chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Sabotage

Chronique

Black Sabbath Sabotage
Sabotage, le sixième album studio de BLACK SABBATH appartient à la grande famille des disques qui divisent les fans. Il y a ceux qui le considèrent comme un chef d'oeuvre, l'apogée de la créativité et ceux qui pensent que c'est au contraire le début du déclin et qu'il ne tient pas la route comparé à Sabbath Bloody Sabbath, Vol.4 et Master Of Reality. Il est vrai que le disque a de quoi surprendre : l'une des pires pochettes de l'histoire du Metal, l'une des tracklist les plus expérimentales de l'histoire de BLACK SABBATH, l'une des pires périodes de la vie de Tony, Geezer, Bill et Ozzy. Composé et enregistré dans la tourmente, Sabotage n'est pas l'album le plus accessible du Sab, pour mieux le comprendre (et l'apprécier), je vous propose de procéder par étapes.

1. Un contexte explosif
Fin 1974, les quatre Black Sab se rendent compte qu'ils se font entuber dans les grandes largeurs par leur manager Patrick Meehan (formé à la méthode Don Arden) et leur maison de disques. Ils décident donc de se passer des services du premier, de s'auto-manager et de renégocier leur deal avec Vertigo. Ces décisions ne se font pas sans heurts. Les brummies se retrouvent livrés à eux-mêmes, obligés de gérer des aspects de la vie du groupe qu'ils avaient jusqu'alors délégués et qui empiètent sur leur "temps artistique". En outre, les avocats de Patrick Meehan les noient sous les citations à comparaître. Parallèlement, le gang cherche à récupérer les droits sur les œuvres composées pendant la période Meehan (1971 - 1974). La pression juridique, la drogue, l'épuisement, les ennuis personnels, l'usure et l'absence de conseillers fiables pèsent durement sur le combo qui s'efforce tant bien que mal de composer un nouvel album. Le contexte a un impact évident sur l'oeuvre. Le titre de l'album est une référence directe à ces déboires : Sabotage fait référence à tous ces profiteurs qui ont essayé de ruiner le groupe et n'y sont finalement pas parvenus. Le doigt d'honneur ne se limite pas là, Ozzy prenant la plume pour écrire les paroles de "The Writ" où il attaque frontalement Patrick Meehan : "You bought and sold me with your lying words / The voices in the deck that you never heard came through / Yeah came through / Your folly finally got to spend with a gun / A poisoned father who has poisoned his son, that's you".

2. La pochette : un grand moment Spinal Tap
L'artwork est l'oeuvre de Graham Wright, le technicien batterie de Bill Ward, graphiste à ses heures. Le projet présentait les quatre musiciens tout de noir vêtus, posant devant un miroir. Les costumes n'ayant pas été livrés le jour de la prise de vue, les brummies ont dû poser "comme ils étaient", les costumes auraient dû être rajoutés en insert par la suite mais l'insert n'a jamais été réalisé et la pochette de l'album reprend la photographie transitoire avec Geezer Butler et Tony Iommi en costard bleu et blanc, Ozzy dans une robe d'intérieur en soie et un Bill Ward imberbe posant dans un leggin rouge emprunté à sa femme. Même si BLACK SABBATH n'a jamais donné l'impression d'accorder beaucoup d'importance à ses artwork, celui de Sabotage est particulièrement terrible....mais illustre finalement bien le titre!

3. Les compos : Audace, innovation, génie et rancœur
Reprenant un schéma narratif éprouvé, Sabotage est une successions de moments forts et de respirations plus légères. Une attaque frontale brutale avec “Hole in the Sky” délicieusement groovy où la batterie de Bill Ward mène la danse à grands coups de cymbales, accompagnant un de ces riff signature qui se gravent aisément dans le cortex. “Don’t start too late”, instrumental à la guitare classique qui prépare le terrain au proto - Thrash “Symptom of the universe”. Un morceau en deux parties, la première très lourde est soutenue par un riff d’anthologie, un chant agressif, la seconde est une impro instrumentale qui repose sur un motif différent. Vient ensuite “Megalomania”, l'un des morceaux les plus marquants de la galette. C'est aussi une compo en deux parties. Il y a d’abord une ouverture mélancolique, où une superbe rythmique et des nappes de claviers soutiennent le chant désespéré et geignard d’un Ozzy plus juste que jamais dans un registre qui lui sied à merveille. Après trois minutes de cette complainte qui vous broie le cœur dans un étau et alors qu'on commence à s'ennuyer un peu, survient un break monumental laissant exploser toute l’agressivité contenue. Un riff qui cisaille, une rythmique qui écrase et un chant qui assène le coup de grâce. On remet une couche de gras lourd et méchant avec le mid tempo “The Thrill of it all” qui débouche sur “Supertzar” une longue construction instrumentale pour laquelle Tony convoque en studio un orchestre au grand complet, une harpiste et un chœur magistral. Une piste ovni, 100% BLACK SABBATH qui s’insère parfaitement dans les compos du groupe. Le disque s'achève sur “The writ”, une compo Doom plombée sur laquelle le texte très noir de Ozzy se cale à la perfection.

En conclusion, Sabotage est la preuve éclatante que le Sab tient encore le cap dans la tourmente. C’est un album comme on les aime, avec ses moments forts, ses moments de grâce et une sensibilité mélancolique à fleur de peau. La seule chose dont le Sab aurait à rougir sur ce disque, c’est le pantalon affligeant de Bill Ward, mais je suis prêt à parier que l’intéressé s’en fout complètement! Vous l'aurez compris, je fais partie de ceux qui considèrent cet album comme l'un des plus intéressants de la discographie du Sab. Il n'a pas l'importance historique de Paranoïd ou Master Of Reality et ne comporte aucun vrai tube, mais il est l'un des ultimes témoignages de l'inspiration et du "génie" du groupe, au crépuscule de son Age d'Or.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

the gloth citer
the gloth
12/09/2017 15:56
note: 9/10
Je ne savais pas qu'il divisait les fans, mais si c'est le cas je me place dans le camp "chef d'oeuvre".
BBB citer
BBB
12/09/2017 15:00
note: 8.5/10
Le riff de 'Cat Scratch Fever' de Ted Nugent m'a toujours fait penser à celui qui arrive après les 3 minutes dans 'Megalomania'. Comme l'album de Ted Nugent est sorti 2 ans après celui de Black Sabbath on peut se poser la question, mais il s'agit sûrement d'un simple hasard.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
1975 - Vertigo
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  8.69/10
Webzines : (10)  9.09/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
Hole In The Sky
Hole In The Sky
Black Sabbath

Extrait de "Sabotage"
  
Symptom of the Universe
Symptom of the Universe
Black Sabbath

Extrait de "Sabotage"
  

tracklist
01.   Hole In The Sky  (4:00)
02.   Don't Start (Too Late)  (0:49)
03.   Symptom of the Universe  (6:29)
04.   Megalomania  (9:46)
05.   The Thrill of It All  (5:56)
06.   Supertzar  (3:44)
07.   Am I Going Insane (Radio)  (4:17)
08.   The Writ  (8:46)

Durée : 43:44

line up
parution
28 Juillet 1975

voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Never Say Die

1978 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  

Essayez aussi
Judas Priest
Judas Priest
Angel Of Retribution

2004 - Sony Music
  
Chevalier
Chevalier
A Call To Arms (EP)

2017 - Autoproduction
  
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Magnum Opus

1995 - Music For Nations
  
Jack Starr's Burning Starr
Jack Starr's Burning Starr
Stand Your Ground

2017 - High Roller Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report