chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
45 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sarcasm - Within The Sphere Of Ethereal Minds

Chronique

Sarcasm Within The Sphere Of Ethereal Minds
Oui, mettez donc de côté cet odieux artwork de Raul Gonzalez (Gorephila, Horrendous, Morbus Chron), vous risqueriez de passer à côté d’une belle trouvaille. Sarcasm ou un énième groupe de metal suédois né en 1990 et qui se sera éteint aussitôt. Six démos puis s’en va. Le bande se reformera vingt ans plus tard avec le line-up d’époque ou presque… Ça se complique. Après le suicide de son bassiste, Sarcasm affrontera le décès de son batteur Oskar Karlsson (ex-Gates Of Ishtar, ex-The Duskfall)… Ce dernier sera remplacé par la brute Matte Modin (Firespawn, ex-Dark Funeral). Dernier chamboulement, « exit » le compositeur Fredrik Wallenberg (retour « éclair ») parti pour des raisons de santé (mais qui aura rejoint la « dream team » The Lurking Fear…), c’est l’ancien guitariste Anders Eriksson qui tiendra le manche. Je vous sens perdu ? Bref, les Suédois trouveront foyer chez Dark Descent Records (le groupe Third Storm du frontman y faisant déjà partie) et dévoileront Burial Dimensions, album enregistré en 1994 mais qui n’aura jamais vu le jour. Pour 2017, place enfin à leur deuxième opus fraîchement composé, Within the Sphere of Ethereal Minds.

Larme à l’œil, retour deux décennies en arrière dès les premières secondes de l’ouverture « Bloodsoaked Sunrise ». L’étiquette de Sarcasm pourrait se résumer très facilement en « No Fashion Records Metal », vous savez ce label composé quasi entièrement de pierres angulaires du genre death/black mélodique suédois dans les années 90 (dossier et chroniques sur votre webzine vénéré). Outre le traditionnel Dissection comme principale référence (et bon nombre d’autres perles), c’est surtout Sacramentum (le jeu des 7 erreurs entre le chant de Heval et celui de Nisse) et The Moaning que je retiendrai. Du death/black mélodique glacial et vindicatif dans le même esprit, production sans artifice comprise (on félicitera en plus le mixage de Lawrence Mackrory (Darkane)).

Entièrement composé par le nouveau membre méconnu Peter Laitinen, le gaillard connait par cœur ses classiques et la recette qui agrippe. Que ce soient les leads épiques aux teintes néoclassiques par paquet sur chaque titre (ah ce « From the Crimson Fog They Emerged » et « The Drowning Light at the Edge of Dawn » à 1:44) ou les introductions acoustiques splendides sur « Embodiment of Source » (suivi d’un solo fatal) ou « A Black Veil for Earth ». Des compositions pas si simplistes que ça, on retrouvera des riffs (aux quelques gammes orientales bien trouvées) et des structures alambiquées (« In the Grip of Awakening Times ») aux faux airs du bijou The Infernal Depths of Hatred d’Anata.

Encore un nom de groupe balancé… C’est bien ça le problème, trop souvent l’adepte du style essaiera de retrouver la référence cachée. Je dois vous avouer avoir eu du mal à écrire cette chronique sans replonger dans mes vieilleries suédoises. Le débat s’était posé avec l’arrivée de Thulcandra, sauf qu’ici la musique de Sarcasm baisse parfois en régime et semble moins touchante, dernier point ô combien important pour le genre pratiqué. La fougue et la sincérité de jeunesse demeurent absentes à l’image du jeu de batterie martiale et binaire de Matte. Les tentatives pas toujours justes mais osées d’un Nicklas Rudolfsson (feu Sacramentum) manquent ici. Tout paraît trop calculé ou presque… Un démarrage en trombe pour retomber par à-coup malgré une durée relativement courte (35 minutes dans la besace), notamment en milieu d’album. Quelques rallonges dispensables comme « Scars of a Land Forgotten » ou le virage doomy (Paradise Lost) de « A Black Veil for Earth ». Finalement l’écoute demeure plus que plaisante (j’en suis la cible parfaite) mais le brûlot sera assez vite rangé et on dépoussièrera volontiers son étagère black/death suédois.

L’artwork (dessin récupéré dans un centre aéré) et le label (pas vraiment le genre de la maison) pourraient prêter à confusion, pourtant Within the Sphere of Ethereal Minds est bien un hommage au death/black mélodique suédois des années 90. Dommage que le groupe n’ait pas osé d’avantage et que la galette soit un peu courte... Rien de réellement marquant, plutôt une pique nostalgique qui donnera envie de ressortir ses vieilleries estampillées No Fashion Records. Mais ne faisons pas la fine bouche, pour un genre éteint, l’effort de composition et l’accroche font de Sarcasm l’un des rares (et le mot est faible) groupes à suivre. Les adeptes en manque seront comblés, on attend avec impatience la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
27/07/2017 08:36
Voilà, rien de bien enthousiasmant...
Et Dawn qui nous fait miroiter son nouvel album depuis plus de 10 ans...
Mitch citer
Mitch
26/07/2017 16:46
note: 7.5/10
Smällkyss lapinou !

Pour la version mobile, il faut créer un ticket pour Dead.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/07/2017 16:07
Ah tiens, on ne peut pas noter les skeuds sur la version mobile du site ?
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/07/2017 16:04
Pas peu fier d'avoir aiguillé Mr Swedexhaustif vers une petite nouveauté tout juste taillée pour lui Sourire Je l'aime bcp ce petit skeud moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sarcasm
Death/Black mélodique
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (9)  7.58/10

plus d'infos sur
Sarcasm
Sarcasm
Death/Black mélodique - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   Bloodsoaked Sunrise  (02:54)
02.   From the Crimson Fog They Emerged  (04:22)
03.   Embodiment of Source  (05:33)
04.   Scars of a Land Forgotten  (03:20)
05.   In the Grip of Awakening Times  (03:40)
06.   Silent Waves Summoned Your Inner Being  (03:17)
07.   A Black Veil for Earth  (08:31)
08.   The Drowning Light at the Edge of the Dawn  (04:05)

Durée : 35:42

line up
parution
28 Avril 2017

Essayez aussi
Swordmaster
Swordmaster
Postmortem Tales

1997 - Osmose Productions
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Withered Beauty
Withered Beauty
Withered Beauty

1998 - Nuclear Blast Records
  
The Funeral Pyre
The Funeral Pyre
Wounds

2008 - Prosthetic Records
  
The Moaning
The Moaning
Blood From Stone

1997 - No Fashion Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique