chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Thy Art Is Murder - Dear Desolation

Chronique

Thy Art Is Murder Dear Desolation
Grosse pointure du deathcore, Thy Art Is Murder était attendu au tournant avec son nouvel album. Titre qui claque, pochette alléchante, premiers extraits fidèles au son brutal et massif du groupe, Dear Desolation m'a fait saliver depuis l'annonce de sa sortie. Car si le deathcore est un style limité et répétitif, voire franchement prévisible, tant qu'il est bien foutu, je le savoure en tant que tel sans en demander plus. Et j'avais hâte d'entendre mon nouveau défouloir, de ceux qui utilisent peu de neurones (quitte à même en perdre quelques-uns).

Thy Art Is Murder a ainsi tout pour plaire aux fans du style. Blasts pour s'esquinter la nuque dans la joie, gros breakdowns tout en muscles pour esquinter le voisin dans la joie, voix de grizzly diplômé pour entraîner le tout... Car oui, le grizzly est de retour : CJ McMahon, après une cure de désintoxication, a réintégré le groupe. Déçu de les avoir vus en concert avec un chanteur de remplacement il y a peu, j'ai été ravi de le voir revenir, parce que bon, soyons francs : sa voix défonce. Ses growls graves et brutaux à souhait m'amènent cette petite étincelle de rage et de sauvagerie que j'aime tant dans le metal.
Pour ce qui est du reste, pas grand-chose de neuf, donc, mais tout est parfaitement exécuté. L'album comporte son lot de riffs bourrés à ras-bord de chugga-chugga, ceux de 'Slaves Beyond Death', 'The Son Of Misery' ou encore 'Man Is The Enemy' se démarquant particulièrement. Chaque chanson a évidemment droit à son breakdown, et la batterie soutient le tout en tartinant sans compter, Lee Stanton mitraillant tout ce qui bouge, fidèle à lui-même. Seule légère nouveauté dans le son des australiens : ils semblent avoir tenté de justifier le "death" de "deathcore". L'effet varie au fil des chansons, avec plus ou moins de réussite, mais certains riffs tout droit sortis du metal de la mort viennent effectivement tenter de relever le niveau quand l'ennui commence à pointer.

Car oui, l'ennui se pointe. Et très vite même. Je ne m'en étais pas rendu compte lors de ma première écoute, tout heureux que j'étais de me le balancer dans les oreilles, mais une fois passées les bonnes claques des premiers titres, la recette répétée continuellement finit par vous noyer dans une soupe de chugs et de breakdowns, chaque riff ressemblant un peu plus au précédent à quelques exceptions près, et chaque break similaire aux autres, à part celui de 'The Son Of Misery' à 1:10 qui me donne un peu envie de jouer le gorille du pit. Oui, tout est très propre, très bien exécuté... Justement un peu trop, et un doux ennui finit par s'installer, laissant couler l'album sans la moindre surprise.

Ecoutées indépendamment les unes des autres, les chansons de Dear Desolation sont efficaces et bien défoulantes, mais bout à bout, elles se révèlent bien trop similaires. Si le deathcore est une branche du metal essoufflée et usée jusqu'à la corde, certains groupes arrivent pourtant encore à en faire des albums qui se démarquent et marquent les esprits, comme Oceano avec son Revelation, ou Martyr Defiled avec son Young Gods. Thy Art Is Murder n'en fait malheureusement pas partie, et se noie dans la masse malgré sa puissance de feu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
29/08/2017 09:41
Krokodil a écrit : (Sinon merci pour le rappel, Martyr Defiled, j'ai pas écouté depuis Collusion, j'ai ptet eu tort ?)

Oh oui tu rates quelque chose, ils ont très méchamment élevé le niveau avec Young Gods.
Krokodil citer
Krokodil
29/08/2017 09:08
Je dois encore me familiariser complètement à la chose, mais je sens qu'il est déjà mon préféré de leur disco (en même temps j'ai jamais pu les encadrer). Ce côté compact, homogène, rigoureusement clinique à la Orange Mathematics, ça me parle.

(Sinon merci pour le rappel, Martyr Defiled, j'ai pas écouté depuis Collusion, j'ai ptet eu tort ?)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thy Art Is Murder
Deathcore
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (14)  7.41/10

plus d'infos sur
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Deathcore - 2006 - Australie
  

vidéos
The Son Of Misery
The Son Of Misery
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  
Puppet Master
Puppet Master
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  
Slaves Beyond Death
Slaves Beyond Death
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  

tracklist
01.   Slaves Beyond Death  (03:45)
02.   The Son Of Misery  (04:18)
03.   Puppet Master  (03:16)
04.   Dear Desolation  (03:21)
05.   Death Dealer  (04:09)
06.   Man Is The Enemy  (03:28)
07.   The Skin Of The Serpent  (03:58)
08.   Fire In The Sky  (04:11)
09.   Into Chaos We Climb  (04:05)
10.   The Final Curtain  (03:50)
11.   No Absolution  (03:22)

Durée : 00:41:43

line up
parution
18 Août 2017

voir aussi
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Hate

2012 - Halfcut Records
  

Essayez plutôt
Burning Skies
Burning Skies
Desolation

2006 - Lifeforce Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
War Of Attrition

2007 - Relapse Records
  
Crazy About Silence
Crazy About Silence
When Death Surges Forth

2003 - Several Bleeds Records
  
Despised Icon
Despised Icon
The Healing Process

2005 - Century Media
  
Whitechapel
Whitechapel
Mark Of The Blade

2016 - Metal Blade
  

MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique