chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Falaise - My Endless Immensity

Chronique

Falaise My Endless Immensity
Pas forcément un grand friand de cette vague post-black uniforme et opportuniste, encore plus réfractaire lorsque le premier album (As Time Goes By) du groupe en question est dézingué par un collègue… A vrai dire je ne l’ai pas écouté, je découvre le duo italien Falaise grâce à l’algorithme des recommandations YouTube (bien fichu tout de même) et le morceau single « You Towards Me » (dévoilé il y a un an) laissant présager d’une future musique plutôt délectable (et très accrocheuse). Puis arrive le promo de My Endless Immensity via le sous-label d’Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum (ou comment réviser ses déclinaisons de latin), A Sad Sadness Song, écurie plutôt focalisée dans ce style post-black me laissant perplexe (Lascar, Ygfan ou An Autumn for Crippled Children entre autres). Tentons.

N’attendez pas que Falaise révolutionne le genre, le groupe d’Ombrie comme une pléiade d’autres formations, reprend ces mêmes ingrédients, à savoir du black metal atmosphérique à tendance dépressive couplé à du post-rock (et du léger shoegaze). A une différence près, et pas des moindres, Falaise sait composer et faire frissonner (Ghost Bath, suis mon regard). Plus de 50 minutes au menu de My Endless Immensity et cela sans aucun réel moment de flottement. Outre le format condensé des titres (une moyenne de 5 minutes), les structures et diversités de riffs en font même un « grower » pour ma part. Des riffs dans lesquels je retrouve parfois l’aura et les émotions de mon vénéré Woods Of Desolation (toujours en hibernation), production « lo-fi » et mixage approximatif porté par un chant hurlé typé « dépressif » en fond. Des hurlements déchirés qui associés aux mélodies poignantes sont redoutables. En plus de la bonne entrée en matière « You Towards Me » (très catchy), l’enchaînement « Dreariness », « The Abyss » et « Sweltering City » demeure une exposition parfaite de cette efficience.

A l’instar de ses références, on retrouve les aspects lumineux et aériens typiques du post-rock (tremoli montant en puissance avec effet « delay »). Des références un peu trop calquées mais évitant l’odieux « copier-coller » et assumées par le groupe (la reprise d’Amesoeurs « Les ruches malades »), je pense « A Veil Of Stars » (Caspian ?) à écouter allonger dans l’herbe pour finalement muter vers un black plus virulent. Falaise arrive à trouver le juste équilibre, la musique des Italiens ne tombe pas dans le mièvre ou la surenchère. Mêmes les interludes instrumentaux (« Crimson Clouds » et le spatial « Pristine Universe ») ne font pas « bouche trou ». Petit bémol malgré tout sur le clavier (en mode piano notamment), dispensable à mon humble avis, les couches de guitares étant suffisantes. Des blocs de riffs intenses répétitifs (influencés par leurs voisins suisses de Darkspace et Paysage d’Hiver) que l’on aurait aimés peut-être plus présents. Des détails et des touches personnelles qui devraient selon moi s’affûter dans la suite de parcours de Falaise.

Déçus par le prétentieux et synthétique dernier album de Ghost Bath et attendant un prochain Woods Of Desolation, My Endless Immensity pourra certainement vous rassasier. Certes Falaise ne bouleversera en rien la scène post-black mais la sincérité tout en réserve du groupe ainsi que les émotions dégagées sont bien palpables contrairement à beaucoup de sa concurrence. Le potentiel de Falaise semble grand, un nom à retenir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
23/08/2017 12:27
note: 6/10
J'ai vraiment du mal avec les gimmick Post Rock, notamment sur "Drearness". Il y a un côté vraiment prévisible, un peu fadouille et que le contraste avec les parties agressives ne suffit pas à relever.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Falaise
Post-Black
2017 - A Sad Sadness Song
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (8)  7.13/10

plus d'infos sur
Falaise
Falaise
Post-Black - 2015 - Italie
  

tracklist
01.   Nightgaze  (03:20)
02.   The Embrace of Water  (06:50)
03.   You Towards Me  (06:03)
04.   Crimson Clouds  (02:41)
05.   Dreariness  (03:44)
06.   The Abyss  (05:33)
07.   Sweltering City  (04:42)
08.   Pristine Universe  (04:15)
09.   A Veil of Stars  (10:35)
10.   Les ruches malades (Amesoeurs cover)  (04:24)

Durée : 52:07

line up
parution
9 Septembre 2017

voir aussi
Falaise
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)

2015 - Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum
  

Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique
Anaboth
Ścierwo o bruk
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique