chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wolves In The Throne Room - Thrice Woven

Chronique

Wolves In The Throne Room Thrice Woven
Je n'avais pas parlé de Celestite et c'est bien normal : Thrashocore a beau avoir étendu sa ligne éditoriale au fil des ans, la musique d'ascenseur amenant à un magasin Nature & Découvertes reste très bien à sa place. Dans les ascenseurs.

Par contre, Wolves in the Throne Room qui, après une fausse séparation, revient à des affaires black metal pour la première fois en indépendant (sur Artemisia, label des frères Weaver) : bien sûr qu'on est là, sur les dents après un Celestial Lineage qui est la plus belle œuvre des Ricains, détrônant Two Hunters dans mon cœur. Riffs aussi épiques qu'atmosphériques, beauté entre féerie et escapade nocturne, ralentissements éthérés et ambiance d'un autre âge, aussi rêvé que véritable... Il me tardait de retrouver tout cela. Et ce fut bien le cas avec Thrice Woven

…sans pour autant m'enthousiasmer comme je l'espérais. C'est qu'on pourrait presque définir chaque œuvre de Wolves in the Throne Room par sa pochette : bleu et brun pour Black Cascade, or, ambre, vert pour Celestial Lineage et noir bruni, boisé mais manquant d'éclats, pour Thrice Woven. Voilà bien le problème : bien que réunissant les joliesses développées sur son précédent longue-durée (je parle évidemment de celui avec des guitares et des voix ; l'autre n'existe pas), le duo ne parvient pas à faire fonctionner sa magie sur l'ensemble de ces nouvelles quarante-deux minutes. Pourtant, on y croit dur comme fer au départ, lors des enlevés « Born from the Serpent's Eye » et « The Old Ones Are with Us », où toute la solennité dont est capable la formation se retrouve, cette dernière se permettant même d'unir Wardruna et Harvestman dans un magnifique passage faisant ressentir le poids de la nature aussi bien que ce qu'elle transmet de religiosité. Ce n'est pas le seul plaisir ici, les quelques montées en agression s'avérant étonnamment réussies pour un projet aussi travaillé, à l'image de ce moment abrasif sur « Born from the Serpent's Eye » où l'ombre du Ulver de Nattens madrigal se devine.

Seulement, Thrice Woven contient trois autres morceaux et ces derniers ne sont pas toujours à la hauteur, Wolves in the Throne Room s'amusant à y brouiller les pistes au point de s'embrouiller. Passant d'une ambiance à une autre, d'un élan mélodique et nerveux s'arrêtant net pour tomber dans des claviers sirupeux (« Angrboda »), il ne donne le sentiment que d'une belle coquille trop souvent vide, dotée d'une production étouffée empêchant un peu plus l'éclosion d'émotions. Dommage, quelques instants cherchant à percer dans cette accumulation d'idées se trouvant ici ou là (l'interlude « Mother Owl, Father Ocean » par exemple).

Peut-être attendais-je beaucoup trop de Wolves in the Throne Room, seul groupe de post-black de la belle époque à propos duquel j'avais encore un certain attachement. Et même s'il continue de tirer son épingle du jeu, conservant une identité bien à lui (ces cris black metal toujours aussi passionnés), il ne fait que proposer un temps agréable en sa compagnie, de ceux qui ne se retiennent pas particulièrement tant ils glissent sur nous, doux mais trop inconsistants. Les loups ont clairement été meilleurs qu'ici, et, franchement, malgré une bonne tenue générale, il est triste de se dire que ce sera vers ce mieux qu'on se tournera une nouvelle fois, après six ans d'attente.

Sinon, vous avez écouté le nouveau Botanist ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
11/10/2017 10:37
Décidément, il a pas l'air de vous emballer ce WITTR...
Toujours pas reçu ni écouté sur le net...j'attends !
Mais comme je fais partie de ceux qui ont aimé " Black Cascade ", on ne sait jamais ;-)

edit : y'a pas, j'adore ce groupe ! Oui, cet album aussi !
Mené lentement mais surement dans cet univers sombre et naturel, riche et hanté (davantage ici avec des cris de chouette dans une forêt la nuit que par je ne sais quel antéchrist ou autres zombies...), d'une beauté sauvage !
Les changements de chants et d'ambiances peuvent désorienter, mais ne m'auront aucunement découragé de poser 12 fois en deux jours (oui...c'est un 2 x LP...) cette belle œuvre sur ma platine !
Alors n'écoutez pas le méchant Ikea, ou plutôt n'en prenez que les points positifs...

" Sinon, vous avez..." lu la chronique notant l'album 19/20 ?
;-)
seb niggurath citer
seb niggurath
01/10/2017 14:17
très déçu moi aussi par cet album, les ingrédients sont là, la recette est suivie à la lettre mais le cuisinier c'est un peu trop reposé sur ces acquis ou a perdu la passion, sur le coup je trouve l'album de "musique d'ascenseur" bien plus interessant et audacieux...
"Les webzines semblent beaucoup aimer ce dernier WITTR..." vu l'accueil reservé au dernier Satyricon on peu douter de l'integrité de certains webzines quant à l'honnêteté de leur propos mais ça c'est une autre histoire....
Sagamore citer
Sagamore
01/10/2017 13:39
Les webzines semblent beaucoup aimer ce dernier WITTR... Mais pareil, chez moi, je décroche dès le second titre. Il manque un petit quelque chose, ce côté céleste qui me plaisait tant. Tant pis.
Sulphur citer
Sulphur
01/10/2017 11:35
La production est beaucoup trop molle. Ça n'accroche pas.
Suivant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wolves In The Throne Room
Post Black Metal
2017 - Artemisia Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (13)  7.74/10

plus d'infos sur
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Post Black Metal - 2002 - Etats-Unis
  

vidéos
Born from the Serpent's Eye
Born from the Serpent's Eye
Wolves In The Throne Room

Extrait de "Thrice Woven"
  

tracklist
01.   Born from the Serpent's Eye
02.   The Old Ones Are with Us
03.   Angrboda
04.   Mother Owl, Father Ocean
05.   Fires Roar in the Palace of the Moon

Durée : 42 minutes 17 secondes

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Celestial Lineage

2011 - Southern Lord Recordings
  
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Black Cascade

2009 - Southern Lord Recordings
  
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Two Hunters

2006 - Southern Lord Recordings
  

Essayez plutôt
Emperor
Emperor
Prometheus
(The Discipline Of Fire And Demise)

2001 - Candlelight Records
  
Alcest
Alcest
Souvenirs D'un Autre Monde

2007 - Prophecy Productions
  
Wiegedood
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed

2015 - ConSouling Sounds
  
Voices
Voices
From The Human Forest Create A Fugue Of Imaginary Rain

2013 - Candlelight Records
  
Falaise
Falaise
My Endless Immensity

2017 - A Sad Sadness Song
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report