chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Andhera - Liminality

Chronique

Andhera Liminality (EP)
Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, la mode est aux groupes masqués et encapuchonnés. Black, Death, Heavy, Hard, Doom... aucun genre n'y échappe, à part peut-être le Stoner. La recette semble marcher pour certains, mais c'est en général parce qu'elle s'accompagne d'une bonne dose de talent. Qu'à cela ne tienne, on voit chaque jour fleurir un nouveau gang masqué ou encapuchonné. Et comme dans le Metal, la surenchère est de mise, les nouveaux venus rivalisent de créativité pour ajouter encore plus de mystère, choisissant comme nom de scène des symboles géométriques et livrant au public avide d'information des présentations fumeuses et prétentieuses dont le point commun est une vacuité élevée au rang d'art.

ANDHERA ne déroge pas à la règle. Ce quatuor Américain fondé en 2015 se présente sur scène comme en répet' (du moins pour les photos) vêtu d'une toge noir, le visage dissimulé derrière un genre de niquab avec un triangle dessiné dessus pour les différencier. Leur page Facebook est un ramassis de présentations fumeuses, inutilement baroques et finalement complètement bidon. Comme d'habitude dans ce genre de situation, le curieux qui ne demande qu'à donner sa chance au produit n'a d'autre solution que de s'intéresser uniquement à la musique, puisque le reste est incompréhensible.

Pour le tracklisting, le gang des triangles a cédé à une autre mode un peu envahissante : nommer ses chansons en chiffres romains. Ils y ont certes ajouté de "vrais" titres, la numérotation en chapitre s'expliquant par le concept de l'EP. En effet, Liminality est un unique morceau de dix-neuf minutes découpé en quatre tronçons. Le projet souffre d'une production médiocre qui met en avant les mauvais côté des compos, à commencer par la batterie qui se distingue par une détestable (et malheureusement très fréquente dans les autoproductions) sonorité "en plastique". Comme si le batteur tapait sur des bidons en plastoc au lieux de massacrer ses fûts en peau (par exemple sur "Departure"). Si la batterie reste en arrière plan, le désagrément est moindre, mais dans le mixage de Liminality elle se retrouve anormalement en avant. La voix également est étrangement artificielle, comme filtrée, rappelant un peu le chant de Markus Bischoff (HEAVEN SHALL BURN). Le reste de l'orchestration fait correctement le job, rehaussé par quelques bonnes idées. Les plans de guitare lead sont plutôt intéressants (la chouette intro de "Transference" et le pont de "Refluence"), avec quelques petits soli bien placés et des changements de technique pour marquer les transitions. De ce fait, le concept du morceau unique chapitré donne à la construction une cohérence d'ensemble (portée par une rythmique assez linéaire et des blast beat omniprésents, soulignés par le problème de sonorité de la batterie susmentionné) et des variations de style pour marquer chaque partie. C'est bien pensé et bien conçu.

En synthèse : un habillage un peu trop appuyé (sauf s'il aide le groupe à se sentir bien, mais je crains que le public extrême commence à saturer du trip capuchon et des chiffres romain), un résultat perfectible mais quelques belles promesses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Andhera
Death Metal Progressif
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Andhera
Andhera
Death Metal Progressif - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Part I - Axiom  (04:58)
02.   Part II - Departure  (04:19)
03.   Part III - Transference  (03:41)
04.   Part IV - Refluence  (03:30)

Durée : 16:30

parution
7 Février 2017

Essayez plutôt
Augury
Augury
Fragmentary Evidence

2009 - Nuclear Blast Records
  
Symbyosis
Symbyosis
Crisis

2000 - Listenable Records
  
Opeth
Opeth
Blackwater Park

2001 - Music For Nations
  
Disillusion
Disillusion
Back to Times of Splendor

2004 - Metal Blade Records
  
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Portal of I

2012 - Code666
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique