chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wintersun - The Forest Seasons

Chronique

Wintersun The Forest Seasons
Je ne sais pas si vous connaissez le proverbe chinois que je viens d’inventer et qui dit : « Si le chemin qui te mène au sommet est trop long, le paysage aura le goût de la fatigue. ». C’est ce qui s’était passé avec le précédent album de WINTERSUN, 8 longues années avaient séparé Time I de l’intouchable et culte premier album. Le temps en avait fait une légende, et l’on rêvait de la suite, on l’imaginait dans la même veine. Et ceux qui comme moi y portaient trop d’espoir se retrouvaient destabilisés voire même déçus par une orientation différente. Certains arrivaient à surmonter ce ressenti pour plonger pleinement dans un nouvel univers et crier au génie. De mon côté, je mettais un sévère 5.5/10. J’avais trop attendu cet album pour apprécier cette fausse suite.

5 ans plus tard, la suite. Et là c’est une toute autre histoire. J’ai jeté mes espoirs en WINTERSUN depuis, je n’ai pas compté les mois, et j’avais même tiré un petit trait assez fin sur l’existence même des Finlandais. Non, je n’ai pas appris à aimer Time I, je n’ai pas eu l’envie de replonger dedans. Bon, j’avais tout de même cette petite curiosité d’écouter ce qu’allait offrir le Time II, mais sans plus. Et finalement ce n’est pas Time II qui arrive ! Il paraissait pourtant que les titres étaient prêts. On se souvient qu’en 2012 la bande à Jari affirmait que c’était Nuclear Blast qui avait décidé de diviser un album trop long en deux parties et qu’il allait donc falloir attendre un peu avant d’avoir les titres absents. Eh bah les plans ont changé. Problème de ventes ? En tous cas on se souvient très bien qu’en début d’année 2017 WINTERSUN a dû faire appel à un crowdfunding polémique pour s’offrir son studio, le Wintersun Headquarters. 200.000 euros promis en deux jours pour un objectif fixé à l’origine à 150.000 euros. Comme quoi il y a des fans de Time I... Je vous assure que moi, bah non, j’ai pas eu la générosité de participer, même si je n’ai rien contre les crowdfunding tant qu’ils ne tournent pas à l’affaire TVANGESTE...

Et ce n’est pas un TIME II, mais un The Forest Seasons qui sort en juillet 2017, album concept tournant autour de... la forêt... et des... saisons ! Ah bah comme l titre l’indique alors ! 4 pistes bien entendu, du printemps à l’hiver. Et des morceaux fleuves dont la moyenne est de 13 minutes. Oui, ce sont de véritables épopées qui ont été composées, avec des sous-parties pour les première et troisième pistes. Pardon ? C’est un concept déjà fait ? Oui, bon, c’est vrai, on se souvient entre autres de NARGAROTH, mais c’est toujours intéressant d’avoir un groupe qui tente de créer autour d’une thématique cohérente et logique...

Musicalement, WINTERSUN propose à nouveau un mélange bien maîtrisé et parfois improbable sur le papier entre diverses influences. Ne me testez pas à un blind test, je pourrais vous sortir des âneries impossibles selon le passage que vous me feriez écouter. Ne serait-ce que sur « Awaken from the Dark Slumber (Spring) », je me vois déjà vous proposer : « Rhapsody ! C’est RHAPSODY hein, cette voix aigüe, ce côté power et épique ! ». Un autre passage et « c’est sûr, c’est DIMMU BORGIR ! La suite de Abrahadabra ? 7 ans qu’on l’attendait hein, le black metal de film d’aventure, avec des effets spéciaux partout ! ». Ailleurs : « MOONSORROW ! Les instruments, les ambiances, c’est ça hein !!! Rahahha, je le savais ! ». Non, c’est bel et bien WINTERSUN, mais c’est WINTERSUN par moments. Même si ce sont ces passages qui restent en tête et qui se démarquent, ils ne sont pas représentatifs de l’ensemble, et on peut même retrouver des parties bien plus agressives qui renvoient au premier album. Dynamique, enjoué, endiablé même, l’album sait être rentre-dedans et on se laisse facilement emporter par les ambiances survoltées qui sont équilibrées par de longs passages au clavier, très rêveurs. Par contre j'émets quelques doutes concernant le dernier morceau qui a une trop longue partie douce chantée clairement qui me rappelle de mauvais titres de HELLOWEEN...

Au final, je m’y retrouve plus qu’avec Time I, même si encore une fois c’est parfois longuet, même si je ne trouve pas assez de moments surpuissants, même si un côté prétentieux / pédant peut pendre le dessus. Sans redevenir un fan absolu, je sais déjà que je réécouterai cet album à l’occasion, quand j’aurai envie de retrouver des soli, de la variété, du travail rondement mené...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
08/08/2017 14:47
note: 7/10
Voilà, je suis d'accord avec ce qui est dit. L'album fait le taff, il alterne assez bien les moments, on se laisse prendre au jeu. Je suis passé à côté de tout le drama etc, mais en soi c'est un album qui fait plaisir Sourire
Sakrifiss citer
Sakrifiss
03/08/2017 15:47
note: 7/10
rivax a écrit : Vivaldi aussi a fait un concept album correct sur les quatre saisons.

Super CD ! J'ai le t-shirt !
rivax citer
rivax
03/08/2017 15:19
Vivaldi aussi a fait un concept album correct sur les quatre saisons.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wintersun
Black Power Epique
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (22)  7.21/10

plus d'infos sur
Wintersun
Wintersun
Black Power Epique - 2003 - Finlande
  

tracklist
01.   Awaken from the Dark Slumber (Spring)
02.   The Forest That Weeps (Summer)
03.   Eternal Darkness (Autumn)
04.   Loneliness (Winter)

Durée : 54:01

line up
parution
21 Juillet 2017

voir aussi
Wintersun
Wintersun
Time I

2012 - Nuclear Blast
  
Wintersun
Wintersun
Wintersun

2004 - Nuclear Blast
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report