chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dawn Of Disease - Ascension Gate

Chronique

Dawn Of Disease Ascension Gate
Déjà un nouveau Dawn Of Disease ? Quatorze mois seulement après Worship The Grave, le groupe allemand dévoile son quatrième album, Ascension Gate (artwork chatoyant signé encore fois Mark Cooper). Un laps de temps relativement court qui se traduirait selon les dires de la bande par un « condensé d’énergie pure et d’intensité brute ». Soit, j’approuve en ce sens. Surtout que leur précédente galette, à la fois virile et mélodique (à la sauce teutonne en somme), laissait présager d’une suite plutôt délectable. Les premières chroniques de Ascension Gate seront d’ailleurs élogieuses (encensé par le prescripteur Trevor de The Black Dahlia Murder sur Metal Injection), joie. Pourtant après moult écoutes la description apparaît erronée…

Terminé le mélange de death bulldozer de Stockholm et US ainsi que les influences death/black « No Fashion Records » exquises, Dawn Of Disease se tourne ici vers un death mélodique suédois voire finlandais (Insomnium forcément) plus commun. On se rassure tout de même, pas de chant clair, de nappes de claviers ou de mélodies « arc-en-ciel » en carton-pâte. Comme pour beaucoup de groupes allemands du genre, l’étiquette « death » n’est pas faussée. Le chant de Tomasz (patron d’Apostasy Records pour rappel) puise encore plus dans les graves et parait moins éraillé que sur la précédente galette, quant aux méchants « hammer blasts » du batteur, ils sont toujours présents bien que plus éparses. On retrouve ainsi certains points forts de Worship The Grave, notamment ces riffs à l’ancienne imparables (Gates Of Ishtar mon amour) sur « Beneath The Waters », « Akephalos » ou « The Growing Emptiness ». Avec la nouvelle production atomique (rien à voir avec celles antérieures), la découverte du nouveau brûlot se dégustera relativement aisément.

Puis il sera temps d’écouter plus en détail le bestiau et là malheureusement peu à se sustenter. Pour tout vous dire, sans Worship The Grave (parfait pour sa séance de sport) je n’aurais pas fait l’effort de le chroniquer malgré le peu de cd en attente (vide intersidérale de mon côté niveau sortie intéressantes) Des riffs mélodiques trop maintes fois entendus, comme des milliers de jeunes groupes amateurs souhaitant se lancer dans le death mélodique et cela dès l’ouverture de « Perimortal ». Dawn Of Disease se contente du strict minimum et tombera parfois dans le générique à la limite du metalcore comme le break de « Fleshless Journey » (2:26) tout droit sorti d’As I Lay Dying. La moitié d’Ascension Gate passée, le décrochage se fera inéluctablement. Des morceaux assez vides (« Ascension Gate » et « Lucid » en tête) rattrapés in extremis par un combo tremolo/blast. Le titre final « Mundus Inversus » aux teintes doomy sans être fabuleux, laisse un gout amer car il démontre le potentiel des musiciens. Les gars savent peaufiner une ambiance et vous entêter par des mélodies glaciales. Pourquoi donc avoir voulu sortir un quatrième album à la va-vite ?

Trop précipité… On aurait aimé que Dawn Of Disease fignole ses compositions ou nous décrasse carrément les esgourdes. Les adeptes de leur death viril feront la moue (mid-tempo anesthésique), tout comme le clan death mélodique, Ascension Gate étant parfois une resucée de riffs mélo de troisième zone… Pas vraiment acceptable de la part d’un groupe de cette stature et labellisé Napalm Records. Dommage car Worship The Grave arrivait à faire son effet (ah ce « Enwrapped In Guts », je ne m’en lasse pas…). Espérons que les Allemands prennent leur temps pour le futur opus. Au rayon death mélodique teuton, mieux vaut attendre le prochain Fragments Of Unbecoming prévu pour la fin d’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
10/08/2017 20:55
D'un chiant...
MoM citer
MoM
10/08/2017 18:24
Et la comm qui est mode "Le renouveau du Death metal moderne"

Putain, faut vraiment qu'ils se calment dans la pub ! Gros sourire
TarGhost citer
TarGhost
10/08/2017 17:23
Décu par le dernier Dawn of Disease ? Jetez donc une esgourde sur la première galette des Danois de Wrath Of Belial qui reprennent le flambeau du melodeath overburné avec panache !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/08/2017 16:34
note: 6.5/10
Le peu que j'avais entendu ne m'avais pas emballé (trop mielleux et ennuyeux, pas assez d'énergie) et hélas tu confirmes mon point de vue ... A l'instar de DESERTED FEAR qui devient de plus en plus mollasson et en roue libre à force de sortir des disques trop rapidement

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dawn Of Disease
Death mélodique
2017 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (12)  7.18/10

plus d'infos sur
Dawn Of Disease
Dawn Of Disease
Death mélodique - 2003 - Allemagne
  

vidéos
Akephalos
Akephalos
Dawn Of Disease

Extrait de "Ascension Gate"
  

tracklist
01.   Passage  (02:48)
02.   Perimortal  (04:29)
03.   Leprous Thoughts  (03:20)
04.   Beneath the Waters  (05:32)
05.   Ascension Gate  (05:10)
06.   Akephalos  (04:34)
07.   Fleshless Journey  (06:07)
08.   The Growing Emptiness  (04:19)
09.   Lucid  (04:48)
10.   Mundus Inversus  (09:03)

Durée : 50:10

line up
parution
11 Août 2017

voir aussi
Dawn Of Disease
Dawn Of Disease
Worship The Grave

2016 - Napalm Records
  

Essayez plutôt
After The Burial
After The Burial
Wolves Within

2013 - Sumerian Records
  
Casketgarden
Casketgarden
This Corroded Soul Of Mine

2003 - Metal Age Productions
  
Darkane
Darkane
Demonic Art

2008 - Massacre Records
  
Taetre
Taetre
The Art

1998 - DieHard Music
  
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report