chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skull Parade - Skullparade

Chronique

Skull Parade Skullparade
J'ai découvert récemment que certains artistes renoncent désormais à illustrer leurs disques avec un artwork car ils considèrent que le vidéo clip fait office d'illustration. Heureusement, ce phénomène ne concerne pas le Metal où nombre de groupes consacrent toujours un soin particulier à l'illustration picturale de leurs créations. Pour ma part, c'est toujours par l'artwork que j'entre dans un disque, même s'il n’apparaît que sous la forme d'une icône de trois centimètres carrés mon smartphone.

J'aurais donc pu passer à côté de Skullparade, le deuxième album du groupe suédois SKULL PARADE habillé de l'un des artwork les plus tartes de l'année : la photographie d'un masque de métal plein de trous, de bosses et de pustules posé sur fonds noir. Moi, ça ne m'évoque pas grand chose et certainement pas une métaphore capilotractée : lourd comme du Heavy Metal, acéré comme du Hard Rock.... ce genre là. Compte tenu du fonds de commerce de SKULL PARADE, j'aurais préféré une illustration plus épique comme savaient si bien les faire les graphistes de l'Age d'Or du Heavy Metal. En effet, le quatuor suédois officie dans le Heavy nostalgique, la madeleine de Proust du metalleux. Les quatre musiciens de SKULL PARADE ne sont pas des perdreaux de l'année. Ils avaient déjà roulé leur bosse dans d'autres formations avant de fonder le groupe en 2010. Skullparade est le troisième disque du combo. Il fait suite à l'EP Skull Parade First Four (2012) et l'album Sound Of Corruption (2014). Les deux précédents projets mettent déjà en valeur les qualités du quatuor mais ils n'ont pas ce beau vernis vintage qui donne justement si bonne mine à Skullparade.

Comme on ne doit pas uniquement juger un livre à sa couverture, j'ai décidé d'accorder sa chance au projet et grand bien m'en a pris, car dans le genre Heavy Metal de papa, c'est une bonne pioche. Ce n'est pas facile de faire un bon album oldchool. Il faut bien doser ses effets pour éviter le double écueil de la ringardise et du copier - coller des morceaux de référence. SKULL PARADE louvoie avec maestria entre les récifs et livre un disque mélangeant les sensations : des pistes Heavy ("Lost Ball In High Weed", "Ballad Of Cloaks", "Beyond Protection"), d'autres qui sont Hard ("Train To Nowhere", "Fair Weather Friend" ) et même un morceau juste nostalgique des années 80, le Pop "Acid Rain", sa basse funky et son chant qui rappelle SIMPLY RED. Les références ne sautent pas aux oreilles, même si vous aurez peut-être l'impression de saisir le fantôme de Ronnie James Dio ("Drained") où l'ombre de Ozzy ("Ballad Of Cloaks") et probablement d'autres références plus gommées. Ce n'est pas de la reprise, c'est une impression diffuse. En effet, le point commun aux neuf morceaux de Skullparade c'est une odeur persistante de nostalgie mise en exergue par quatre musiciens de talent.

Pour ne rien gâcher, l'album est réalisé aux petits oignons, sans faux pas ni complaisance. En synthèse,
Skullparade est un album pour le plaisir mais sans Herbert Leonard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skull Parade
Heavy Metal / Hard Rock
2017 - Rexius Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Skull Parade
Skull Parade
Heavy Metal / Hard Rock - 2012 - Suède
  

tracklist
01.   Nightmare  (04:54)
02.   Drained  (04:33)
03.   Beyond Protection  (03:29)
04.   Lost Ball In High Weeds  (05:40)
05.   Fair Weather Friend  (04:45)
06.   Acid Rain  (03:42)
07.   Train To Nowhere  (03:19)
08.   Awaken The Masses  (05:22)
09.   Ballad Of Cloaks  (05:04)

Durée : 40:00

line up
parution
26 Mai 2017

Essayez aussi
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
As Ugly As They Wanna Be (EP)

1991 - Mercury Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Firewalker

2015 - Shadow Kingdom Records
  
Van Halen
Van Halen
Van Halen

1978 - Warner Bros.
  

Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique