chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Charnel Winds - Verschränkung

Chronique

Charnel Winds Verschränkung
Malgré ses quinze années d’existence le combo originaire de la région de Jyväskylä n’a jamais dépassé les frontières de l’Underground le plus obscur, il faut dire qu’avec une productivité toute relative et un premier opus pas franchement mémorable les conditions ne sont pas franchement réunies pour aller plus haut. Six ans après ce « Der Teufelsbund » pas vraiment reluisant, et un EP de 2013 pas plus réussi, le quartet revient avec toujours son Black-Metal toujours teinté de mysticisme et de magie, qui privilégie les ambiances à la brutalité bas du front. Mais malgré une expérience plus grande et l’arrivée de nouveaux membres ce deuxième album ne se démarquera pas du précédent, à cause là-encore d’une durée excessive de chacun des morceaux. Car avec une musique relativement rudimentaire où l’on retrouve plus ou moins les mêmes plans sur la longueur le choix aurait dû être d’aller à l’essentiel, hors ici outre un manque d’inspiration sur certains passages on a droit à des riffs de guitare identiques répétés à l’infini et un jeu de batterie répétitif et lassant.

On est vite mis devant le fait accompli avec l’ennuyeux « Devouring The Cursed Fruits Of Tartaros » qui après un début pourtant doux, mélodieux et prometteur s’enlise rapidement avec un tempo qui ne bouge quasiment pas et une alternance de voix où se mêlent passages criés typiques au Metal Noir et d’autres plus classiques et Heavy, pas toujours réussies mais qui ont au moins le mérite de sortir un peu l’auditeur de sa torpeur et de sa somnolence, vu que ça ne décolle pas et que ça reste aussi plat qu’un encéphalogramme chez un défunt. Ca n’est pas « Avitchi Blues » qui va remonter le niveau malgré un nom prometteur mais trompeur, en effet nulle trace ici d’envolées guitaristiques venues de la Nouvelle-Orléans et des rives du Mississippi, bien que les quelques petits solis disséminés ici et là on le mérite d’exister et d’être intéressants. Pour le reste ça reprend ce qui a été fait auparavant sans se transcender, du coup on reste sur un niveau similaire tout aussi linéaire et mollasson, et surtout sans idées. Et puis curieusement alors qu’on n’en attendait absolument plus rien « Atmâsphere » va redonner un léger intérêt au disque, puisqu’enfin les gars vont lâcher le frein à main et montrer une facette un peu plus intéressante. Avec ses parties plus « rapides » (ça n’est quand même pas du MARDUK ou BLACK DAWN niveau vitesse) et ses solos intéressantes et mélodieux, l’ensemble se distingue par plus d’agressivité et d’imagination, avec surtout plus de diversité, mais hélas qui se retrouve plombé encore une fois par une durée bien trop longue.

Mais quand le quartet se décide de raccourcir ses compos cela passe tout de suite beaucoup de mieux, à l’instar de « Rebellion » qui sans être exceptionnel passe relativement bien le cap des courtes. A la fois plus énergique et plus direct il voit même quelques blasts surgir au milieu d’une rythmique plutôt mid-tempo et légèrement remuante, et l’on ne peut que regretter que les mecs ne reprennent pas plus souvent ce schéma. Car si « The Abyss Gazes Also » se fait plus sombre et triste (avec en prime un peu de guitare acoustique sympathique) on s’aperçoit encore que la bande a le cul entre deux chaises, hésitant à aller plus loin dans le gros Heavy à l’ancienne et n’osant pas pousser plus loin ses escapades plus violentes et extrêmes, le tout avec de nouveau des longueurs et une prévisibilité des arrangements qui en devient vite énervante. Du coup on passera rapidement sur « Beyond Null Reality » à l’ambiance presque religieuse et bien foutue, mais à l’ensemble plombé encore et toujours par la même raison, et ça sera la même chose pour « The Heralding » qui pendant dix minutes interminables se répète inlassablement, malgré plus de variété et d’idées (solos nombreux et parties tribales qui ajoutent un petit plus).

On aura donc compris qu’il n’y a rien de vraiment exaltant ni rien de totalement loupé non plus, ça reste neutre sans être transcendant ni marquant, malgré les quelques moments plus agréables et inspirés qui sont noyés dans un océan de banalité. Avec en prime une production live et naturelle dont la puissance laisse à désirer, et un groupe dont la musique manque d’énergie et de couilles, on peut être sûr ça n’est pas encore cette fois-ci que les Finlandais grimperont d’un cran dans la hiérarchie, et au sein de la scène de leur pays qui est depuis un bon moment une des plus intéressantes qui existe sur le vieux continent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
08/08/2017 13:10
Citation : il faut dire qu’avec une productivité toute relative et un premier opus pas franchement mémorable les conditions ne sont pas franchement réunies pour aller plus haut. Six ans après ce « Der Teufelsbund » pas vraiment reluisant, et un EP de 2013 pas plus réussi

Moi aussi il y a quelques groupes qui n'ont fait que des albums au mieux moyens et que je continue à suivre vaille que vaille en espérant qu'ils sortiront un jour un bon disque!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Charnel Winds
Black Metal somnolant
2017 - Feuer Publications
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Charnel Winds
Charnel Winds
Black Metal somnolant - 2003 - Finlande
  

tracklist
01.   Devouring The Cursed Fruits Of Tartaros
02.   Avitchi Blues
03.   Atmâsphere
04.   Rebellion
05.   The Abyss Gazes Also
06.   Beyond Null Reality
07.   The Heralding

Durée : 46 minutes

line up
parution
1 Juin 2017

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report