chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bloodclot - Up In Arms

Chronique

Bloodclot Up In Arms
Le bloodclot, c'est la couille dans le potage : le boulon qui grippe, la mine bloquée dans le taille crayon, la serrure de la bagnole qui a pris le givre, la corde de guitare qui se casse en plein set. Si l'expression signifie littéralement "caillot de sang", en patois rastafari, c'est l'équivalent de "ça déconne". C'est en tournant comme roadie des BAD BRAINS au début des années 80 que le jeune John Joseph apprend l'expression et se l'approprie : "Sur scène, ils ne cessaient de nous dire "fix the bloodclot amp". Alors les quelques roadies que nous étions ont décidé de former un groupe nommé BLOODCLOT ! Les BAD BRAINS nous ont même laissés ouvrir pour eux sur un tas de dates de cette tournée." (John Joseph - Interview pour Rock Hard n°178)

Le bouillonnant John Joseph s'en va ensuite pousser la chansonnette avec CRO MAGS, mais, en 2008, il réactive BLOODCLOT et sort un debut album intitulé Burn Babylon Burn sur lequel il est accompagné par Danny Schuler (BIOHAZARD) à la batterie, Scott Roberts (BIOHAZARD) à la guitare, Rick Lopez (MARAUDER) à la basse et Eric Klinger (PRO PAIN) à la guitare. Le line-up se désagrège dès le début de la tournée et le projet entre dans une deuxième phase de sommeil forcé jusqu'à 2017, année où John Joseph décide d'en faire son groupe principal (bien que continuant à tourner avec la caricature qu'est devenu CRO MAGS).

Pour cette nouvelle itération, le groupe est constitué de deux piliers de la scène HxC historique : John Joseph au chant et Todd Youth à la guitare (AGNOSTIC FRONT, MURPHY'S LAW, WARZONE, DANZIG). Ils sont accompagnés par une section rythmique issue quant à elle de la scène Stoner avec Nick Olivieri (KYUSS, QOTSA) à la basse et Joey Castillo aux fûts (DANZIG, QOTSA, EODM, ZAKK SABBATH). Bref : il y a du niveau! Reste à espérer que la somme des talents individuels donne un beau cocktail! (Et, promis, on arrête le name dropping passé ce point!).

Avec un tel palmarès, on pourrait attendre le meilleur comme craindre le pire. Le fait est que c'est JJ qui est aux commandes et donne le lead. Up In Arms est donc un album Hardcore Oldschool et c'est très bien comme ça. Car cela fait un bail qu'on avait pas entendu un projet récent qui sonne comme les disques de l'âge d'or. Avec un chant nerveux et violent, mais clair quand même, et donc audible. Avec une guitare qui débite du riff autoroute basique et quelques très courts soli qui avoinent la pouliche. Avec une section rythmique à la sonorité hyper naturelle, comme si l'enregistrement avait été capté pendant un concert dans un de ces bowling désaffectés ou sous-sol de restaurants qu'affectionnaient les gangs de HxC de première génération. Avec, enfin, la basse fougueuse et rebelle d'un Nick Olivieri qui n'hésite pas à emprunter une voie parallèle à celle de la gratte, comme au bon vieux temps de KYUSS!

La somme de ces individualités, mues par le but commun de faire un disque de Hardcore comme au bon vieux temps, débouche donc sur un disque qui sonne comme les disques de Hardcore de ce fameux bon vieux temps (le début des années 80), grâce à une prod respectueuse du concept. Une prod qui ne gomme pas les défauts (notamment une tendance de JJ à bafouiller sur les passages un peu rapides) et restitue un moment de musique brutale et immédiate, dont la linéarité est brisée par la personnalité de chaque composante du gang : un petit solo de gratte par ci, une batterie groovy par là, une ligne de chant un poil mélodique, une échappé de la basse.

BLOODCLOT est un supergroupe qui atteint son objectif. Avec Up In Arms, le gang crée un disque qui respecte le cahier des charges du Hardcore de papa mais ose des sorties de piste maîtrisées. Le résultat est un disque qui donne la patate, ne laisse pas à l'auditeur le temps de s'ennuyer, donne même envie d'en remettre une couche, et fait espérer des concerts qui envoient du pâté!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodclot
Hardcore oldschool
2017 - Metal Blade / Sony Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (8)  7.14/10

plus d'infos sur
Bloodclot
Bloodclot
Hardcore oldschool - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Up in Arms  (04:01)
02.   Fire  (01:24)
03.   Manic  (02:15)
04.   Kill the Beast  (01:36)
05.   Prayer  (03:04)
06.   Siva / Rudra  (03:04)
07.   Soldiers of the New Babylon  (02:49)
08.   Kali  (00:54)
09.   Slow Kill Genocide  (03:03)
10.   Slipping into Darkness  (01:55)
11.   Life As One  (01:43)
12.   You'll Be the Death of Me  (03:24)

Durée : 29:00

line up
parution
14 Juillet 2017

Through The Eyes Of The Dead
Disomus
Lire la chronique
Ripping Corpse
Dreaming With The Dead
Lire la chronique
Tetragrammacide
Primal Incinerators of Mora...
Lire la chronique
Abkehr
In Asche (EP)
Lire la chronique
Thyrgrim
Vermächtnis
Lire la chronique
With The Dead
Love from with the Dead
Lire la chronique
Dark Habits
Cave Paintings (EP)
Lire la chronique
Nazghor
Infernal Aphorism
Lire la chronique
Ritual Knife
Hate Invocation
Lire la chronique
Second Lash
Tabula Rasa
Lire la chronique
Unfragment
Les Courbures de l'Ame
Lire la chronique
Tomb Mold
Primordial Malignity
Lire la chronique
Arkhon Infaustus
Passing The Nekromanteion (EP)
Lire la chronique
Cold Insight
Further Nowhere
Lire la chronique
Soundgarden
Badmotorfinger
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit + Regarde Les Hommes Tomber
Lire le live report
Savage Annihilation
Quand S’abaisse La Croix Du...
Lire la chronique
Continental Crucifixion
Archgoat + Bölzer + Eggs Of...
Lire le live report
Le BM du Québec se limite à 3 groupes... MON CUL !
Lire le podcast
Sternatis
Ramming With Maelstrom of W...
Lire la chronique
Temple of Void
Lords of Death
Lire la chronique
Fall Of Seraphs
Destroyer Of Worlds (EP)
Lire la chronique
Kotha
XI
Lire la chronique
Ulvegr
Titahion: Kaos Manifest
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Nightbringers
Lire la chronique
Andhera : Ce qui se cache sous le capuchon du moine
Lire l'interview
Heptaedium
How Long Shall I Suffer Here ?
Lire la chronique
The Texas Chainsaw Dust Lovers
Film Noir
Lire la chronique
Persecutory
Towards The Ultimate Extinc...
Lire la chronique
Bloodclot
Up In Arms
Lire la chronique