chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kyuss - Blues For The Red Sun

Chronique

Kyuss Blues For The Red Sun
J'ai longuement hésité avant d'écrire cette chronique pour THRASHOCORE. En effet, je pense que le deuxième album de KYUSS se doit de figurer dans le catalogue de notre webzine mais je ne suis pas certain d'avoir grand chose à ajouter à la pléthore de critiques dithyrambiques que tous les autres webzines musicaux lui ont déjà consacré. Je n'ai pas non plus besoin de vous raconter l'histoire du groupe, AxGxBx s'en étant déjà chargé dans sa chronique du non moins essentiel ...And The Circus Leaves Town.

Mais comme je ne suis pas là pour faire du tricot ni enfiler des perles, je vais moi aussi vous expliquer ce que représente cet opus, de mon point de vue et pourquoi vous devriez lui prêter une oreille.

Avant toute chose, sachez que je ne le considère nullement comme le disque fondateur du Stoner, ne serait-ce que parce que le genre est déjà bien présent dans Spine Of God de MONSTER MAGNET sorti six mois plus tôt. A mon avis, le Stoner a été conjointement défini par plusieurs groupes du début des années 90 évoluant dans un même environnement musical et partageant des références communes. Si ce disque est exceptionnel, c'est parce qu'il met en lumière une sonorité unique et inédite dans un exercice de style très abouti et définit le genre que John Garcia n'aura de cesse de revendiquer par la suite, le Desert Rock.

Il faut avoir du temps devant soi pour vraiment profiter de Blue Sky For The Red Sun, car on n'apprécie vraiment le disque qu'en l'écoutant intégralement. C'est ainsi qu'on s'aperçoit que chacune des quatorze pistes est unique et qu'elles s'emboitent parfaitement dans une tracklist parfaitement construite. Cette tracklist, c'est un savant montage de chansons où la lourdeur de la rythmique le dispute à la chaleur, à la passion du chant de John Garcia ("Green Machine", "50 million Year Trip", "Freedom Run" , "Whrite") et de plages instrumentales plus aérées. Reprenant une recette qui a fait ses preuves chez BLACK SABBATH, les californiens cherchent à la fois à ménager la monture en évitant de l'assommer sous cinquante minutes de riff à fonds la caisse mais aussi à renforcer l'effet de blast des morceaux rentre-dedans en les temporisant avec du contenu plus léger. Les compos plutôt longues n'ont pas encore toutes le côté contemplatif que KYUSS adopte dans ses deux albums suivants. Au contraire, il y a une volonté presque Prog de ne pas rester focalisé sur un motif trop longtemps et de varier les expériences au sein même d'une chanson ("50 Million Year Trip" et "Freedom Run" par exemple).

Si je ne devais retenir qu'un morceau de l'album (et bien que le track by track soit tentant avec une tracklist si riche et variée), ce serait sans aucun doutes "Green Machine". C'est ma chanson fétiche, pour KYUSS, pour le Stoner voire pour le Rock. Grâce à son format, son groove et son énergie, c'est le morceau idéal pour baiser, se donner la patate, se réveiller ou se coucher. Une chanson qui me fait toujours vibrer malgré un nombre incalculable d'écoutes. Vibrer, vraiment. Dès l'intro, sur ce riff abrasif et le chant de Garcia me donnent des frissons de bonheur. En 3 minutes et 38 secondes, Josh Homme, John Garcia, Nick Olivieri et Brant Bjork en balancent plein les mirettes. Du gros gras de la basse à la volupté agressive du chant de John Garcia en passant par la batterie véloce et la guitare lumineuse, "Green Machine" est une chanson d'une redoutable efficacité et d'une agréable brièveté. Car certes, KYUSS est un groupe de jam qui s'exprime bien dans les longs délires musicaux, mais les brûlots suintant l'urgence que sont "Green Machine", "Hurricane", "One Inch Man" ou "Demon Cleaner" nous rappellent les racines Rock et Metal du quatuor.

Outre l'influence qu'il a pu avoir sur la scène Stoner et Rock Alternatif et son aura iconique chez les fans de Stoner, Blues For The Red Sun est surtout un disque à écouter parce qu'il est formidable, méconnu et un peu intimidant. Quelles que soient les qualités des albums suivants de KYUSS, ainsi que les autres œuvres de Nick Olivieri, Josh Homme, Brant Bjork et John Garcia dans leurs formations ultérieures, ils ont atteint avec Blues For The Red Sun une forme d'apogée musicale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dise Nore citer
Dise Nore
04/09/2017 13:52
http://ishits.ru/picture/release/5517862/8.jpg
gulo gulo citer
gulo gulo
27/08/2017 13:03
note: 7.5/10
Deuxième et dernier bon album du groupe, après Wretch.
MoM citer
MoM
27/08/2017 11:27
Une pierre angulaire, assurément ! Merci pour cette chronique Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kyuss
Stoner / Desert Rock
1992 - Elektra / Dali records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (6)  8.25/10
Webzines : (9)  9.04/10

plus d'infos sur
Kyuss
Kyuss
Stoner Rock - 1991 † 1996 - Etats-Unis
  

vidéos
Green Machine
Green Machine
Kyuss

Extrait de "Blues For The Red Sun"
  

tracklist
01.   Thumb  (4:41)
02.   Green Machine  (3:38)
03.   Molten Universe  (2:49)
04.   50 Million Year Trip (Downside Up)  (5:52)
05.   Thong Song  (3:47)
06.   Apothecaries' Weight  (5:21)
07.   Caterpillar March  (1:56)
08.   Freedom Run  (7:37)
09.   800  (1:34)
10.   Writhe  (3:42)
11.   Capsized  (0:55)
12.   Allen's Wrench  (2:44)
13.   Mondo Generator  (6:15)
14.   Yeah  (0:04)

Durée : 50:39

line up
parution
30 Juin 1992

voir aussi
Kyuss
Kyuss
...And The Circus Leaves Town

1995 - Elektra
  
Kyuss
Kyuss
Kyuss (Welcome To Sky Valley)

1994 - Elektra
  

Essayez aussi
Unida
Unida
Coping With The Urban Coyote

1999 - Man's Ruin Records
  

The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique