chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Gault - Even as All Before Us

Chronique

The Gault Even as All Before Us
La campagne et son spleen. Il est compliqué d'expliquer en quoi ce que l'on considère généralement comme une retraite, un havre de paix, s'avère, selon le temps qu'on y passe et sa constitution personnelle, un enfer. Pour certains, cela en devient pourtant un, pris dans un espace immuable, les fleuves s'écoulant uniformément, les bâtisses sans âge abolissant l'idée d'avenir, les couleurs boisées, terreuses, aveuglant d'une présence semblant inamovible, éternelle, le regard, enfin, des quelques habitants, où chacun s'observe et se juge, sans l'échappatoire qu'offre l'anonymat des villes. Seul, fantôme surveillé par d'autres fantômes, coincé dans un écrin de forêt loin de l'agitation du monde, où le mouvement, la vie qu'il contient, de fait, sont absents. La campagne, une prison à ciel ouvert. De quoi rendre fou.

C'est cette folie qu'exprime Even as All Before Us, jusqu'à sa pochette où l'on ne sait pas si l'on y voit l'entrée d'un village ou d'un camps de concentration. Composé de membres ayant officié ou officiant dans Amber Asylum, Dispirit, Worm Ouroboros, Weakling ou encore Asunder, The Gault aura marqué le petit monde du doom metal avec son unique album. C'est, qu'encore aujourd'hui, rien ne ressemble exactement à la musique des Californiens : déroutante, entre doom metal progressif, folk et cold wave, elle se développe dans une spirale de notes, où les structures des morceaux paraissent aussi bien labyrinthiques que statiques, geste perpétuel ne menant à rien, accumulant mélodies, ralentissements et intermèdes au point de donner le sentiment d'écouter un assemblage de transitions plutôt que des morceaux, l'inachevé comme fil rouge. On reconnaît le style de John Gossard, guitariste de Weakling, faisant de ses capacités techniques celles d'un hypnotiseur, le brouillard intérieur comptant plus que n'importe quelle forme. On reconnaît également Lorraine Rath et Sarah Weiner, ce qu'elles apportent de gracile majesté par des lignes vocales nobles et attristées, par un jeu organique tout en dorure et douce autorité, un jeu faste, martial, incroyable d'harmonie, cajolant les sens au point de les faire hurler. Irrespirable de beauté.

Par contre, on ne reconnaît pas ce chant. Et on ne le connaîtra pas ailleurs, Ed Kunakemakorn n'ayant été la voix que de The Gault. Un chant désarmant de désespoir érodant les derniers barrages intérieurs, qui susurre et parle avec une retenue plus puissante dans les émotions qu'elle transmet que n'importe quel hurlement. Comme s'il se faisait le messager de ce que les autres instruments nous font subir. Comme si on le voyait, là, avec nous, nu dans sa tristesse inconsolable, pourtant sans pathos excessif, le trop-plein ne devenant jamais trop. On pourra appeler « sincérité », « vérité » même, cette fine crête sur laquelle se placent Even as All Before Us et ses larmes incessantes qui, à aucun instant, ne font rouler des yeux, qui, à chaque fois, les mouillent un peu ou beaucoup. Peu importe : cette chose vibrante dans un monde immobile, ce climat psychologique, cet album nous donne la sensation qu'on ne sait que trop bien ce qu'ils sont et ce qu'ils font. Qu'ils sont, dans leur décors de lieux-dit, universels.

Even as All Before Us se termine par un rire. Un rire terrifiant, un rire de quelqu'un n'ayant pas pu s'échapper physiquement et mentalement, créant en réponse une autre cage où être seul, définitivement seul. Il est tentant de finir cette chronique par cette horreur, et cependant, cela ne serait pas juste. Car ce qui fait de The Gault cette formation sans égale, celle qui a créé un des quelques disques qui, dès leur écoute, sont devenus essentiels pour moi, ce sont certes cette poésie fine, cette communion donnant envie de ne rien y changer, cette détresse qui pourra évoquer quelques souvenirs intimes... Mais aussi cette aristocratie qui ne se trouve pas dans les titres, cette dignité derrière le corps qui lâche, où l'on pleure pour soi, notre cerveau malade d'esthétisme puisant ici son dernier plaisir. Ce qui fait de Even as All Before Us l’œuvre non-française la plus française qui soit.

Culte, pour le moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Gauchet citer
Gauchet
14/08/2017 19:04
Un album enorme à posseder absolument !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Gault
Doom Metal / Cold Wave / Folk
2005 - Amortout Productions
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (2)  10/10
Webzines : (5)  7.49/10

plus d'infos sur
The Gault
The Gault
Doom Metal / Cold Wave / Folk - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Ire (Intro)
02.   Obliscence
03.   Bright White Blind
04.   County Road, Six Miles In
05.   Outer Dark
06.   The Shore Becomes the Enemy
07.   Hour Before Dawn

Durée : 73 minutes 33 secondes

line up
Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report