chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bloodclot - Up In Arms

Chronique

Bloodclot Up In Arms
Le bloodclot, c'est la couille dans le potage : le boulon qui grippe, la mine bloquée dans le taille crayon, la serrure de la bagnole qui a pris le givre, la corde de guitare qui se casse en plein set. Si l'expression signifie littéralement "caillot de sang", en patois rastafari, c'est l'équivalent de "ça déconne". C'est en tournant comme roadie des BAD BRAINS au début des années 80 que le jeune John Joseph apprend l'expression et se l'approprie : "Sur scène, ils ne cessaient de nous dire "fix the bloodclot amp". Alors les quelques roadies que nous étions ont décidé de former un groupe nommé BLOODCLOT ! Les BAD BRAINS nous ont même laissés ouvrir pour eux sur un tas de dates de cette tournée." (John Joseph - Interview pour Rock Hard n°178)

Le bouillonnant John Joseph s'en va ensuite pousser la chansonnette avec CRO MAGS, mais, en 2008, il réactive BLOODCLOT et sort un debut album intitulé Burn Babylon Burn sur lequel il est accompagné par Danny Schuler (BIOHAZARD) à la batterie, Scott Roberts (BIOHAZARD) à la guitare, Rick Lopez (MARAUDER) à la basse et Eric Klinger (PRO PAIN) à la guitare. Le line-up se désagrège dès le début de la tournée et le projet entre dans une deuxième phase de sommeil forcé jusqu'à 2017, année où John Joseph décide d'en faire son groupe principal (bien que continuant à tourner avec la caricature qu'est devenu CRO MAGS).

Pour cette nouvelle itération, le groupe est constitué de deux piliers de la scène HxC historique : John Joseph au chant et Todd Youth à la guitare (AGNOSTIC FRONT, MURPHY'S LAW, WARZONE, DANZIG). Ils sont accompagnés par une section rythmique issue quant à elle de la scène Stoner avec Nick Olivieri (KYUSS, QOTSA) à la basse et Joey Castillo aux fûts (DANZIG, QOTSA, EODM, ZAKK SABBATH). Bref : il y a du niveau! Reste à espérer que la somme des talents individuels donne un beau cocktail! (Et, promis, on arrête le name dropping passé ce point!).

Avec un tel palmarès, on pourrait attendre le meilleur comme craindre le pire. Le fait est que c'est JJ qui est aux commandes et donne le lead. Up In Arms est donc un album Hardcore Oldschool et c'est très bien comme ça. Car cela fait un bail qu'on avait pas entendu un projet récent qui sonne comme les disques de l'âge d'or. Avec un chant nerveux et violent, mais clair quand même, et donc audible. Avec une guitare qui débite du riff autoroute basique et quelques très courts soli qui avoinent la pouliche. Avec une section rythmique à la sonorité hyper naturelle, comme si l'enregistrement avait été capté pendant un concert dans un de ces bowling désaffectés ou sous-sol de restaurants qu'affectionnaient les gangs de HxC de première génération. Avec, enfin, la basse fougueuse et rebelle d'un Nick Olivieri qui n'hésite pas à emprunter une voie parallèle à celle de la gratte, comme au bon vieux temps de KYUSS!

La somme de ces individualités, mues par le but commun de faire un disque de Hardcore comme au bon vieux temps, débouche donc sur un disque qui sonne comme les disques de Hardcore de ce fameux bon vieux temps (le début des années 80), grâce à une prod respectueuse du concept. Une prod qui ne gomme pas les défauts (notamment une tendance de JJ à bafouiller sur les passages un peu rapides) et restitue un moment de musique brutale et immédiate, dont la linéarité est brisée par la personnalité de chaque composante du gang : un petit solo de gratte par ci, une batterie groovy par là, une ligne de chant un poil mélodique, une échappé de la basse.

BLOODCLOT est un supergroupe qui atteint son objectif. Avec Up In Arms, le gang crée un disque qui respecte le cahier des charges du Hardcore de papa mais ose des sorties de piste maîtrisées. Le résultat est un disque qui donne la patate, ne laisse pas à l'auditeur le temps de s'ennuyer, donne même envie d'en remettre une couche, et fait espérer des concerts qui envoient du pâté!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodclot
Hardcore oldschool
2017 - Metal Blade / Sony Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (8)  7.14/10

plus d'infos sur
Bloodclot
Bloodclot
Hardcore oldschool - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Up in Arms  (04:01)
02.   Fire  (01:24)
03.   Manic  (02:15)
04.   Kill the Beast  (01:36)
05.   Prayer  (03:04)
06.   Siva / Rudra  (03:04)
07.   Soldiers of the New Babylon  (02:49)
08.   Kali  (00:54)
09.   Slow Kill Genocide  (03:03)
10.   Slipping into Darkness  (01:55)
11.   Life As One  (01:43)
12.   You'll Be the Death of Me  (03:24)

Durée : 29:00

line up
parution
14 Juillet 2017

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report