chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
13 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Teitanblood - Purging Tongues

Chronique

Teitanblood Purging Tongues (EP)
Tête en l'air que je suis, j'étais parti pour chroniquer dans un premier temps le EP Woven Black Arteries paru en 2012, un an après celui qui nous intéresse aujourd'hui. Mais en plein exercice de rédaction, je me suis rendu compte qu'il était inutile que je m'emmerde à le faire puisque le deuxième titre qui le compose ("Sanctified Dysecdysis") a déjà été largement abordé dans le cadre de la chronique d'Accursed Skin et qu'en plus je préfère haut la main cet artwork bien dégueulasse et difforme.

Bref, pas d'histoire de face A ou B ici puisque ce EP 12" est constitué d'un seul et unique morceau de plus de quinze minutes. C'est d'ailleurs à partir de celui-ci que Teitanblood va commencer à étirer ses compositions. Si quelques titres flirtaient déjà avec la dizaine de minutes sur Seven Chalices ("The Abomination Of Desolation", "The Origin Of Death"), cela deviendra beaucoup plus courant par la suite.

Mais si la longueur de ce titre vous effraie, attendez un petit peu d'avoir posé vos oreilles sur ce monstre. Alors que les cordes se tendent, les trompettes résonnent et les tambours grondent, une voix rauque se fait entendre. Tel un prophète de l'apocalypse, celui dont ne sait rien si ce n'est qu'il parle espagnol, se lance alors dans la lecture d'un long texte évoquant la fin du monde, de l'humanité et l'arrivée de l'antéchrist. Tout un programme que Teitanblood va s'appliquer à mettre en musique dès la fin de cette longue introduction. Passé une courte mise en place sur fond de riffs sournois, de leads démoniaques et de voix infernales (entre 1:30 et 2:10), le duo va alors déchaîner les enfers. Une déferlante où vont venir s'entrechoquer des riffs rugueux marqué par le sceau de Satan, des blasts chaotiques et aliénants, une basse ultra saturée et, ce qui à chaque fois fait toute la différence, un enchevêtrement de voix possédées absolument malfaisantes qui transpirent la haine et le blasphème. Cette punition va durer plusieurs minutes avant que Teitanblood ne se décide à ralentir la cadence au profit de notre oiseau de malheur qui va alors reprendre la lecture de son texte sur fond de voix divines et lointaines que l'on imagine désorientées et apeurées (de 6:14 à 7:12). Ce court entracte derrière nous, les Espagnols vont reprendre du service le temps d'une dernière attaque éclair. Pendant plus d'une minutes, Teitanblood va annihiler tout espoir d'en sortir indemne avant d'entamer à partir de 8:34 une longue et répétitive descente aux portes de l'Enfer au rythme des paroles du sombre prophète qui conclura les toutes dernières minutes de "Purging Tongues" seul avec ses mots.

Produit par Javi Félez (comme toutes les sorties du groupe depuis au moins Seven Chalices), Purging Tongues fait bien vite oublier le fait qu'il n'est constitué que d'un seul morceau. Construit sur la base de plusieurs séquences toutes différences les unes des autres, l'auditeur n'aura pas le sentiment d'être lésé. Mais surtout, au-delà de cette notion de durée et de remplissage qui finalement importe peu, "Purging Tongues" est surtout un titre absolument fou et infernal à l'atmosphère particulièrement suffocante et anxiogène. Le choix de ce texte déclamé en espagnol n'y ai pas étranger non plus et apporte beaucoup à l'ensemble. Pour le reste, du Teitanblood dans ce que le groupe a de plus redoutable et implacable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
05/08/2017 13:03
note: 4/5
Ca fait une éternité que je n'ai pas vu ce film. J'étais gamin à l'époque. Il faudrait que je le revoie. Mais oui, tu as raison, il y a bien un petit quelque chose entre les deux.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
05/08/2017 12:42
Après, je pense qu'il y avait quand même un indice avec le personnage représenté sur la pochette, et la tête de l'acteur qui jouait ce rôle dans le film. Enfin, j'y trouve une ressemblance:

https://tse2.mm.bing.net/th?id=OIP.7j611I4f_M0hgWZwVPuxDQEsCo&pid=Api
AxGxB citer
AxGxB
04/08/2017 23:26
note: 4/5
Caïn Marchenoir a écrit : A priori le monologue en espagnol proviendrait du Nom De la rose, ça viendrait de Jorge de Burgos.

Peu importe vous allez me dire, car l'effet est purement saisissant et ce titre est une réelle boucherie, c'est tellement bien fait que l'on est saisi par cette ambiance occulte et cette sauvagerie, - pléonasme chez ce groupe -, ce chaos, que ça fait bien la nique à tant de formations dites occultes.


J'ai pourtant fait des copier/coller dans Google mais rien n'est remonté. Merci pour le tuyau donc. Et oui, comme je l'ai dit, ce sample apporte énormément à l'atmosphère, c'est clair.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
04/08/2017 12:36
A priori le monologue en espagnol proviendrait du Nom De la rose, ça viendrait de Jorge de Burgos.

Peu importe vous allez me dire, car l'effet est purement saisissant et ce titre est une réelle boucherie, c'est tellement bien fait que l'on est saisi par cette ambiance occulte et cette sauvagerie, - pléonasme chez ce groupe -, ce chaos, que ça fait bien la nique à tant de formations dites occultes.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Teitanblood
Black / Death Metal
2011 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  4/5
Webzines : (1)  3.2/5

plus d'infos sur
Teitanblood
Teitanblood
Black / Death Metal - Espagne
  

tracklist
01.   Purging Tongues  (15:37)

Durée : 15:37

line up
  • NSK / Chant, Guitare, Basse
  • J / Batterie

parution
21 Décembre 2011

voir aussi
Teitanblood
Teitanblood
Death

2014 - Norma Evangelium Diaboli
  
Teitanblood
Teitanblood
Accursed Skin (EP)

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Belphegor
Belphegor
Goatreich - Fleshcult

2005 - Napalm Records
  
Possession
Possession
His Best Deceit (Démo)

2013 - Invictus Productions
  
Unanimated
Unanimated
In The Forest Of The Dreaming Dead

1993 - No Fashion Records
  
Destruktor
Destruktor
Nailed

2009 - Hells Headbangers
  
Hyems
Hyems
Antinomie

2007 - Restrain Records
  

Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique