chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
88 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rings Of Saturn - Ultu Ulla

Chronique

Rings Of Saturn Ultu Ulla
Du Rings of Saturn sur Thrashocore ? Oui.
Avec la moyenne ? Oui, aussi.

Tout fout le camp, ma bonne dame, tout fout le camp... J'aurais d'ailleurs bien du mal à expliquer ce qui m'a poussé à redonner une chance a groupe, en posant une oreille sur sa dernière fournée : "Ultu Ulla", sortie chez Nuclear Blast il y a quelques jours. La signature, finalement assez surprenante, sur le célèbre label teuton ? La pochette en forme de mauvais trip à l'acide du fantastique Mark Cooper* ? L'envie de rire un bon coup face une débauche de technique sans aucune âme ni émotion perceptibles ? Probablement un mélange des trois. Dieu sait que je me pensais vacciné de la recette pratiquée par le combo... Et pourtant.

Soyons honnêtes, de "Embryonic Anomaly" jusqu'à "Lugal Ki En" (que j'avais massacré à juste titre en ces mêmes terres), Rings of Saturn n'a été que purge pour nos chastes oreilles. Trois albums en forme de Kleenex, destinés avant tout à recueillir le fruit des performances masturbatoires de la bande à Lucas Mann. Aucune envie communicative, aucun effort de proposer quelque chose de prenant, un simple étalage de sa technique, de ses performances exceptionnelles, à la manière d'un Patrick Bateman passant plus de temps à taper la pose et s'admirer qu'à se préoccuper de ses conquêtes. Bref, des compositions garnissant des albums à leur stricte image, impressionnants pendant cinq minutes, exaspérants les trente suivantes. Enfin, entre deux polémiques sur leurs vidéos playthrough et leur batteur triggé jusqu'aux gencives, nos génies de la communication et du marketing ont quand même pris la peine de donner un successeur à "Lugal Ki En". Ce nouvel effort se positionne dans la droite lignée des précédents, au moins sur un plan thématique : pot-pourri de Sumérien de cuisine ("Ultu Ulla" n'étant pas un rappel à l'époque bénie du Minitel Rose mais signifiant "Temps immémorial"), de documentaires tordus d'History Channel, d'allusions à la marijuana et de textes à situer entre les attaques d'OVNIS et la prise de drogues dures.

Pour autant, "Ultu Ulla", qui n'aurait pu être qu'un énième disque de fan service forgé par un groupe qui a bâti son succès et sa renommée sur les prouesses techniques, les memes et le merch invraisemblable*, se révèle bien plus intéressant que ce que je craignais. Pire encore, il y a de bonnes choses disséminées tout au long des quarante minutes de la galette... Pour peu qu'on veuille bien prendre le temps de chercher les pépites au milieu d'un océan de platitudes typiques du Deathcore.

Première chose appréciable : le son, s'il est loin d'être exceptionnel, a gagné en grain et en textures, là ou la production des aînés de "Ultu Ulla" semblait être tout droit sortie d'un compresseur. Si la batterie est toujours aussi volontairement outrancière, que les cordes des guitares grattées à vide sont invariablement chargées en basses, quelques petites nouveautés font leur apparition, et restent appréciables : la voix insupportable de Ian Bearer est relativement couverte par les instruments, et les tympans de ceux qui n'en peuvent plus de ces alternances clichés de squeal et d'hurlements hystériques sauront se montrer reconnaissants. Les claviers, samplés un coup à partir des manèges de la Foire du Trône, un autre sur les bande originales des pires films de SF encombrant les rayons du Cash Converters du coin, apportent, de façon surprenante, un regain d'atmosphère à un disque (et un groupe) qui en avaient bien besoin. Mais ce qui reste le plus surprenant, c'est que Lucas Mann semble avoir fait dégonfler son melon - Après tout, tout ce qui devait être prouvé, l'a été sur les trois précédents albums. Pourquoi ne pas se laisser aller à ralentir pour profiter du paysage, et, par la même, éviter de saouler l'auditeur lambda, possédant un minimum de bon goût ?

Même si "Ultu Ulla" ne s'affranchit pas complètement de ce qui faisait de Rings of Saturn un groupe absolument inintéressant (à savoir, aucune sensation, que de la démonstration), les nouveaux morceaux proposés par la formation sont mieux construits, plus entraînants, arrivant parfois presque à nous faire oublier qui les ont composés. Et plus qu'une barre de technique sans cesse fixée encore plus haut, c'est ce petit revirement vers des titres plus accessibles et bien plus variés que le cliché du "breakdown - guitares qui ne veulent rien dire - gravity blast - breakdown" qui m'a poussé à aborder ce petit dernier. Et même à l'écouter plusieurs fois, c'est dire !

Rings of Saturn sait jouer, mais ne savait pas proposer de riff intéressant, et encore moins de performance mémorable. Rassurons les détracteurs, "Ultu Ulla" ne hissera pas le combo dans le haut du panier (à peine la moitié des 42 minutes de cette dernière livraison est réellement valable), mais dispense quelques titres franchement bien sentis. Le très entraînant et efficace "Harvest" et son motif halluciné, cadencé par un batteur qui a enfin compris qu'en mettre partout n'est pas gage de qualité, provoque immanquablement le hochement de tête même chez les plus incrédules (du moins, ceux qui auront su faire abstraction de l'intro "fête foraine"). L'éternel titre purement instrumental du groupe est, encore une fois, de grande qualité, avec bien plus de nuances que par le passé. Même si Aaron Stechauner possède, derrière ses fûts, la finesse d'un char Leclerc (les rimshots aussi amplifiés en deviennent ridicules), "The Macrocosm" est une très bonne composition, servie par un tapping nébuleux, des soli qui communiquent enfin un semblant d'émotion au lieu d'être de simples jeux de la biscotte, presque prog dans l'âme. Rien de transcendant, mais que de chemin parcouru depuis "Lugal Ki En" ! Et ce, même si le naturel revient au galop... Les bonnes choses sont rapidement effacées par des transitions très mal gérées (dès le premier titre, "Servant of this Sentience", et son breakdown qui débarque comme un cheveu sur la soupe), des titres handicapés par des remplissages éhontés ("Parallel Shift", pénible), et le retour des constructions "chateau de cartes" invraisemblablement casse-gueule (et autres choses) - "Immemorial Essence", pour ne citer que lui. La mixture est toujours aussi épaisse et grasse, bien vite digérée, le tour de l'album est finalement rapidement effectué. Mais les quelques cuillères à café de bonnes choses qui y ont été saupoudrées, et qui peinent à percer le déferlement pénible auquel le groupe nous a toujours habitué, relèvent un peu la sauce. Et tiendraient presque de la prouesse pour Rings of Saturn qui, jusqu'à présent, s'était enfermé dans sa niche sans pointer le nez dehors.

Je ne m'attendais à rien, je ne pouvais qu'être agréablement surpris par "Ultu Ulla". Malgré tous ses défauts, sa propension à retomber dans la technique gratuite et le défouloir insensé, on ne peut pas faire abstraction des morceaux de quasi-bravoure qui sont disséminés sur sa durée - au risque de tomber dans la mauvaise foi. Surtout pour un groupe qui, jusqu'à présent, était resté admirablement constant dans la médiocrité. A l'écoute de la lichette de feeling que l'on peut sentir derrière toutes ces couches de basses et de notes stridentes, la signature chez Nuclear Blast m'apparaît moins comme une surprise que comme un pari sur l'avenir : gageons que le quatuor, motivé par son écurie, continue dans cette direction pour sortir, au moins une fois dans sa discographie, un bon disque. En attendant, "Ultu Ulla", s'il est très loin d'être le plus brillant de sa classe, mérite la moyenne, en guise d'encouragement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
08/08/2017 16:19
MoM a écrit : Le Dragonforce du Deathcore.

ahah bien vu, c'est totalement ça !
MoM citer
MoM
08/08/2017 15:33
Le Dragonforce du Deathcore.
Parfois ça passe, parfois non. Ils font leur musique en mode "yolo on est les meilleurs", pour le meilleur et pour le pire.

Un album qui m'a fatigué, et j'ai trouvé qu'ils avaient non pas muri mais plutôt vendu leur cul. Ils auraient pu poursuivre dans leur délire juste en réfléchissant sur le son et le rythme. Là, j'ai trouvé ça assez passe-partout : ça aurait pu être un autre groupe.
Je n'ai écouté qu'une fois et en diagonale, mais rien ne m'a donné envie de poursuivre Sourire
Du coup, je trouve que tu as fait un très bon boulot pour chroniquer ce disque !
Sagamore citer
Sagamore
08/08/2017 14:41
Justement, j'ai l'impression que le constat commence à faire son chemin dans leurs têtes... Les précédents sont nuls avec un son affreux, là, c'est presque plus accessible même si effectivement, je ne retiens que dix minutes valables sur les quarante.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
08/08/2017 13:48
Légèrement mieux que les précédents albums grâce à un côté "branlette de manche" légèrement allégé, mais bon pour le reste c'est toujours aussi indigeste, lourd et inécoutable. Les gars n'ont toujours pas compris que trop de technique tue la technique ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rings Of Saturn
Aliencore
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  6.67/10

plus d'infos sur
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Aliencore - 2009 - Etats-Unis
  

vidéos
Inadequate
Inadequate
Rings Of Saturn

Extrait de "Ultu Ulla"
  
Parallel Shift
Parallel Shift
Rings Of Saturn

Extrait de "Ultu Ulla"
  

tracklist
01.   Servant of this Sentience
02.   Parallel Shift
03.   Unhallowed
04.   Immemorial Essence
05.   The Relic
06.   Margidda
07.   Harvest
08.   The Macrocosm
09.   Prognosis Confirmed
10.   Inadequate

Durée : 42:02

line up
parution
28 Juillet 2017

voir aussi
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Lugal Ki En

2014 - Unique Leader Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report