chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Primitiv - Immortal & Vile

Chronique

Primitiv Immortal & Vile
"A desolate landscape,
Where not a man can live,
A future of ruin and chaos,
A world unborn- Primitiv.

Across Rancid lake,
Temples where devotees fall,
Across deserts of evil,
The war that ended it all.

World War Zero"


A chaque fois c'est la même chose. J'ai beau l'avoir écoutée des dizaines de fois, l'intro de Immortal & Vile premier album du groupe indien PRIMITIV, me procure les mêmes sensation, entre frisson suscité par la justesse de la compo, anticipation fébrile de ce qui vient ensuite et plaisir inexplicable du metalleux lorsqu'il entend de la musique grasse et saturée.

En Inde, le Metal n’est même pas considéré comme un courant musical. Au pays de Bollywood, ce qui domine le marché c’est le néo-folkore et la soupe servie par des clones de David Guetta. Ici comme là-bas, pour faire vivre un projet musical, il faut être prêt à bien des sacrifices, il faut être mû par une passion brûlante. Une passion d’autant plus brûlante qu’on choisit une voie qui ne bénéficiera probablement jamais de la caution morale des mass médias. Le Metal n’est pas la voie de la facilité et le choix du Metal comme moyen d’expression correspond à un état d’esprit, traduit une rage une colère ou d’autres sentiments inavouables que des styles musicaux plus acceptés par le grand public ne permettent pas d’exprimer. C'est justement ce qui conduit des musiciens comme Rajarshi Bhattacharya (guitare), Riju Dasgupta (basse), Pushkar Joshi (batterie), Nitin Rajan (chant) et Kiron Kumar (guitare) à monter des projets comme PRIMITIV.

"J’étais attiré par l’univers Metal et le fait que le Metal aborde des sujets et des thèmes qui effraient les autres genres musicaux. Pour moi, le Metal est le refuge des gens qui ne rentrent pas dans le moule et je pense justement que je ne fais pas partie du troupeau" (Riju Dasgupta / Primitiv).

PRIMITIV, c'est mon petit chouchou de la scène Metal indienne. Constitué de musiciens blanchis sous les harnais, le groupe a dépassé le travers consistant à copier les grands classiques de référence et propose un Doom / Death pachydermique et oppressant, plutôt inédit pour l'Inde. PRIMITIV est un "supergroupe" constitué de membres de deux formations indiennes reconnues, ALBATROSS et KILIBRIUM. Le groupe a pour ambition de raconter l'histoire d'un univers dystopique et cauchemardesque, pendant fantasmé de leur existence réelle. Le premier chapitre de cette saga, Immortal & Vile, paru début 2016 est illustré par un superbe artwork rouge et or qui n'aurait pas juré dans un album de Valérian. Le contenu est à la hauteur de ce contenant, mené tambour battant (au propre comme au figuré). On dira ce qu'on voudra, mais un ciel uniformément rouge, ça met rarement en joie ! Il n'y a de toute manière nulle joie à attendre dans les neuf morceaux lourdissimes de la galette. Une rythmique grasse comme une marée noire porte un chant death bluffant de justesse, alternant grondement sourd et caverneux, montée hystérique dans les aigus et plages plus posées et narratives. Evitant le trip contemplatif ou complaisant, la tracklist alterne les moments épiques comme l'intro "Clash Of Gods", le central "Dead Man's Desert" et le final "Lords of Primitiv" et, les grosses baffes brutales comme "World War Zero" ou "Lake Rancid" et leurs riffs d'une kilo-tonne seulement transpercés par quelques soli aériens.

Curieux OVNI issu d'un pays dont on n'attend en général pas grand chose (pour le Metal) et qui a du mal à se faire entendre en Europe, Immortal & Vile est le disque qui m'a donné envie de m'intéresser au Metal Indien. Un voyage en terre inconnue qui vaut son pesant de palak paneer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitiv
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6/10

plus d'infos sur
Primitiv
Primitiv
Doom / Death - 2013 - Inde
  

tracklist
01.   Clash of the Gods  (02:17)
02.   World War Zero  (04:08)
03.   The Demon of Science  (03:41)
04.   Lake Rancid  (04:16)
05.   Dead Man's Desert  (06:42)
06.   Taurus  (05:04)
07.   Lords of Primitiv  (04:35)

Durée : 30:00

line up
parution
9 Janvier 2016

Essayez aussi
Inborn Suffering
Inborn Suffering
Wordless Hope

2006 - Sound Riot Records
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
Amends

2013 - Grau Records
  
Spectral Voice
Spectral Voice
Necrotic Doom (Démo)

2015 - Dark Descent Records
  
Cemetary
Cemetary
Godless Beauty

1993 - Black Mark Productions
  
Ramesses
Ramesses
Misanthropic Alchemy

2007 - Feto Records
  

The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique
Tinnitux 耳鳴
As The Aether Burns「聽見蒼穹燃燒」...
Lire la chronique
Seven Spires
Solveig
Lire la chronique