chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mindkult - Lucifer's Dream

Chronique

Mindkult Lucifer's Dream
Shoegaze, shoegaze... Alors il suffit de mettre une voix fluette et quelques effets ici ou là pour se réclamer de My Bloody Valentine et consorts ? Comme si le lent et lourd n'avait pas sa part de brume à lui... Mindkult se dit shoegaze dans son doom et, honnêtement, j'ai du mal à y croire.

Ce détail mis de côté, il est clair que ce one-man-band (Fowst s'occupe de tout ici) possède plus d'un atout. Tout à fait à sa place dans le roster de Transcending Obscurity, ce label qui fleure l'amour de la scène, Lucifer's Dream transpire la même fraîcheur naïve, au point de passer ses quelques errances. Choisissant de ne pas choisir dans ses rappels aux vampires de Uncle Acid (on pense beaucoup à Bloodlust lors de « Drink My Blood » par exemple), à la flemme estampillée Electric Wizard, au doom atmosphérique et canal historique, le Ricain mélange sans grand discernement ses passions pour le genre, puisant autant dans l'occulte que dans les mélodies bluesy à la limite du radiophonique (la très pop « Nightmares »).

Et tant mieux. Car Mindkult éteint l'envie de se moquer lors de l'écoute de Lucifer's Dream, grâce à une sincérité rendant mesquine toute intention de le dégommer. Certes, on est loin du chef d’œuvre, mais les quelques étincelles qu'il allume sur son passage en font un bon album marqué par un plaisir se permettant, presque par hasard, d'être assez rare et particulier pour que le besoin d'y revenir régulièrement se fasse sentir. Oui, vous connaissez déjà ce que contient cet album. Non, cela ne veut pas dire que vous pouvez passer outre sans remords, tant Mindkult donne à ses compositions des largesses qui ne se rencontrent pas si souvent que ça. Entendez ces leads interminables baigner dans le bonheur, ce chant diaphane et caressant, entre le déjà-mort et le réveil sans stress un dimanche matin, ce son délicieusement grésillant... « On n'est pas bien là » ?

On est bien, endolori et papillonnant, comme dans les essais les plus généreux de Ice Dragon. Pris dans un tombeau cotonneux, sans mauvaise humeur, sans grognement, où le seul mal-être se trouve dans un attrait pour la chaleur qui ne se laisse pas contenter, coincés que nous sommes dans la poussière de notre crypte. En effet, derrière sa pochette nécro (signée Misanthropic Art), Lucifer's Dream crève de ne pas voir le soleil, cherche à être lumineux avec son corps dévitalisé, le faisant imaginer comme un Andrew Eldritch nous expliquant pourquoi il porte des lunettes noires dans l'obscurité. De quoi, encore une fois, ne pas narguer les rappels aux musiques gothiques que semble avoir voulu mettre ici son auteur.

Sur le papier peu affriolant, Lucifer's Dream s'avère si content d'exister qu'il devient un petit disque précieux, clairement bourré de défauts (le plus flagrant est « Infernals », en-dessous du reste), mais dont le charme finit par opérer. Fowst croit en son bébé, communiquant sans cesse sur ce dernier, et on comprend pourquoi : bien que dans l'air du temps, bien que trop timide, il se révèle assez accrocheur, enveloppant, d'une maladresse touchante, pour rendre heureux de tailler un bout de route en sa compagnie.

Aller, excuse acceptée pour le shoegaze (pour le gothique par contre, il va falloir qu'on parle). En plus, je crois que je commence à être d'accord, alors...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mindkult
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  5.5/10

plus d'infos sur
Mindkult
Mindkult
Psychedelic Doom / Rock - 2016 - Etats-Unis
  

vidéos
Howling Witch
Howling Witch
Mindkult

Extrait de "Lucifer's Dream"
  

tracklist
01.   Drink My Blood
02.   Nightmares
03.   Behold the Wraith
04.   Infernals
05.   Howling Witch
06.   Lucifer's Dream

Durée : 40 minutes 43 secondes

line up
parution
22 Septembre 2017

Essayez aussi
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
Atomikylä
Atomikylä
Keräily

2016 - Svart Records
  
Jex Thoth
Jex Thoth
Blood Moon Rise

2013 - I Hate Records
  
Jex Thoth
Jex Thoth
Jex Thoth

2008 - I Hate Records
  
Pombagira
Pombagira
Flesh Throne Press

2015 - Svart Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report