chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Dehumanizer

Chronique

Black Sabbath Dehumanizer
Le début de la décennie 1990 restera dans la mémoire des fans de Rock comme le moment où le Grunge a tout balayé sur son chemin, remisant aux oubliettes les groupes de Hard US qui avaient fait la décennie précédente. Imposant un nouveau style plus naturel, décontracté et sombre. Avec le recul, le Grunge n’aura duré qu’une poignée d’année et n’a pas vraiment écorné l’aura du Heavy Metal qui lui a d’ailleurs survécu. Mais au début des années 1990, un groupe de “vieux” qui sort un disque de pur Heavy Metal n’est pas du tout dans l’air du temps. C'est pourtant le pari osé de BLACK SABBATH dont le seizième opus, Dehumanizer parait en juin 1992.

Un peu plus de vingt ans après sa création, BLACK SABBATH n'intéresse plus grand monde. Le dernier opus, Tyr perçu à tort comme un concept album de proto Viking Metal n'a pas trouvé son public et Tony Iommi a la rage. Il aimerait renouer avec le succès des année Ozzy, ou des années Dio, il voudrait pouvoir être à nouveau signé sur un gros label et donner des concerts devant des arenas blindées. Alors Tony Iommi va faire un truc dégueulasse: bien que le gang ait déjà commencé à travailler sur le prochain disque, il va congédier son frontman Tony Martin pour renouer avec Ronnie James Dio le temps d'un album, et plus si affinités. Les travaux préparatoires commencent avec Ronnie Dio au chant, Geezer Butler à la basse, Tony Iommi à la guitare et Cozy Powell à la batterie. Ce dernier a beaucoup de mal à s'entendre avec Dio (qu'il a déjà côtoyé chez RAINBOW) et quitte opportunément le projet à la suite d'un accident d'équitation. Il est remplacé par Vinnie Appice, dont l'arrivée reconstitue l'équipe responsable du dernier succès de BLACK SABBATH, Mob Rules en 1981. Malheureusement, l'histoire ne se passe pas exactement comme un conte de fées. La préparation de l'album s'éternise et les tensions qui avaient conduit à l'explosion du combo en 1982 rejaillissent dix ans plus tard. Entre Iommi et Butler d'un côté, Appice et Dio de l'autre, le torchon brûle à tel point que Tony Iommi songe même à rappeler le brave Tony Martin pour remplacer un Dio décidément trop colérique, avant de prendre son mal en patience, conscient de l'importance du lutin dans le succès du futur album. Après près de neuf mois de composition, trois d'enregistrement et autant de mixage, l'album sort en juin 1992.

Pour rappel, 1992, c'est l'année d'apogée de KYUSS, ALICE IN CHAINS, NIRVANA. Quelques groupes de Metal Heavy parviennent à tirer leur épingle du jeu comme SKID ROW ou les GUN's, mais la sortie d'un album de Heavy Metal en 1992 ne va pas vraiment dans le sens de l'histoire. Pourtant Tony Iommi veut y croire. Après tout, son groupe qui existe depuis presque 25 ans n'a pas été ébranlé par le Punk ni par la vague Hard Us, il n'y a donc pas de raison que le Grunge représente une menace, d'autant plus que ces gentils garçons en chemise à carreaux revendiquent tous BLACK SABBATH dans leurs groupes de référence !

Disque composé sous tension, Dehumanizer est un disque sous tension. De l'artwork où une mort robotisée électrocute un type à une tracklist de dix chansons tendues et nerveuses, Dehumanizer est l'album le plus lourd, dur et brutal de la discographie du Sab, très différent des deux précédents opus enregistrés avec Dio, Heaven and Hell et Mob Rules. Au niveau des lyrics, Dio s'est chargé de l'écriture des textes mais Tony Iommi et Geezer Butler lui ont expressément demandé de ne plus remplir ses lyrics d'arc-en-ciel, licornes et autres dragons (ambiance!). Les textes abordent donc des sujets plus ancrés dans le réel comme la place de l'ordinateur dans notre société (déjà!), les télévangélistes, la vie après la mort et l'individualisme. Toutes les pistes font sensiblement la même taille et distillent le même genre d'ambiance. Finis les hymnes épiques, finis les morceaux de transition expérimentaux, finies les power ballades grandioses, place à l’efficacité massive d’un Heavy Metal pur et dur. Même les claviers de Geoff Nichols sont un peu en retrait sur ce disque qui ressemble à un sursaut de Metal "Oldschool" de la part d’un groupe qui nous a habitués à un peu plus de créativité et d'audace. Du fait de sa construction en mode “rien ne dépasse”, toutes les chansons de la galette ont tendance à se ressembler : soli un peu plus fréquents et systématiques que sur les albums précédents, rythmique tout en nerfs et chant toujours aussi investi de Ronnie James Dio, le lutin adoptant des accents plus durs et gutturaux pour se mettre au diapason des compos. La production anguleuse et sèche met en exergue les tensions. Réalisée par Reinhold Mack,un figure du Hard US des années 80 elle apparaît aujourd'hui comme un peu datée et caractéristique des albums de Metal de cette décennie.

Dehumanizer est un disque mi-figue, mi-raisin, un album sympa mais insuffisant pour BLACK SABBATH. Dire qu'on attendait plus de la réunion de Dio avec le Sab est un doux euphémisme! Certes, tous les morceaux sont agréables à écouter mais aucun n'est vraiment mémorable et on se prend à regretter que cette réunion tant attendue ait accouché d'un résultat si éloigné de ce qu'ils avaient produit dix ans plus tôt.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
31/08/2017 13:32
note: 6/10
Pour le retour de Dio au chant on était en droit d'espérer mieux, malheureusement la sauce ne prend jamais, la faute à des compositions moyennes, le manque de gros hit et surtout la sensation que chacun a fait son truc dans son coin et sans esprit de groupe. Une vraie déception qui confirme le gros passage à vide du groupe ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
1992 - I.R.S Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (6)  7.06/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
TV Crimes
TV Crimes
Black Sabbath

Extrait de "Dehumanizer"
  
Computer God
Computer God
Black Sabbath

Extrait de "Dehumanizer"
  

tracklist
01.   Computer God  (6:10)
02.   After All (the Dead)  (5:37)
03.   TV Crimes  (3:58)
04.   Letters from the Earth  (4:12)
05.   Master of Insanity  (5:54)
06.   Time Machine  (4:10)
07.   Sins of the Father  (4:43)
08.   Too Late  (6:54)
09.   I  (5:10)
10.   Buried Alive  (4:47)

Durée : 51:50

line up
parution
22 Juin 1992

voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Paranoid

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
The Eternal Idol

1987 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Black Sabbath

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  

Essayez plutôt
Holy Martyr
Holy Martyr
Invincible

2011 - Dragonheart Records
  
Angra
Angra
Fireworks

1998 - SPV
  
Satan
Satan
Trail Of Fire: Live in North America (Live)

2014 - Listenable Records
  
Huntress
Huntress
Spell Eater

2012 - Napalm Records
  
Agonizer
Agonizer
Birth / The End

2007 - Spinefarm Records
  

Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique