chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
88 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Syn Ze Șase Tri - Zăul moș

Chronique

Syn Ze Șase Tri Zăul moș
Aujourd’hui, le petit SYN ZE SASE TRI n’a pas rechigné à se lever. Au contraire, il avait les yeux déjà bien grands ouverts quand sa mère a ouvert la porte et lui a annoncé le début d’une nouvelle journée. Il faut dire qu’il fêtait ses dix ans, et qu’il n’était pas peu fier d’avoir désormais deux chiffres dans son âge. Mais étonnamment, c’est un autre événement qui l’avait empéché de dormir autant que d’accoutumée : la maîtresse allait rendre les notes pour les compositions ! Et il était confiant.
« J’ai tellement travaillé cette fois-ci. Je vais avoir la meilleure note de la classe, et peut-être même que Carach admettra que je l’ai dépassé ! »
Il partit alors très vite ce matin-là, et fut même le premier à passer la porte de l’école. Il était tellement tôt que Madame Cilice n’avait pas encore fini de balayer le préau. Il attendit patiemment l’heure, préparant déjà des remerciements aux louanges qu’il allait recevoir, sans nul doute.

« 6 sur 10 »

« 6 sur 10 »

« 6 sur... 10 »

Ce n’était pas possible. C’était tellement peu. Certains auraient pu s’en satisfaire, mais c’était un choc tellement imprévu, que lui ne pouvait pas. Il ne se manifesta pourtant pas tout de suite, préférant demander des comptes en tête à tête avec son nouvel ennemi. Il réfléchissait aussi à la manière dont il allait pouvoir manifester son incompréhension.

« Maîtresse, c’est pas correct ! » commença-t-il en balbutiant.
« Comment ça Syn, de quoi veux-tu parler ?
_ Ma note, ce n’est pas ça. Vous avez pas mis la bonne note. Je... Je ne comprends pas...

La maîtresse, madame Sakrifov, fronça un sourcil, plus pour manifester son incompréhension que l’irritation. Elle ne se souvenait pas des compositions de chacun, et semblait chercher dans sa mémoire ce que le petit bonhomme avait pondu.

« Montre-moi ta copie » finit-elle par dire en esquissant un sourire se voulant rassurant.

Il la sortit, et la déplia. Il s’était effectivement empressé de cacher le contenu, comme si le fait de ne plus voir le résultat allait le changer. Cela n’avait pas marché... Trônait toujours un 6. Sur 10.

« Alors, voyons voir cela... »

Elle se plongea dans la lecture et se mit à acquiesser à plusieurs reprises, laissant comprendre que les souvenirs revenaient en même temps. Cela dura 53 minutes et 15 secondes. Et une fois qu’elle eut fini, elle reprit enfin :

« C’est très bien, mon petit Syn, tu as fait un beau travail. Tu sembles avoir pris beaucoup de temps pour réaliser ces 9 pistes, n’est-ce pas. »

L’espoir renaissait.

« Oui madame »

_ On sent vraiment que ce n’est pas la première fois que tu fais ce genre d’exercice. Tu avais déjà essayé n’est-ce pas ?

_ Oui, madame, souffla-t-il après avoir avalé sa salive. C’est la quatrième fois alors je commence à comprendre comment créer un morceau, le faire évoluer, ne pas le rendre trop linéaire.

_ Effectivement. On ne peut pas te reprocher la facilité. Tu as bien tenté de varier et de ne pas rester dans un style trop restricteur.

_ Et pour être encore plus performant et réussir à jouer mes idées, j’ai fait appel à de nouveaux copains. Tous rencontrés l’année dernière, madame. Un batteur qui vient du groupe de brutal death MALPRAXIS, un chanteur qui est chez AN THEOS, formation de folk metal, et...

_ Ah, tiens, il vient du folk ! Il a pourtant une voix très grave, on aurait plutôt dit qu’il faisait du death ou du thrash bien baveux. Au fait, je remarquais aussi qu’il y avait pas mal de timbres différents sur l’album. Il y a même un chant clair typé RHAPSODY sur « Tărîmu de lumină » et « Plecăciune zăului ».

_ Sur le deuxième c’est une femme, madame. Ailleurs on a mis des chœurs, épiques ou envolés. Et oui, j’ai pensé mêler toutes sortes de musique metal, alors c’est pour ça qu’il y a du black, du death, du heavy, power, et même du pagan folk.

_ Sur la fin oui. C’est bien d’ailleurs, ça rappelle des KRODA ou TEMNOZOR.

_ En fait avant j’étais avec NEGURA BUNGET, madame. J’en ai gardé quelques traces. J’ai du mal à les abandonner.

_ Tu devrais les garder tu sais, c’est réussi et peut-être même le meilleur moment.

_ Vous ne pensez pas que ce sont les claviers ? J’ai fait en sorte d’avoir des mélodies et instrumentalisations puissantes et féroces, comme sur « Urzeala ceriului ». Ça le fait bien, hein madame !

_ Oui, oui. C’est très bien agencé, comme tout le reste.

_ Alors madame, vous vous êtes trompé dans la note, hein !?

_ Bah non, pas du tout. C’est 6.

_ Mais pourquoi, vous avez dit que tout était bien fait et tout et tout.

_ C’est vrai, mais voilà, j’aime pas.

_ Vous n’aimez... pas... Mais ça veut dire quoi, ça. Si ce que j’ai fait c’est bien, il faut mettre une bonne note madame ! C’est bien alors une bonne note. Il n’y a pas de « C’est bien mais je n’aime pas. ». Madame, tu mets une bonne note maintenant !

_ Mais non Syn, au final c’est chiant. Ça part dans tous les sens. Je n’ai pas envie de le réécouter. 6, c’est la note pour le travail fourni.

_ Je vois. C’est parce que je suis pas français que tu me saques ! Les Français tu leur mets des bonnes notes et pas à moi, quoi. Ça va, j’ai compris.

_ Tu n’es pas français, mon petit ?

_ Nan, je suis roumain, mais fais pas genre tu sais pas.

_ Pour moi, tu es un ange parmi les anges.

_ Mange tes morts, c’est bon. T’as les oreilles trop de vieille qui peuvent pas comprendre ce qui entre dedans. T’es toute pourrite et frustrée et en plus tu... »

C’est à ce moment-là que notre petit héros se tut. Cette rage qui l’avait envahi, cette perte de soi, cette soudaine envie de déchiquetter sa maîtresse pourtant respectable.

« Madame, c’est ça qui manque à ma musique. C’est ce que vous vouliez me faire comprendre ? Il faudrait que je sois moins réfléchi et plus spontané ! Il faudrait que j’essaie moins de sonner parfaitement pour être plus intéressant ! »

Mme Sakrifov ne répondit pas. Elle regardait juste l’enfant droit dans les yeux. Et c’est à ce moment-là que, même si personne ne pourra jamais le confirmer, des reflets rouges flammes apparurent dans son regard et glacèrent le petit Syn...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
01/10/2017 00:03
Pour ma réputation je dois démentir et affirmer ne pas être aller à l'école. J'ai grandi dans une grotte dans laquelle j'avais été abandonné par ma mère. La force de mon père, Satan, m'a permis de survivre.
Ah, attends, on m'appelle pour aller à table :
"Maman, arrête, je suis sur l'Internet là. Avec mes amis du metal. Ca va, j'ai compris que c'est l'heure de dîner, pfffff."
A l'école, non, j'étais pas dégourdi du tout. "Se repose sur ses facilités".. Jamais pu faire les efforts pour ce qui m'intéressait peu... Rahaha
Eniok citer
Eniok
30/09/2017 19:15
Sakri devait avoir de bonnes notes en rédac quand il avait l'âge de Syn ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Syn Ze Șase Tri
Black fourre-tout
2017 - Code666
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Syn Ze Șase Tri
Syn Ze Șase Tri
Black fourre-tout - 2007 - Roumanie
  

écoutez
tracklist
01.   Tărîmu de lumină
02.   Dîn negru gînd
03.   Solu zeilor
04.   De-a dreapta omului
05.   Zăul moș
06.   Plecăciune zăului
07.   Urzeala ceriului
08.   Cocoșii negri
09.   În pîntecu pămîntului

Durée : 53:15

line up
  • Corb / Guitare, Instruments Traditionnels, Percussions, Claviers, Samples, Chant Additionnel
  • Flo / Batterie
  • Moș / Guitare
  • Șuier / Chant

parution
29 Septembre 2017

voir aussi
Syn Ze Șase Tri
Syn Ze Șase Tri
Stăpîn peste stăpîni

2015 - Code666
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report