chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Primitive Man - Caustic

Chronique

Primitive Man Caustic
Creuse. Creuse encore.

Arrête de contempler la boue de Scorn. De vouloir t'y mêler, t'y dissoudre. Creuse, avec les mains s'il le faut. Creuse ce son lourd, ce tempo funéraire. Enterre tes avant-bras, ton corps tout entier, de tes extrémités jusqu'à l'extrême. Étouffe. Deviens la voix de cette terre dans laquelle tu t'enfonces.

Creuse. Creuse encore.

Creuse jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lumière, qu'il ne reste que la terre. Et toi. Creuse jusqu'à ce que ta musique n'évoque plus rien, qu'elle devienne motte dans les oreilles, qu'elle s'échappe de toutes références un peu faciles, Grief, Abandon, Unearthly Trance, Encoffination. Qu'elle devienne tienne, comme un Vermin Womb qui irait de l'autre côté du miroir, où tout est inversé, où l'on s'enferme sous les couches, au point de ne plus savoir ce qui tient du haut, du bas, gauche, droite, tristesse, haine, néant, trop-plein.

Creuse. Creuse encore.

Noie-toi dans le son. Laisse parfois quelques mélodies filtrer, là quatre notes rappelant que l'air existe, lointain, ailleurs des nappes qui n'en finissent plus de s'étioler, comme une peau qui se décompose, devient terre, elle aussi. Parfois, un spasme, une violence où l'on ne sait pas si elle est une échappée ou une plongée, si elle libère ou asphyxie.

Creuse.

Fais de tes grognements du calcaire, de tes rythmes des tremblements souterrains. Deviens, dans ton exercice de style presque « arty », ce que tu creuses. Oublie-toi. Oublie ton corps. Mélange-toi. Sois vide, sois statique malgré tes mouvements, sois linéaire dans tes humeurs. Sois une forme de repos, un isolement où se rêver minéral.

Creuse encore.

Creuse jusqu'à ce que tu sois seul, définitivement. Que ceux qui t'accompagnent n'en puissent plus. Qu'ils trouvent que tu ailles trop loin. Que ton jusqu’au-boutisme manque de cette équilibre où le trop ne paraît pas excessif. Creuse jusqu'à ce que tu sois seul, définitivement, laissant aux autres le sentiment de ne pas savoir où terminer, mais revenant tout de même te chercher, comme hypnotisés.

Creuse.

Creuse encore.

Et en creusant, deviens ce que tu creuses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
25/09/2017 08:18
note: 8/10
Gros album, dans tous les sens du terme, pachydermique même, épuisé et usant, mais jamais lassant. Et belle chronique, qui lui fait parfaitement hommage.
Krokodil citer
Krokodil
24/09/2017 20:45
note: 8/10
Y'a rien de cérébral dans ce disque. Le tonnage de la souffrance et du volume sonore, c'est pas le sujet ici. Caustic, c'est juste du doom de dépressif qui s'assume et a arrêté de se débattre, du doom de dépressif à la dérive... Pour la première fois, je les trouve totalement relâchés, à l'aise dans leur élément (l'acide, donc) juste naturels quoi. Tout l'inverse de Scorn, qui était totalement surjoué et pompeux.
Et dieu merci, ils l'ont joué sur la longueur, sur l'épuisement réel, au corps à corps, exactement comme In Reality We Suffer le faisait alors : le funeral total.
Ikea citer
Ikea
24/09/2017 17:13
note: 7.5/10
*rougis*
gulo gulo citer
gulo gulo
24/09/2017 16:17
Certes non ; simplement un indice sur sa longévité, et/ou de sa capacité à faire de l'effet les jours où l'on n'est pas d'attaque pour emplir sa... a-hem, concavité de toute la brillance poétique dont on est capable (oui : c'est un compliment).
Ikea citer
Ikea
24/09/2017 16:09
note: 7.5/10
gulo gulo a écrit : cérébral.

Clairement. Mais ce n'est pas forcément un défaut pour moi !
gulo gulo citer
gulo gulo
24/09/2017 14:21
Ouais, ça a bien l'air aussi cérébral que je l'en suspectais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitive Man
Sludge / Doom / Grind / Noise
2017 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (7)  7.71/10

plus d'infos sur
Primitive Man
Primitive Man
Sludge / Doom / Grind / Noise - 2012 - Etats-Unis
  

vidéos
Commerce
Commerce
Primitive Man

Extrait de "Caustic"
  

tracklist
01.   My Will
02.   Victim
03.   Caustic
04.   Commerce
05.   Tepid
06.   Ash
07.   Sterility
08.   Sugar Hole
09.   The Weight
10.   Disfigured
11.   Inevitable
12.   Absolutes

Durée : 77 minutes 26 secondes

line up
parution
6 Octobre 2017

voir aussi
Primitive Man
Primitive Man
Scorn

2013 - Throatruiner Records / Mordgrimm Records
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique