chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Grief - Miserably Ever After

Chronique

Grief Miserably Ever After
Où Grief commence à être tel que je l'aime. Ho, ne crois pas que je balaye de la main Dismal et Come to Grief ! Ces deux œuvres continuent d'être pour moi des aboutissements du sludge haineux et balourd – définition que je n'ai pas besoin de voir se répéter à foison, chez Grief ou ailleurs. Raison pour laquelle, malgré un rendu moins époustouflant dans l'ensemble (du moins sur Miserably Ever After, car la suite... Raaaaah !), mon cœur balance plutôt du côté de la fin de carrière des Ricains que son début.

En 1996, Grief ne cherche donc plus à être le plus lent, écrasant, douloureux. Non : ses lampées de riffs se font plus pétillantes, toujours amères et compactes, juste ce qu'il faut pour faire apprécier les notes de chocolat qui envahissent la bouche. Plus doom, toujours hostile mais aussi de plus en plus solitaire, pris dans sa rage comme un plaisir personnel qu'on garde pour soi, dans un monde qu'on n'arrivera de toute façon pas à changer. L'évolution est ici encore un peu timide, gardant ce groove raide des essais précédents, mais la reprise d'un morceau de Saint Vitus (« Angry Man ») ne trompe pas ! La bande à Jeff Hayward se fait plus contrastée derrière ses compositions rectilignes, s'évapore graduellement dans ses colères de manutentionnaire, devient un goûter d'adulte aussi fatigué qu'énervé, faisant craquer une dernière fois ses os pour se mettre en terrasse, un verre à la main.

Demain ? Demain, on sera misérable comme aujourd'hui. Alors autant boire ces guitares qui, derrière leur aspect bourru, semblent elles aussi vouloir être ailleurs. Autant se délecter de ces quelques accélérations qui malaxent nos cervicales en brique. Autant se laisser aller à accuser tout le monde dans son esprit, les straight edge et leur morale (santé, les moines !), les passants qui regardent nos yeux rouges avec un air de pitié (« Why Should You Care? », hein ?), l'humanité dans son ensemble qui, décidément, ne nous a pas gâtés aujourd'hui et hier. Autant balbutier, dans sa longue descente jusqu'au niveau du caniveau. Autant s'étouffer de doom, sa mollesse moelleuse, ses morceaux sans but, son blues qui s'adresse à personne et tout le monde, les nerfs en pelotes, le cerveau en coquille d'escargot, les guibolles en strapontin et le casque sur les oreilles. Autant écouter Miserably Ever After, son corps qui est comme le nôtre jusqu'à avoir le ventre mou en son centre, avec ses baisses bien à lui (ne vous formalisez pas, ça arrive à tout le monde), mais qui garde toujours son objectif égoïste en tête, d'insulter et vomir comme d'autres regardent des émissions de télé-réalité pour se rassurer de leur intelligence.

L'abruti fan de Grief aura tout de même ici une chaleur supplémentaire, qui fait le sel de Miserably Ever After et deviendra ce qui fait le génie particulier de Torso et ...And Man Will Become the Hunted. Comme une main posée sur l'épaule te disant « I Hate the Human Race » moi aussi. Comme cette scène de Saint Amour où Benoît Poelvoorde s'écroule dans l'alcool et le pathétique, en rigole, et y trouve un lien entre les hommes dans la débâcle. Bah, pourquoi cette mine ? Va dans un bar et écoute Grief ! Ça ne changera pas grand chose à l'affaire mais tu te sentiras mieux le temps que ça dure. Promis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grief
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.33/10

plus d'infos sur
Grief
Grief
Sludge - 1991 † 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   One of Those Days
02.   Low Life
03.   Nuisance
04.   Angry Man
05.   Miserably Ever After
06.   Straight Edge-Closed Mind
07.   Why Should You Care?
08.   I Hate the Human Race
09.   Trust

Durée : 57 minutes 20 secondes

line up
voir aussi
Grief
Grief
...And Man Will Become the Hunted

2000 - Pessimiser Records
  
Grief
Grief
Dismal (Compil.)

1993 - Common Cause
  
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Primitive Man
Primitive Man
Caustic

2017 - Relapse Records
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
IV - One with the Storm

2014 - Season Of Mist
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Weight Of Coronation

2010 - Doomentia Records
  
Beneath the Sod
Beneath the Sod
Circling the Drain

2017 - Fort Evil Fruit
  

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique