chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mötley Crüe - Shout at the Devil

Chronique

Mötley Crüe Shout at the Devil
Quand on est un petit nouveau de Thrasho, pour se présenter sur le forum, on répond à une interview d'une centaine de questions (allez-y, c'est marrant). La seizième question est : "quel est le meilleur album de Metal pour séduire une personne de sexe opposé". Après moult réflexions et tergiversations, je pense que la réponse la plus nette serait : Shout At The Devil, probablement le plus bel aimant à minou que le Metal ait conçu, ne serait-ce que parce qu'il a été pensé comme tel par ses auteurs. En 1983, pour les quatre étoiles montantes de MÖTLEY, Micky Mars, Tommy Lee, Nicky Sixx et Vince Neil, la seule obsession c'est de savoir avec combien de groupies ils finiront la soirée.

Oui, derrière le satanisme de fête foraine et les looks de faux méchants bardés de cuir et de clous repompés sur JUDA'S PRIEST se dissimulent quatre mâles en rut écrivant leurs chansons à la testosterone. Né avec les années 1980, le groupe a écumé les bars, puis les clubs du Sunset Strip. Ils ont d'abord pressé un premier single auto-produit ("Stick To Your Gun" avec "Toast Of The Town" en face B), financé leur premier album Too Fast For Love via leur propre label Leathür Records en 1981 et écoulé la totalité de son pressage en quelques semaines. Inspiré par AEROSMITH, ALICE COOPER, KISS, T-REX, BLACK SABBATH et LED ZEPPELIN et marchant sur les traces de VAN HALEN et QUIET RIOT ; MÖTLEY CRÜE se prépare à entrer dans l'histoire avec Shout At The Devil, un deuxième opus essentiel, véritable colonne vertébrale du Glam Metal et guide pratique pour quiconque rêverait de mettre le feu au Sunset Strip, jusqu'à l'avertissement final sur les sacrifices qu'il faut consentir pour percer à Sin City, la magnifique chanson "Danger".

Shout At The Devil est un disque important pour comprendre le Glam Metal mais aussi, en creux, le Hardcore et le Thrash qui se sont construits par opposition à l'AOR, au Hard FM et au Glam Metal. Je vous rassure, je vais vous épargner l'histoire du Hair Metal, du Glam et du Sleeze. Je vous renvoie pour ce faire à deux excellents bouquins traitant du sujet : Hair Metal - Sunset Strip Extravaganza de Jean-Charles Desgroux (Le Mot Et Le Reste - 2016) et Fargo Rock City de Chuck Klosterman (Rivages Rouges - 2011). Il me semble cependant intéressant, notre webzine s'intéressant essentiellement au Metal Extrême, de vous rappeler à l'occasion que les groupes originels se sont construits en réaction à une scène mainstream et médiatisée des années 1980, notamment incarnée par MÖTLEY CRÜE.



L'artwork satanique de l'album vinyle est bien moins connu que la galerie de portraits tirée du clip de "Look That Kill" qui illustrait la jaquette de la K7. Les quatre MÖTLEY, bardés de cuir et de métal sont si outrageusement maquillés et coiffés que l'on peut même se demander si ce sont des hommes ou des femmes. Cette maquette à portraits sera reprise par POISON sur Look What The Cat Dragged In (1986) puis par THE DOGS D'AMOUR sur In The Dynamite Jet Saloon (1988). Dans le booklet, le groupe précise que "Cet album a été enregistré sous l'influence des bières Foster's et Budweiser, du gin Bombay, de litres de Jack Daniel's, du Kalhua et du brandy, du gel Quakers and Krell et de Femmes Déchainées!" et il inclut une mise en garde Attention, cet album peut contenir des messages à l'envers. En bref, voici un habillage qui sent le soufre. Bien sûr, l'effet est aujourd'hui un peu estompé par tout ce qui a suivi, mais en 1983, il n'y avait pas grand chose de plus sulfureux que la promesse faite par le quatuor.

