chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Abkehr - In Asche

Chronique

Abkehr In Asche (EP)
Ce nom ne vous dit peut-être rien et il ne serait pas juste de vous en vouloir. Récemment formé (2015), ce duo allemand a fait son entrée cette année avec un premier EP en guise de présentation. Réalisé en digital auto-produit – cf. Bandcamp –, In Asche a rapidement été édité en format cassette par le label Sentient Ruin Laboratories qui a bien su flairer le potentiel de la formation. Et grand bien lui en a pris, les exemplaires se faisant très rares. Il faut dire que le black metal délivré par Abkehr a de quoi séduire bon nombre brassant différents courants (raw, dépressif ou encore atmosphérique) pour un résultat des plus subtils et convaincants. Un succès underground amplement mérité donc, que les sorties prochaines des versions vinyle (Sentient Ruin Laboratories/Sick Man Getting Sick Records) et CD (Embracing Darkness Records) ne devraient que renforcer.

« Profondément, chaque pas dans la vie est un pas dans la mort, et le souvenir un rappel du néant. »

En effet, le metal noir distillé par Abkehr est telle une lame glissant lentement sur votre peau avant de pénétrer les chairs. À la première écoute, il semble plutôt agréable et inoffensif avec son côté très froid et caressant – notamment lors des passages mid et low tempos. Vous captez pas mal d'influences puis commencez à lâcher des noms machinalement. Joli, esthétique, mais... Ce n'est qu'au fil du temps que In Asche se dévoile et produit son effet. Le choix porté sur une production raw y est d'ailleurs pour beaucoup, apportant de la rugosité à l'ensemble. Un contrebalancement bienvenu qui évite l’écœurement et donne aux parties agressives (comme sur l'excellent « II ») davantage d'impact. La paire Raash/H (impérial à la batterie) vous ouvre, ni plus ni moins, la voie vers le vide absolu. Du noir, du noir et encore du noir. Les Allemands en étalent sans vergogne, durant les 26 minutes que dure le court format, s'appuyant sur le chant habité au possible et typé dépressif de Raash. Très éraillée, réverbérée et en retrait dans le mix comme sortant de l' abîme, sa voix vous oppresse par ce qu'elle égraine de mal-être – l'apogée étant atteint lorsqu'il pousse ses plaintes déchirées vous pétrifiant sur place (« IV »). Des sonorités à la fois brutes et âpres qui prennent racine dans la seconde vague black metal, en particulier la scène norvégienne (sens de la mélodie, riffs entêtants et terriblement efficaces posant le décor).

« S'il est vrai que ce qui périt n'a jamais existé, la naissance, source du périssable, existe aussi peu que le reste. »

La froidure fond sur vous et vous fige, que ce soit par la violence implacable avec laquelle vous malmène le duo mais aussi ces notes plus contrastées et aériennes – comme le laissait présumer le début du premier paragraphe. Un aspect qui est particulièrement mis en relief par les riffs racés et éthérés parcourant ce EP et lui conférant une aura singulière. Les samples ou effets qui viennent se greffer ça et là aux compositions (comme sur la conclusion de « III » ou encore l'introduction de « IV ») ne font qu'accentuer ce trait ainsi que magnifier les ambiances dressées par la formation. Il se dégage une certaine beauté de In Asche. Une beauté impalpable, inquiétante mais saisissante. Car si la noirceur inhérente à l’œuvre de Abkehr reste intacte, elle revêt néanmoins différentes déclinaisons. Les nombreuses subtilités et émotions dégagées prennent peu à peu sens au gré des écoutes, à commencer par les variations effectuées par le vocaliste. Crachant sa bile et sa misanthropie à la face du monde, Raash montre une facette plus fragile et maladive dans la seconde partie du disque. Ce basculement s'effectue de façon naturelle accompagné par un changement de ton perceptible amorcé par le groupe. Comme si l'irréel cédait sa place à quelque chose davantage terrien et l'épique au viscéral. Comme si le groupe vous portez aux nues pour mieux vous en laissez tomber. Une montée crescendo dans le sentencieux sans pour autant élever le rythme, laissant d'autres influences entrer en jeu (Ash Borer pour ne citer qu'eux). Un aspect plus moderne afin de mieux éveiller en vous les tourments.


Weakling, Nyktalgia, Cornigr – ...ajoutez un autre nom ici –, beaucoup de références surgissent une fois In Asche lancé et dans lesquelles Abkehr puise afin de délivrer sa propre marque et éviter la redite. Un univers sombre au possible que les Allemands développent sur des titres plutôt longs – aucun ne passant en-dessous la barre des 6 minutes. Si j'avoue que ma préférence va pour les deux premiers morceaux, ce premier essai des Allemands n'en reste pas moins une réussite et laisse augurer de belles choses pour la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abkehr
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (2)  3.67/5

plus d'infos sur
Abkehr
Abkehr
Black Metal - 2015 - Allemagne
  

formats
  • Digital / 2017 - Autoproduction
  • K7 / 2017 - Sentient Ruin Laboratories
  • Vinyl / 17/11/2017 - Sick Man Getting Sick Records, Sentient Ruin Laboratories
  • CD / 03/12/2017 - Embracing Darkness Records

écoutez
tracklist
I.
II.
II.
IV.

Durée : 26 minutes

line up
  • Raash / Guitares, Basse et Vocaux
  • H / Batterie

parution
11 Mars 2017

Essayez aussi
Azziard
Azziard
Metempsychose

2017 - Malpermesita Records
  
Skáphe
Skáphe
Skáphe²

2016 - I, Voidhanger Records
  
Arizmenda
Arizmenda
Stillbirth in the Temple of Venus

2014 - Crepusculo Negro
  
Non Opus Dei
Non Opus Dei
Diabeł

2015 - Witching Hour Productions
  
Darkthrone
Darkthrone
Arctic Thunder

2016 - Peaceville Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique