chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Contorsion - United Zombie Nation (U.z.N)

Chronique

Contorsion United Zombie Nation (U.z.N)
On va parler de Thrash avec la troisième galette que le groupe suisse CONTORSION a sorti en mai dernier. Le méfait des Helvètes s'appelle U.z.N, ce qui signifie United zombie Nation. Entre ce titre sans détour et l'artwork représentant le groupe isolé dans un univers apocalyptique où ils ont dû se défendre contre une horde de zombies qui gisent à présent à leurs pieds avec leurs guitares pour seule arme, j'ai cru avoir affaire à une énième itération sur le thème des zombies. Notez, j'ai bien aimé les films de Romero, mais je trouve qu'on est proche de la saturation : entre les jeux vidéos, les bd, les films et les séries télé, on bouffe du zombie à toutes les sauces et le sujet peine à se renouveler. Car le pitch est toujours le même : l'humanité est contaminée par un virus et n'a plus qu'une obsession, bouffer les rares survivants qui risquent à tout moment de devenir des zombies à leur tour.
Je me voyais donc partir dans un concept album geek avec histoires de zombies, coups de guitare, sang, larmes etc. J'ai bien vite mesuré l'ampleur de mon erreur en lisant les lyrics de U.z.N. Le disque aborde en effet des thèmes bien plus rationnels et terre à terre comme la dépendance aux écrans sur "The Plague Of Virtuality", la virtualisation du monde sur "U.Z.N", l'info sur "Gone Too Far", etc. En synthèse, ce qui vient à l'esprit à la lecture des lyrics plutôt bien troussés de CONTORSION, c'est que "L'homme est un loup pour l'homme". Et tout comme le groupe semble le laisser entendre, les histoires de zombies pourraient être une façon imagée de dénoncer les maux de notre siècle. Une masse d'ignorants manipulés et quelques résistants isolés qui pensent détenir la vérité. N'allez pas non plus vous faire des noeuds au cerveau, le disque de CONTORSION est avant tout du Thrash jouissif et pète nuque, pas un cours magistral au Collège de France!

L'opus a l'avantage d'être aussi efficace écouté au casque qu'en live. Chacune des douze pistes propose une série de riffs tranchants comme un rasoir, une batterie martiale et une rythmique qui occupe tout l'espace, sauf quand la lead prend son envol à l'occasion de soli de compétition. La recette n'a rien d'original, mais les Suisses ne font pas mentir l'adage selon lequel "c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleurs soupes". U.z.N est vraiment un disque jouissif. Le riff martial de "U.z.N" est parfait pour les circle pit tandis que ceux de "The Lying Breed", "Unconditional Hate", "Inside the Blaze" et du monstrueux "Isolation" seront le prétexte idéal pour se péter la nuque seul ou en bande. Enfin, que vous soyez dans le métro, dans votre salon ou dans le pit, je vous mets au défi de ne pas vous lancer dans une session de air guitar sur les soli jouissifs qui parsèment généreusement la galette (sur "End Of Days" et "Human Killing Machine" par exemple). Oui, il y a du niveau au manche à cordes.

On n'en attend pas moins de la part d'un gang actif depuis 2004 et déjà auteur de deux autres albums, tous auto-produits. La seule ombre au tableau, c'est le chant et l'accentuation parfois caricaturale. Bizarrement, ce n'est pas gênant sur toutes les pistes et je dirais même que sur la plupart des chansons, l'accent (ou plutôt l'absence d'accent) de Marc Torretti permet de bien comprendre toutes les paroles. Il n'y a guère que sur "Human Killing Machine" et "Butchers Of Evil" que le chanteur prend une intonation de grosse brutasse donnant aux morceaux une sonorité très bas du front. On pourra également déplorer beaucoup de compos rappelant beaucoup METALLICA, groupe dont les cinq Suisse revendiquent d'ailleurs l'influence. Cela dit, si l'on devait clouer au pilori tous les groupes de Thrash qui font penser à METALLICA, on manquerait sans doutes de clous!

U.z.N n'est pas le disque qui réinventera le Thrash, mais entre ses lyrics inventifs, son chant rentre dedans, ses compos entraînantes et son énorme son, ce disque réunit tous les ingrédients qu'on aime retrouver dans un disque de Thrash Oldschool, et comble du bonheur, il n'y a aucune ballade!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Contorsion
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Contorsion
Contorsion
Thrash - 2004 - Suisse
  

tracklist
01.   The Plague Of Virtuality  (03:22)
02.   U.Z.N.  (03:42)
03.   Gone Too Far  (03:53)
04.   Human Killing Machine  (04:58)
05.   Butchers Of Evil  (03:19)
06.   This Lying Breed  (03:16)
07.   Unconditional Hate  (03:49)
08.   Isolation  (04:30)
09.   End Of Days  (03:42)
10.   Generation Doom  (03:14)
11.   Inside The Blaze  (04:35)
12.   This Blackened River  (04:02)

Durée : 46:00

line up
parution
26 Mai 2017

Essayez aussi
Heathen
Heathen
Victims Of Deception

1991 - Roadrunner Records
  
Devastation
Devastation
Signs Of Life

1989 - Combat Records
  
Sepultura
Sepultura
Dante XXI

2006 - SPV
  
Devastation
Devastation
Idolatry

1991 - Combat Records
  
Slayer
Slayer
Diabolus In Musica

1998 - American Recordings
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique