chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
11 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Human Magnet - A New Kind Of Start

Chronique

Human Magnet A New Kind Of Start
Après l'excellent fest report des Metaldays 2017 de Chris, j'ai eu l'idée de me pencher sur le berceau de la scène Metal Slovène en écoutant l'album de Metal Progressif d'une jeune et ambitieuse formation appelée HUMAN MAGNET. A New Kind Of Start, le disque dont je vous parle aujourd'hui, est leur premier LP, il est sorti il y a tout juste un an et c'est bien entendu une autoproduction.

Comme nombre de groupes non anglophone, A New Kind Of Start souffre d'une diction un peu approximative et caricaturale, effet accentué par le choix du growl. Une option artistique d'autant plus discutable que dans les morceaux alternant vocifération et chant clair, les parties non hurlées sont plus fluides ("Blinded", par exemple). Et d'autant plus regrettable qu'il y a un gros boulot d'écriture sur les textes qui auraient mérité une mise en chanson plus adéquate. Car même s'il ne parle pas bien l'anglais et l'écorche pire que pendre quand il s'exprime dans le dialecte de la perfide Albion, l'auditeur que je suis préfère largement un groupe s'exprimant bien dans sa langue natale (quitte à ne pas comprendre les paroles) que mal en anglais. J'ai commencé par parler de la langue et du chant car c'est un sujet qui me tient à coeur (comme vous l'avez probablement constaté si vous avez lu mes autres chroniques), mais aussi parce que, ce défaut mis à part, l'album de HUMAN MAGNET est plutôt intéressant, même si vous n'êtes pas fan de Metal Progressif.

En l'espèce, HUMAN MAGNET est plus proche de l'univers de PERIPHERY que de celui de DREAM THEATER. La sonorité des guitares a ce rendu que l'on associe au Djent (même si le Djent ne se limite pas à une sonorité de guitare). Vous voyez ce que je veux dire? La base de leur musique est composée de riffs syncopés, un son synthétique et hyper saturé, comme si un Ray Charles parkinsonien martelait frénétiquement les touches les plus graves de son piano. Le gang utilise également des arpèges aigus très rapides pour briser la monotonie du riffing. Là-dessus viennent parfois s'ajouter des sonorités de guitare plus crues, des effets électroniques ou des chants clairs masculins et féminins. Les grattes sont mixées très haut et couvrent complètement la batterie, hélas un petit peu anecdotique (on n'entend bien souvent que la grosse caisse) et à la sonorité très synthétique également.

Le fonds de tarte Djent + Growl répété sur chaque morceau aurait pu vite devenir indigeste, alors HUMAN MAGNET ajoute des fioritures. Des claviers sur "Empire", une guitare sur "The Drinkologue" et "Never Ending", des flûtes, de la pluie et un beau chant féminin sur "Black & Withe". Sans ces inserts d'ambiance, il serait bien difficile de différencier des compos qui reposent sur une base si semblable d'un morceau à l'autre.

Bien sûr qu'il a quelques défauts (de jeunesse), ce premier opus de HUMAN MAGNET, mais il y a du boulot, il y a de l'envie, il y a de la passion. Le quintet a encore du chemin à parcourir pour sortir l'album parfait, mais leur premier projet donne au moins l'envie de les suivre de plus près.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Human Magnet
Metal Progressif / Djent
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Human Magnet
Human Magnet
Metal Progressif / Djent - Slovénie
  

tracklist
01.   A New Kind of Start  (04:30)
02.   Sourcecode  (04:59)
03.   Empire  (05:18)
04.   Amber  (02:58)
05.   Black & White  (06:25)
06.   The Drinkologue  (04:09)
07.   Never-ending  (03:44)
08.   God-given  (05:34)
09.   Blinded  (05:37)

Durée : 44:00

line up
parution
17 Juillet 2016

Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique