chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Assacrentis - Colossal Destruction

Chronique

Assacrentis Colossal Destruction
Depuis ses premiers balbutiements il y’a presque deux décennies le combo Niçois n’a jamais été d’une productivité sensationnelle, la faute à des mouvements de personnels récurrent et à un break de plusieurs années entre la sortie de la démo et celle de son premier album. Heureusement ces soucis semblent désormais derrière lui et le revoilà avec son successeur qui va lui donner plus de notoriété et de visibilité, car même si « Put Them To Fire And Sword » se révélait agréable et bien construit il était plombé par sa durée excessive, qui entrainait une forte linéarité. Aujourd’hui signé sur un label hexagonal, et renforcé par l’arrivée à la seconde guitare de Thibaud Vuille (ex UNCHAINED), le désormais quartet semble avoir appris de ses erreurs en offrant une galette très intéressante qui continue d’évoluer dans un Black Mélodique qui sent bon les années 90.

Car dès les premières notes de « Human Zero » on se retrouve plongé entre DISSECTION et SACRAMENTUM, tant l’ensemble mené tambour battant et à grande vitesse se montre à la fois épique et remuant et entraîne l’auditeur dans un univers hostile et froid, mais où la lumière transparaît au milieu de la grisaille. Jouant majoritairement entre passages de double et de blasts, avec un soupçon de mid-tempo pour calmer une éventuelle redondance, ce morceau d’ouverture se révèle très bon et facilement accessible, tout comme le suivant « Empire Rebirth’s ». Celui-ci où l’ombre de Jon Nödtveidt est encore plus présente qu’auparavant semble être inspiré par le mythique « The Somberlain », car ici toute la palette du groupe est mise en valeur, et même si là encore le tempo est la plupart du temps rapide ce dernier n’hésite pas à ralentir, et même à proposer un break tout calme pour mieux jouer sur les ambiances. A la fois triste et mélancolique ce passage sert de tremplin pour redémarrer progressivement et terminer sur quelquechose qui donne envie de bouger la tête, et qui là encore est rapidement mémorisable. Mais à l’instar de son prédécesseur, certaines compos vont souffrir de longueurs puisque les gars une fois encore ont tendance à les étirer un peu trop, du coup l’écriture simple de celles-ci est également une faiblesse car la sensation d’écouter le même plan en boucle devient plus palpable. On ressent ceci sur « Chemical Pandemic » et « Premise Of A Cyber Era », qui malgré une qualité d’écriture indéniable et une mise en place nickel finissent par ronronner à la longue, et auraient vraiment gagné en densité en étant raccourcies, vu que là-encore ça joue bien et ça fait le boulot sans faute de goût. Heureusement ces erreurs sont corrigés via d’abord le très bon « Infinite Collapse » qui privilégie le mid-tempo et la lourdeur (car il n’y a aucune trace de vitesse ou d’accélération furieuse), et cela renforce le côté guerrier et la sensation de préparation au combat, pour un rendu différent du reste mais accrocheur et attractif. Ce ressenti est le même avec « Prophetic Collision » qui lui au contraire bastonne à tout va, mais où le jeu tout en variations techniques du frappeur (qui montre tout son éventail sur ce coup-là) permet une plus forte densité, et de ne pas tomber dans la monotonie.

Si tout n’est pas parfait il n’en reste pas moins que les gars ont signé une œuvre intéressante et agréable, qui s’écoute sans problème et est plus mâture que la précédente sortie il y’a quatre ans, même si ça sonne parfois un peu trop scolaire, tout comme les idées, tempos et structures qui se retrouvent un peu trop interchangeables et similaires à la longue. Cependant même si là-encore cette galette aurait pu et dû être raccourcie assez facilement, l’ensemble bénéficie d’un bon savoir-faire et fera de toute manière passer un bon moment où la nostalgie et la mélodie seront de la partie, ce qui n’est déjà pas si mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Assacrentis
Black Mélodique
2017 - Anesthetize Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Assacrentis
Assacrentis
Black Mélodique - 1999 - France
  

tracklist
01.   Human Zero
02.   Empire's Rebirth
03.   Chemical Pandemic
04.   Infinite Collapse
05.   Premise Of ACyber Era
06.   Signs Of The Decline
07.   Prophetic Collision
08.   Burning Skies

Durée : 46 minutes

line up
parution
4 Septembre 2017

voir aussi
Assacrentis
Assacrentis
Put Them to Fire and Sword

2013 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Hegemon
Hegemon
The Hierarch

2015 - Season Of Mist
  
Catamenia
Catamenia
Location:COLD

2006 - Massacre Records
  
Legion of Doom
Legion of Doom
The Summoning of Shadows

2012 - Zyklon-B Productions
  
Catacombes
Catacombes
Le démoniaque

2017 - Hass Weg Productions
  
Onheil
Onheil
Razor

2009 - Cyclone Empire
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique