chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Texas Chainsaw Dust Lovers - Film Noir

Chronique

The Texas Chainsaw Dust Lovers Film Noir
Il y a des groupes qui ne jouent pas de la musique Metal mais qui plaisent néanmoins aux metalleux. Parce qu'ils sont quand même bien Rock et que leur badass attitude fait vibrer la corde sensible du rebelle qui sommeille en chaque metalleux. C'est à mon avis le cas de THE TEXAS CHAINSAW DUST LOVERS. Ce gang de desperados Parisiens a été fondé en 2011 autour de deux frères, Clem (chant, guitare) et Etienne (basse), rapidement rejoints par Chris (batterie) puis par Nagui (lead guitare). Ensemble, ils écument les saloon puant la sueur et le mauvais whisky de France de de Navarre, faisant parler la poudre et les guitares.

Tu me vois venir avec mes métaphores western ? Non ? Alors je te le dis franco de porc (comme dirait Bérurier), la particularité de THE TEXAS CHAINSAW DUST LOVERS c'est une sonorité western que le combo polit patiemment depuis ses débuts et dont chaque disque est une déclinaison. Deuxième album, Série Noire reprend la trame de ses aînés, l'EP The Wolf Is Rising (2014) et l'album Me and the Devil (2016) : une jouissive alternance de morceaux très typés redneck ("Come To The River"), de gros Rock qui fout des mandales ("Camouflage"), de ballades mélancoliques ("Thank You For The Song", "End title : Film Noir") et une louche supplémentaire de gros Rock qui fout des mandales ("California Sur Marne", "Let It Bleed"). Dans cette nouvelle mouture, l'amélioration de la technique du groupe est notable. La rythmique est moins grasse, plus ciselée. Le chant de crooner est plus riche et varié. Les plans de guitare sont plus profonds et les instrus western sont employés avec parcimonie et à bon escient. TTCDL ne s'enferme pas dans un trip Western Metal comme le fait ALESTORM avec la piraterie. Non, les Parisiens ont une sonorité signature mais n'ont pas besoin d'alourdir le concept en ne parlant que de cow boyeries, préférant piocher leurs thématiques dans le Rock de papa et le Blues de grand-papa. Le style du gang évolue également dans ce nouvel opus : avec le temps, le gang délaisse son Stoner des débuts pour une musique plus hard que heavy. J'ose une comparaison ambitieuse : TTCDL suit un petit peu le même genre de progression que RED FANG entre Murder The Mountain et Only Ghosts. Vous voyez le genre ? C'est moins gras, moins Stoner, ça explore de nouvelles voies en conservant quand même les sonorités signatures, mais en les enrichissant, en les enluminant, en leur donnant une autre direction... D'ailleurs, cette comparaison avec le quatuor de Portland pourrait aller plus loin : les Parisiens ayant le même genre d'attitude coolos et le même talent pour se mettre en scène dans des vidéo clips plutôt fun (comme par exemple "California sur Marne").

Un mot enfin sur la construction de la tracklist et la production. Film Noir est construit comme un bon film. Les chansons les plus copieuses de la galette sont scénarisées. Le gang y ménage ses effets, surprenant l'auditeur comme par exemple sur "Fandango" et "The Minute" . Mais ce qui saute également rapidement aux oreilles, c'est le gros boulot de un gros travail de production et d'enrichissement de la recette qui rappelle l'action d'un réalisateur sur son projet, le film n'ayant qu'une lointaine parenté avec les plans captés pendant le tournage, notamment sur "End Title : Film Noir" et "California sur Marne".

Film Noir est une super bonne surprise. C'est la démonstration qu'avec du boulot, de l'envie, et encore du boulot, un groupe actuel, même français, peut sortir un disque de Rock à grosses burnes qui sorte des sentiers battus et rebattus. A écouter sans modération!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Texas Chainsaw Dust Lovers
Stoner Spaghetti
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
The Texas Chainsaw Dust Lovers
The Texas Chainsaw Dust Lovers
Stoner Spaghetti - 2011 - France
  

tracklist
01.   Thank you for the song  (2:53)
02.   Camouflage  (4:20)
03.   Let it bleed  (4:11)
04.   My Rock'n'roll died  (3:23)
05.   The minute  (3:19)
06.   Come to the river  (1:50)
07.   Martyr with a plan  (3:38)
08.   California sur Marne  (3:33)
09.   Fandango  (5:18)
10.   End title : Film Noir  (4:54)

Durée : 37:19

line up
parution
20 Octobre 2017

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report