chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Primitiv - Immortal & Vile

Chronique

Primitiv Immortal & Vile
"A desolate landscape,
Where not a man can live,
A future of ruin and chaos,
A world unborn- Primitiv.

Across Rancid lake,
Temples where devotees fall,
Across deserts of evil,
The war that ended it all.

World War Zero"


A chaque fois c'est la même chose. J'ai beau l'avoir écoutée des dizaines de fois, l'intro de Immortal & Vile premier album du groupe indien PRIMITIV, me procure les mêmes sensation, entre frisson suscité par la justesse de la compo, anticipation fébrile de ce qui vient ensuite et plaisir inexplicable du metalleux lorsqu'il entend de la musique grasse et saturée.

En Inde, le Metal n’est même pas considéré comme un courant musical. Au pays de Bollywood, ce qui domine le marché c’est le néo-folkore et la soupe servie par des clones de David Guetta. Ici comme là-bas, pour faire vivre un projet musical, il faut être prêt à bien des sacrifices, il faut être mû par une passion brûlante. Une passion d’autant plus brûlante qu’on choisit une voie qui ne bénéficiera probablement jamais de la caution morale des mass médias. Le Metal n’est pas la voie de la facilité et le choix du Metal comme moyen d’expression correspond à un état d’esprit, traduit une rage une colère ou d’autres sentiments inavouables que des styles musicaux plus acceptés par le grand public ne permettent pas d’exprimer. C'est justement ce qui conduit des musiciens comme Rajarshi Bhattacharya (guitare), Riju Dasgupta (basse), Pushkar Joshi (batterie), Nitin Rajan (chant) et Kiron Kumar (guitare) à monter des projets comme PRIMITIV.

"J’étais attiré par l’univers Metal et le fait que le Metal aborde des sujets et des thèmes qui effraient les autres genres musicaux. Pour moi, le Metal est le refuge des gens qui ne rentrent pas dans le moule et je pense justement que je ne fais pas partie du troupeau" (Riju Dasgupta / Primitiv).

PRIMITIV, c'est mon petit chouchou de la scène Metal indienne. Constitué de musiciens blanchis sous les harnais, le groupe a dépassé le travers consistant à copier les grands classiques de référence et propose un Doom / Death pachydermique et oppressant, plutôt inédit pour l'Inde. PRIMITIV est un "supergroupe" constitué de membres de deux formations indiennes reconnues, ALBATROSS et KILIBRIUM. Le groupe a pour ambition de raconter l'histoire d'un univers dystopique et cauchemardesque, pendant fantasmé de leur existence réelle. Le premier chapitre de cette saga, Immortal & Vile, paru début 2016 est illustré par un superbe artwork rouge et or qui n'aurait pas juré dans un album de Valérian. Le contenu est à la hauteur de ce contenant, mené tambour battant (au propre comme au figuré). On dira ce qu'on voudra, mais un ciel uniformément rouge, ça met rarement en joie ! Il n'y a de toute manière nulle joie à attendre dans les neuf morceaux lourdissimes de la galette. Une rythmique grasse comme une marée noire porte un chant death bluffant de justesse, alternant grondement sourd et caverneux, montée hystérique dans les aigus et plages plus posées et narratives. Evitant le trip contemplatif ou complaisant, la tracklist alterne les moments épiques comme l'intro "Clash Of Gods", le central "Dead Man's Desert" et le final "Lords of Primitiv" et, les grosses baffes brutales comme "World War Zero" ou "Lake Rancid" et leurs riffs d'une kilo-tonne seulement transpercés par quelques soli aériens.

Curieux OVNI issu d'un pays dont on n'attend en général pas grand chose (pour le Metal) et qui a du mal à se faire entendre en Europe, Immortal & Vile est le disque qui m'a donné envie de m'intéresser au Metal Indien. Un voyage en terre inconnue qui vaut son pesant de palak paneer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitiv
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6/10

plus d'infos sur
Primitiv
Primitiv
Doom / Death - 2013 - Inde
  

tracklist
01.   Clash of the Gods  (02:17)
02.   World War Zero  (04:08)
03.   The Demon of Science  (03:41)
04.   Lake Rancid  (04:16)
05.   Dead Man's Desert  (06:42)
06.   Taurus  (05:04)
07.   Lords of Primitiv  (04:35)

Durée : 30:00

line up
parution
9 Janvier 2016

Essayez aussi
Hooded Menace
Hooded Menace
Effigies Of Evil

2012 - Relapse Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Never Cross The Dead

2010 - Profound Lore Records
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  
Daylight Dies
Daylight Dies
A Frail Becoming

2012 - Candlelight Records
  

Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique