chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
24 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Primitiv - Immortal & Vile

Chronique

Primitiv Immortal & Vile
"A desolate landscape,
Where not a man can live,
A future of ruin and chaos,
A world unborn- Primitiv.

Across Rancid lake,
Temples where devotees fall,
Across deserts of evil,
The war that ended it all.

World War Zero"


A chaque fois c'est la même chose. J'ai beau l'avoir écoutée des dizaines de fois, l'intro de Immortal & Vile premier album du groupe indien PRIMITIV, me procure les mêmes sensation, entre frisson suscité par la justesse de la compo, anticipation fébrile de ce qui vient ensuite et plaisir inexplicable du metalleux lorsqu'il entend de la musique grasse et saturée.

En Inde, le Metal n’est même pas considéré comme un courant musical. Au pays de Bollywood, ce qui domine le marché c’est le néo-folkore et la soupe servie par des clones de David Guetta. Ici comme là-bas, pour faire vivre un projet musical, il faut être prêt à bien des sacrifices, il faut être mû par une passion brûlante. Une passion d’autant plus brûlante qu’on choisit une voie qui ne bénéficiera probablement jamais de la caution morale des mass médias. Le Metal n’est pas la voie de la facilité et le choix du Metal comme moyen d’expression correspond à un état d’esprit, traduit une rage une colère ou d’autres sentiments inavouables que des styles musicaux plus acceptés par le grand public ne permettent pas d’exprimer. C'est justement ce qui conduit des musiciens comme Rajarshi Bhattacharya (guitare), Riju Dasgupta (basse), Pushkar Joshi (batterie), Nitin Rajan (chant) et Kiron Kumar (guitare) à monter des projets comme PRIMITIV.

"J’étais attiré par l’univers Metal et le fait que le Metal aborde des sujets et des thèmes qui effraient les autres genres musicaux. Pour moi, le Metal est le refuge des gens qui ne rentrent pas dans le moule et je pense justement que je ne fais pas partie du troupeau" (Riju Dasgupta / Primitiv).

PRIMITIV, c'est mon petit chouchou de la scène Metal indienne. Constitué de musiciens blanchis sous les harnais, le groupe a dépassé le travers consistant à copier les grands classiques de référence et propose un Doom / Death pachydermique et oppressant, plutôt inédit pour l'Inde. PRIMITIV est un "supergroupe" constitué de membres de deux formations indiennes reconnues, ALBATROSS et KILIBRIUM. Le groupe a pour ambition de raconter l'histoire d'un univers dystopique et cauchemardesque, pendant fantasmé de leur existence réelle. Le premier chapitre de cette saga, Immortal & Vile, paru début 2016 est illustré par un superbe artwork rouge et or qui n'aurait pas juré dans un album de Valérian. Le contenu est à la hauteur de ce contenant, mené tambour battant (au propre comme au figuré). On dira ce qu'on voudra, mais un ciel uniformément rouge, ça met rarement en joie ! Il n'y a de toute manière nulle joie à attendre dans les neuf morceaux lourdissimes de la galette. Une rythmique grasse comme une marée noire porte un chant death bluffant de justesse, alternant grondement sourd et caverneux, montée hystérique dans les aigus et plages plus posées et narratives. Evitant le trip contemplatif ou complaisant, la tracklist alterne les moments épiques comme l'intro "Clash Of Gods", le central "Dead Man's Desert" et le final "Lords of Primitiv" et, les grosses baffes brutales comme "World War Zero" ou "Lake Rancid" et leurs riffs d'une kilo-tonne seulement transpercés par quelques soli aériens.

Curieux OVNI issu d'un pays dont on n'attend en général pas grand chose (pour le Metal) et qui a du mal à se faire entendre en Europe, Immortal & Vile est le disque qui m'a donné envie de m'intéresser au Metal Indien. Un voyage en terre inconnue qui vaut son pesant de palak paneer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitiv
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6/10

plus d'infos sur
Primitiv
Primitiv
Doom / Death - 2013 - Inde
  

tracklist
01.   Clash of the Gods  (02:17)
02.   World War Zero  (04:08)
03.   The Demon of Science  (03:41)
04.   Lake Rancid  (04:16)
05.   Dead Man's Desert  (06:42)
06.   Taurus  (05:04)
07.   Lords of Primitiv  (04:35)

Durée : 30:00

line up
parution
9 Janvier 2016

Essayez aussi
Paradise Lost
Paradise Lost
Medusa

2017 - Nuclear Blast Records
  
Anatomia
Anatomia
Dissected Humanity

2005 - Necroharmonic
  
Ataraxie
Ataraxie
Slow Transcending Agony

2005 - Weird Truth Productions
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Songs from the North
(I, II & III)

2015 - Century Media Records
  
Fuoco Fatuo
Fuoco Fatuo
The Viper Slithers In The Ashes Of What Remains

2014 - Iron Tyrant
  

At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Nuit Macabre
Perversion de Dieu (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity + Origin + Rings Of Saturn + Graveslave
Lire le live report
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique