chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skull Parade - Skullparade

Chronique

Skull Parade Skullparade
J'ai découvert récemment que certains artistes renoncent désormais à illustrer leurs disques avec un artwork car ils considèrent que le vidéo clip fait office d'illustration. Heureusement, ce phénomène ne concerne pas le Metal où nombre de groupes consacrent toujours un soin particulier à l'illustration picturale de leurs créations. Pour ma part, c'est toujours par l'artwork que j'entre dans un disque, même s'il n’apparaît que sous la forme d'une icône de trois centimètres carrés mon smartphone.

J'aurais donc pu passer à côté de Skullparade, le deuxième album du groupe suédois SKULL PARADE habillé de l'un des artwork les plus tartes de l'année : la photographie d'un masque de métal plein de trous, de bosses et de pustules posé sur fonds noir. Moi, ça ne m'évoque pas grand chose et certainement pas une métaphore capilotractée : lourd comme du Heavy Metal, acéré comme du Hard Rock.... ce genre là. Compte tenu du fonds de commerce de SKULL PARADE, j'aurais préféré une illustration plus épique comme savaient si bien les faire les graphistes de l'Age d'Or du Heavy Metal. En effet, le quatuor suédois officie dans le Heavy nostalgique, la madeleine de Proust du metalleux. Les quatre musiciens de SKULL PARADE ne sont pas des perdreaux de l'année. Ils avaient déjà roulé leur bosse dans d'autres formations avant de fonder le groupe en 2010. Skullparade est le troisième disque du combo. Il fait suite à l'EP Skull Parade First Four (2012) et l'album Sound Of Corruption (2014). Les deux précédents projets mettent déjà en valeur les qualités du quatuor mais ils n'ont pas ce beau vernis vintage qui donne justement si bonne mine à Skullparade.

Comme on ne doit pas uniquement juger un livre à sa couverture, j'ai décidé d'accorder sa chance au projet et grand bien m'en a pris, car dans le genre Heavy Metal de papa, c'est une bonne pioche. Ce n'est pas facile de faire un bon album oldchool. Il faut bien doser ses effets pour éviter le double écueil de la ringardise et du copier - coller des morceaux de référence. SKULL PARADE louvoie avec maestria entre les récifs et livre un disque mélangeant les sensations : des pistes Heavy ("Lost Ball In High Weed", "Ballad Of Cloaks", "Beyond Protection"), d'autres qui sont Hard ("Train To Nowhere", "Fair Weather Friend" ) et même un morceau juste nostalgique des années 80, le Pop "Acid Rain", sa basse funky et son chant qui rappelle SIMPLY RED. Les références ne sautent pas aux oreilles, même si vous aurez peut-être l'impression de saisir le fantôme de Ronnie James Dio ("Drained") où l'ombre de Ozzy ("Ballad Of Cloaks") et probablement d'autres références plus gommées. Ce n'est pas de la reprise, c'est une impression diffuse. En effet, le point commun aux neuf morceaux de Skullparade c'est une odeur persistante de nostalgie mise en exergue par quatre musiciens de talent.

Pour ne rien gâcher, l'album est réalisé aux petits oignons, sans faux pas ni complaisance. En synthèse,
Skullparade est un album pour le plaisir mais sans Herbert Leonard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skull Parade
Heavy Metal / Hard Rock
2017 - Rexius Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skull Parade
Skull Parade
Heavy Metal / Hard Rock - 2012 - Suède
  

tracklist
01.   Nightmare  (04:54)
02.   Drained  (04:33)
03.   Beyond Protection  (03:29)
04.   Lost Ball In High Weeds  (05:40)
05.   Fair Weather Friend  (04:45)
06.   Acid Rain  (03:42)
07.   Train To Nowhere  (03:19)
08.   Awaken The Masses  (05:22)
09.   Ballad Of Cloaks  (05:04)

Durée : 40:00

line up
parution
26 Mai 2017

Essayez aussi
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz

1980 - Epic Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Seventh Son Of A Seventh Son

1988 - EMI
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  

Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage