chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sa Meute - Hyperborée

Chronique

Sa Meute Hyperborée
Cette chronique a vu le jour pour deux raisons. Premièrement, j'espère naïvement qu'elle me permettra de briser le cercle obsessionnel dans lequel je me suis enfermé depuis que j'ai eu la merveilleuse idée de ressortir "50 Contre 1" l'année dernière. Deuxièmement, je tiens beaucoup à ma place au sein de la belle team deThrashocore. Et, quoiqu'ils disent, je sens bien poindre chez eux un soupçon d'agacement, à voir revenir de façon systématique les deux mêmes pochettes dans le fil des écoutes.

Ceux qui ont cliqué sur cette chronique en connaissance de cause, l'ont d'ailleurs très probablement fait soit avec un sourire en coin, soit en soupirant de lassitude, les yeux levés. Dans les deux cas, je ne peux que les comprendre : des mois que je poursuis un lobby enragé, forcené, pour convertir tout amateur de Black Metal me passant sous la main à l'art si particulier de la formation française. Pénible comme un Témoin de Jehovah, et aussi tenace qu'un représentant d'Action Contre La Faim. Tapi dans l'ombre, attendant qu'une proie innocente passe à ma portée pour lui sauter à la gorge : "Je vois que tu aimes les disques inspirés... Connais-tu la douce parole de notre prophète Sa Meute ?" Tout en sortant fébrilement de mon grand manteau, sous des yeux mi-ébahis, mi-apeurés, les deux full-length du projet français.

Si j'étais (et suis encore) fasciné par le fantastique "50 Contre 1", j'avais tendance à occulter son grand frère, sorti deux ans plus tôt en totale autoproduction, le bien-nommé "Hyperborée". Pourtant, on y retrouve les prémices de ce qui allait devenir le Sa Meute que nous aimons tant : une entité se complaisant dans le mystère, jouant un Black Metal teinté de Doom sentencieux, basé sur des guitares tournant dans le grand froid, des compositions racées, des rythmiques presque tordues, et bien entendu l'organe si particulier d'Animal - qui, sur ce premier long-format, semble encore se chercher un peu. Plus raw, moins abouti que son successeur, "Hyperborée" n'en reste pas moins un disque de très haute volée - surtout pour un premier long format.

Qui n'aurait pas encore cédé à mes assauts répétés, ni à l'attrait quasi-ésotérique de la musique des lycanthropes, ne devra pas s'arrêter à la jaquette de cet "Hyperborée" : si la version CD se pare d'un croquis de jeune femme du Nord (Kaevum n'est pas loin, surtout en tenant compte du titre de l'opus), la version LP, pressée par Stronghold Diaphora en 2007, se pare d'un magnifique cliché Nat Geo de hibou en plein repas - le verso, quant à lui, laissant la place à un félin noir absolument ignoble. Pas de paroles dans le gatefold, un simple cliché sous-exposé d'un paysage en pleine nuit... Il faudra donc tendre l'oreille, le chant se faisant plus cryptique que sur "50 Contre 1". Le premier contact est froid, Sa Meute ne se laissera pas aborder par n'importe qui, la voix comme l'âpreté choisie de la production en ont laissé, et en laisseront encore, beaucoup sur le côté.

Et le groupe ne prend pas de pincettes, jetant directement l'auditeur en plein milieu du blizzard, accompagnant la Meute en pleine chasse, perdu au milieu des tourbillons de vents que sont les guitares de "Werewolf Cry", au rythme lent volontairement cassé par un batteur, qui, définitivement, n'aime pas s'enfermer dans un seul style de jeu : si la prestation du forgeron est aussi carrée que solide, ce dernier saute de mid-tempo en blast-beats, ne se faisant jamais prier pour ponctuer les temps fort de grandes saillies sur le tom basse - qui sera remplacé, sur "50 contre 1", par l'inénarrable timbale d'orchestre qui donne tout leur sel à des titres comme "Le Bouclier et la Lance" (que l'on retrouve, moins puissant mais toujours aussi rageur, sur ce premier méfait). Qu'à moitié assuré comme rassuré, l'organe grandiloquent d'Animal hésite un peu plus à se lancer dans les grandes harangues qu'on lui connaît : le chant est plus typique, voix de gargouille couplée à des saillies en chant clair presque incantatoire, nous contant des récits de bataille, légendes mythologiques... Et autres parties un peu plus étranges (et chantées en Anglais), du récit de la beuverie en solitaire attendant la mort ("Her Shadow") jusqu'au combat pour la liberté ("Slaves", pour "esclaves" et non pas "peuple du Nord"). Moins commandant que simple hoplite, "Hyperborée" est plus "classique" que ce à quoi l'on pourrait s'attendre. Mais n'allez pas croire qu'il en devienne ennuyeux pour autant : çà et là sont semés au fil des compositions des tournures biscornues, des plages quasi-ambiantes, une voix qui grogne, hurle, déclame, quand elle n'imite pas elle même les cris d'animaux, perçant le brouillard de guerre. Et les passages plus "attendus" sont, quant à eux, redoutables d'efficacité. A recommander aux néophytes comme aux gourmets, le chef d'orchestre mettant tout le monde d'accord.

On pourrait dire que "Hyperborée" est moins bon que son frère. Moins travaillé sur le fond comme sur la forme, prenant beaucoup moins de risques, pas assez jusqu'au-boutiste dans les thèmes qu'il choisit d'aborder... Qu'attendez-vous d'un premier essai ? Car, pris indépendamment de "50 Contre 1", l'album reste un vrai pavé jeté avec force dans la mare stagnante du genre. Sa Meute commence déjà à y développer ce qui le rendra, par la suite, aussi unique qu'essentiel. Les approximations éparses et l'urgence ressentie de ce premier full-length, bien loin de la production et des compositions en acier trempé de son successeur, lui confèrent un charme diablement attirant. L'occasion pour ceux qui découvriraient le groupe avec cette chronique de se pencher sur l'une des plus belles perles de l'underground français, et celle, pour ceux qui continuent encore aujourd'hui de poncer "50 Contre 1", de prendre un peu de rab' avec des titres inédits.

Plus de véritables nouvelles de Sa Meute depuis 2011, avec la sortie d'un split devenu introuvable - et pas forcément intéressant puisqu'on y retrouve deux titres que nous connaissons déjà. Ce qui reste un immense regret, le groupe semblant encore avoir tant de choses à nous raconter, est également une grande force : le temps de deux full-length fantastiques, la horde d'Animal a laissé une trace indélébile dans l'underground français avant de retourner dans l'ombre. Lui conférant, à jamais, le statut et l'aura de "groupe culte", qu'il mérite amplement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
27/09/2017 14:04
note: 8/10
Fabulon a écrit : Ahhhhhh!

Superbe chro pour cet album excellent!
Rien de plus à redire, sauf simplement à préciser que la version cd contient les paroles, qui font partie intégrante de cette œuvre géniale Clin d'oeil


Je te rejoins tout à fait, et regrette que le vinyle ne les contienne pas (malgré une très belle pochette et un beau splatter orange et noir, pas de paroles...), et je n'ai pas trouvé sur le net.
Fabulon citer
Fabulon
25/09/2017 11:32
note: 8.5/10
Ahhhhhh!

"Eux aussi connaissent le fils de Zeus et de Latone
Et un de leurs ancêtres eut le trident pour sceptre..."

Superbe chro pour cet album excellent!
Rien de plus à redire, sauf simplement à préciser que la version cd contient les paroles, qui font partie intégrante de cette œuvre géniale Clin d'oeil
rivax citer
rivax
25/09/2017 10:19
J'ai échappé à ton lobbying sur le forum mais ta chronique me donne bien envie d'y poser une oreille !
Sulphur citer
Sulphur
25/09/2017 09:37
note: 8/10
Un album bien chouette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sa Meute
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Sa Meute
Sa Meute
Black Metal - 2002 - France
  

tracklist
01.   Werewolf Cry  (05:33)
02.   Loki - Thor - Baldr  (02:46)
03.   La loi de Poséidon  (05:34)
04.   Le bouclier et la lance  (06:22)
05.   Slaves  (07:53)
06.   Flames  (04:40)
07.   Les secrets du sang  (01:59)
08.   Her Shadow  (03:30)
09.   Bizarre Employer  (05:01)
10.   Huginn et Muninn  (02:30)

Durée : 45:48

voir aussi
Sa Meute
Sa Meute
50 contre 1

2006 - Stronghold Diaphora
  

Essayez aussi
Obed Marsh
Obed Marsh
Înnsmouth

2016 - Indépendant
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
Stains Of Resignation

2010 - Music Fear Satan
  
Celtic Frost
Celtic Frost
Monotheist

2006 - Century Media Records
  
Rorcal
Rorcal
Világvége

2013 - Cal Of Ror / Sick Man Getting Sick Records / Lost Pilgrims
  
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique