relève des vieux briscards du type Pentagram n'est pas assurée.

Il y a plusieurs raisons à cela bien évidemment, à commencer par la répression et le manque relatif de public pour le metal extrême (alors que le rock indé, le folk et le rock anatolien bat toujours son plein), mais il manque surtout un véritable nouveau chef de file, que l'on attend toujours.


Exactement ce que je pense
Batu citer
Batu
03/10/2017 13:15
La situation politique, économique et culturelle de la Turquie devrait être prétexte à tellement de groupes à forte personnalité, c'est dommage que l'on se retrouve avec 3/4 de groupes de Brutal Death US et de death/black, qui ne sont, je n'ai pas envie de dire sans saveur, pas assez marquants. La relève des vieux briscards du type Pentagram n'est pas assurée.

Il y a plusieurs raisons à cela bien évidemment, à commencer par la répression et le manque relatif de public pour le metal extrême (alors que le rock indé, le folk et le rock anatolien bat toujours son plein), mais il manque surtout un véritable nouveau chef de file, que l'on attend toujours.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Persecutory
Black / Thrash
2017 - Godz Ov War Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  8.25/10

plus d'infos sur
Persecutory
Persecutory
Black / Thrash - 2014 - Turquie
  

tracklist
01.   Pillars Of Dismay  (05:41)
02.   Towards The Ultimate Extinction  (11:42)
03.   Till Relentless Salvation Comes  (05:35)
04.   Along The Infernal Hallways  (05:37)
05.   Awakening The Depraved Era  (04:57)
06.   Hegemony Of The Ruinous Impurity  (03:49)
07.   Maelstroms Of Antireligious Chaos  (04:33)

Durée : 41:54

line up
parution
13 Février 2017

Essayez aussi
Skeletonwitch
Skeletonwitch
Forever Abomination

2011 - Prosthetic Records
  
Nifelheim
Nifelheim
Envoy Of Lucifer

2007 - Regain Records
  
Craven Idol
Craven Idol
Ethereal Altars (EP)

2010 - VengefulAttakkk
  
Melechesh
Melechesh
The Epigenesis

2010 - Nuclear Blast
  
Svart Crown
Svart Crown
Ages Of Decay

2008 - Rupture Music
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report