Une promesse qui se concrétise dans la tracklist, notamment la carnavalesque "In The Beginning". Cette introduction à "Shout At The Devil" n'a rien perdu de sa superbe, pour qui a conservé son âme d'enfant : voix grave et synthétique, nappes de claviers, prédiction apocalyptique. L'album démarre réellement avec l'énorme "Shout at The Devil". Ne cherchez pas plus loin, les ingrédients constitutifs des neuf chansons de la galette sont tous réunis : un riff autoroute d'une redoutable efficacité, la batterie martelée avec force et régularité par un Tommy Lee métronomique, un refrain choral, le chant suraigu et presque androgyne de Vince Neil et les lyrics sulfureux. La recette peut sembler simpliste, elle est en réalité diablement efficace, chaque chanson se gravant bien vite dans le cortex et réclamant, telle une drogue, une nouvelle écoute pour jouir à nouveau du flash. L'album est une succession de moments jouissifs : le torride "Looks That Kill", le badass "Bastard", la reprise du "Helter Skeller" des BEATLES, l'ultra nerveux "Red Hot" dont le refrain sonne comme "We're Hot", le "Paranoïd" du CRÜE "Too Young To Fall In Love", l'abrasif "Ten Seconds To Love" et enfin la power ballad "Danger" dont les paroles évoquent les sacrifices que doit consentir un groupe pour percer sur le Sunset Strip.

Shoot At The Devil n'est pas le Black Sabbath du Glam Metal. Le genre n'est pas né d'un seul disque ni d'un seul groupe. Il s'est forgé par couches et apports successifs à l'orée des années 1980. En revanche, peu d'albums de Glam Metal ont conservé leur fraîcheur comme Shoot At The Devil, perle du Rock n'Roll qui devrait déboulonner les a-priori et préjugés que vous pouviez avoir sur le Glam Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
30/08/2017 15:58
note: 10/10
Jean-Clint a écrit : Plus fan du premier qui est plus spontané je trouve, ce successeur est du même tonneau et contient là-aussi des supers morceaux (ce morceau-titre mazette !!!)

J'ai réécouté le premier dernièrement, je le trouve certes plus "raw" mais moins fun. Et puis il y a beaucoup trop de cowbell, genre quasi une fois sur chaque chanson!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
30/08/2017 13:40
note: 8.5/10
Plus fan du premier qui est plus spontané je trouve, ce successeur est du même tonneau et contient là-aussi des supers morceaux (ce morceau-titre mazette !!!)
Keyser citer
Keyser
20/08/2017 20:30
note: 8.5/10
Album méga cool, comme le 1er.
AxGxB citer
AxGxB
19/08/2017 14:00
note: 8.5/10
La seule cover valable c'est celle avec leur tronche. Ca a quand même plus de gueule. Album cool en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mötley Crüe
Hard US
1983 - Elektra
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (7)  7.86/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mötley Crüe
Mötley Crüe
Hard US - 1981 † 2015 - Etats-Unis
  

vidéos
Looks That Kill
Looks That Kill
Mötley Crüe

Extrait de "Shout at the Devil"
  
Too Young To Fall In Love
Too Young To Fall In Love
Mötley Crüe

Extrait de "Shout at the Devil"
  

tracklist
01.   In the Beginning  (1:13)
02.   Shout at the Devil  (3:16)
03.   Looks That Kill  (4:07)
04.   Bastard  (2:54)
05.   God Bless the Children of the Beast  (1:33)
06.   Helter Skelter  (3:09)
07.   Red Hot  (3:21)
08.   Too Young To Fall In Love  (3:34)
09.   Knock 'Em Dead, Kid  (3:40)
10.   Ten Seconds to Love  (4:17)
11.   Danger  (3:51)

Durée : 44:10

line up
voir aussi
Mötley Crüe
Mötley Crüe
Dr. Feelgood

1989 - Elektra
  

Essayez aussi
More Than Life
More Than Life
Love Let Me Go

2010 - Purgatory Records
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse (EP)

2010 - Discouraged Records
  
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  
Kingdom Of Sorrow
Kingdom Of Sorrow
Kingdom Of Sorrow

2008 - Relapse Records
  
Cubensis
Cubensis
Metaphysical Impact

2008 - 666 Production
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report