chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Förgjord - Uhripuu

Chronique

Förgjord Uhripuu
FÖRGJORD... De vieux souvenirs, puisque du groupe finlandais je n’avais que la compilation Henkeen ja vereen sortie en 2006, avant même le premier album, qui lui date de 2008 et du second, de 2012. 11 ans séparent donc les deux seules galettes que je connais et je commence à regretter de ne pas avoir creusé plus tôt parce que ce nouvel essai est particulièrement goûteux.

Le trio, qui n’a vu comme changement dans ses rangs que le départ du batteur remplacé par celui de PHLEGEIN (bonne pioche), ne fait pas une musique typée finlandaise, même si les mélodies peuvent avoir une part importante. Ou alors pas celle qu’on a l’habitude de citer. Au lieu de SARGEIST, HORNA ou SATANIC WARMASTER, la ressemblance se porte plus vers BLOOD RED FOG. C’est à dire une musique black est à la fois directe et destructrice, mais avec des accès d’originalité subits. S’il faut faire la comparaison avec un groupe plus connu, allons-y pour NACHTMYSTIUM, mais moins progressif, plutôt dans leur période avant Assassins : Black Meddle Pt.I.

Car sans devenir prétentieux, à aucun moment, FÖRGJORD fait preuve d’une assurance qui ouvre toutes les portes des Ténèbres. Des soli qu’on n’attend pas, des vocaux plus clamés qui viennent jeter des frissons dans le dos, un intermède inimaginable avec une voix rassurante collée sur des cris d’agonie en fond... On trouve ainsi une multitude de petits plaisirs. Mais je le répète parce que c’est important, ces éléments ne prennent pas toute la place et se calquent juste comme il faut sur la noirceur ambiante. Ecouté distraitement, c’est l’agressivité qui ressort, un son raw et des instruments capricieux. Certains titres misent même tout sur la destruction de cervelle, comme « Tie, Totuus Ja Kuolema » et ses airs punk fracassé. Le défouloir !!!

Le mélange donne un album très riche mais humble. Il n’en jette pas à la figure, mais sait rendre accro. Donne envie d’y revenir et de redécouvrir ses détails. L’intérêt de cet album est alors tout simplement de trouver des idées originales tout en évitant que le plaisir auditif en pâtisse. Certaines formations essaie un peu n’importe quoi sans faire mouche, ce n’est pas le cas sur Uhripuu ! L’équilibre est idéal pour ceux qui préfèrent la qualité discrète. Et pour clore ce (petit) bijou, c’est une reprise très symbolique qui nous attend : « Joutsenlaulu », titre du célèbre en son pays groupe de rock : . Une balade retravaillée pour coller à notre univers sombre et sale. Les guitares grésillent, les vocaux sont dégoulinants, il y a une ambiance terriblement maladive, qui montre que ces Finlandais ont aussi le talent pour tirer encore plus la mélancolie vers l’obscurité, comme WOODS OF INFINITY avait su le faire avec « Walking in the Air ».




DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Förgjord
Black Metal
2017 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Förgjord
Förgjord
Black Metal - 1995 - Finlande
  

vidéos
Kiviseen syleilyyn
Kiviseen syleilyyn
Förgjord

Extrait de "Uhripuu"
  

tracklist
01.   Johdanto
02.   Uhripuu
03.   Kuolleiden yö
04.   Täyttymys
05.   Vahvempi kuin koskaan
06.   Nälkämaan laulu
07.   Kiviseen syleilyyn
08.   Tie, totuus ja kuolema
09.   Ovat korpit pois lentäneet
10.   Joutsenlaulu (Yö cover)

Durée : 47:30

line up
parution
10 Mars 2017

Essayez aussi
Zorn
Zorn
Gegen alles

2014 - Christhunt Productions
  
Pyriphlegethon
Pyriphlegethon
The Murky Black of Eternal Night

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  
Enthroned
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire

1995 - Blackend
  
Iskandr
Iskandr
Zon (EP)

2016 - Haeresis Noviomagi
  

Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique