chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Venomous Maximus - No Warning

Chronique

Venomous Maximus No Warning
Il est temps de poser des questions essentielles qui, malheureusement, peinent cette année à trouver une réponse : Qu'écouter de neuf cet été ? Quelle musique pour accompagner notre bière de fin d'après-midi ? Quel album pour nous motiver à sortir sous 40 degrés à l'ombre (de moins en moins un titre d'émission et de plus en plus une réalité) ? Quel disque pour nous aider à finir l'alcool et les saucisses, le ventre déjà plein et le cerveau en alerte enlèvement, nous faire subir avec un peu de plaisir les embouteillages, nous aider à se sentir beau malgré les insolations, les cernes créées par le manque de sommeil en raison de la chaleur, et la peau qui pèle tant qu'on nous surnomme « le serpent » au camping ?

La solution aura mis un peu plus de temps à arriver que les années précédentes, mais la voilà. Certes choisi un peu à défaut, No Warning n'en reste pas moins fiévreux, puissant et rafraîchissant au point de le conseiller à quiconque recherchant ce genre de bonheur. Dorez-vous la pilule, la bande de Gregg Higgins se charge de tout ! Il faut dire que, malgré le titre de ce dernier longue-durée, on avait déjà été prévenu du talent des Ricains par deux œuvres, Beg upon the Light et plus particulièrement l'époustouflant Firewalker, révélation qui avait fait pratiquer toutes sortes de positions à votre serviteur, jusqu'à celle de la girouette. Peu adepte en temps normal de heavy metal, je m'étais surpris à adorer ces guitares aux mélodies enlevées, aussi viriles que dansantes, ainsi que cette voix atteignant des hauteurs heureusement autres que vocales, remplaçant le chat qui se coince la queue dans une porte par la peinture grave de paysages crépusculaires, où se rêver cow-boy maudit et séduisant, toujours une balle dans son barillet et de l'amour à offrir à qui croise sa route.

Par chance, ces nouvelles quarante-deux minutes renouent avec cela. Vindicatif, évoquant aussi bien l'épopée vécue à dos de canasson qu'un occultisme vicieux et sensuel, No Warning, une fois passé son introduction eighties nous faisant croire qu'on a mis un single de David Hasselhoff dans le lecteur par erreur, enclenche la vitesse maximale en terme de sensation avec « Spellbound », titre chevauchant tout ce qui fait le charme de Venomous Maximus. Hiha ! Clairement, on tient là un groupe sûr de lui et de ce qu'il fait, ne changeant sa formule que lors de quelques incartades acoustiques, dont l'une frôle la perfection (« All of My Dreams », parfaite pour les adieux près d'un feu de bois). Une constance qui profite majoritairement au disque, au point de faire croire qu'on a emménagé chez le Roi Midas lors des premières lancées. « Pray for Me », le morceau-titre, « Return of the Witch » et ses backing vocals furieux (« Witch ! », « Witch ! ») ou encore la lead simplement belle du final « Sea of Sleep »... Les Ricains n'ont pas brûlé entièrement avec l'incandescent Firewalker, perpétuant ce qui a fait leur succès.

Aucune mauvaise surprise à l'écoute de No Warning donc. Venomous Maximus capitalise sur ses acquis pour le meilleur, même si, après avoir tant chaviré lors des deux essais précédents, quelques manques se font sentir. En dépit de la haute tenue de l'ensemble, pas de « Dark Waves » ou « Path of Doom » à l'horizon, de morceau définitif faisant passer l'album à un stade supérieur. On se surprend même à rouler des yeux durant un « Endless » un peu trop mièvre, exercice que les Texans pratiquent de leur excellente manière habituelle (il en faut, pour me faire apprécier un tant soit peu un titre instrumental type « sortez les briquets » dans un album de metal) mais faisant attendre plus enivrant et trouble de la part de cette étrange bête qu'ils forment ensemble.

Rien handicapant gravement No Warning cependant, l'orgie de riffs et moments fédérateurs se vivant habillé d'un grand sourire assumé. Toujours aussi doué dans son patchwork d'influences diverses, unissant doom, heavy metal et hard rock sous une même bannière, Venomous Maximus fait uniquement regretter que seule la voix du maître-chanteur Gregg Higgins se révèle ahurissante de bout en bout, les autres instruments ne faisant que flirter avec le divin. De la part de ces satyres en stetson, c'est une autre séduction qu'on espère... Mais assez fait la fine bouche car, définitivement, Venomous Maximus s'adresse avant tout à celles assoiffées !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Venomous Maximus
Heavy Metal / Hard Rock
2017 - Shadow Kingdom Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  6.66/10

plus d'infos sur
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Heavy Metal / Hard Rock - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I
02.   Spellbound
03.   Pray for Me
04.   Return of the Witch
05.   All of my Dreams
06.   II
07.   No Warning
08.   Blood for Blood
09.   Endless
10.   Sea of Sleep

Durée : 41 minutes 47 secondes

line up
parution
28 Juillet 2017

voir aussi
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Firewalker

2015 - Shadow Kingdom Records
  

Essayez aussi
Iron Maiden
Iron Maiden
Seventh Son Of A Seventh Son

1988 - EMI
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Bark At The Moon

1983 - Epic Records
  
Skull Parade
Skull Parade
Skullparade

2017 - Rexius Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz

1980 - Epic Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report