chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Helpless - Debt

Chronique

Helpless Debt
GAZA.

Voilà, maintenant que j'ai l'attention de la faune chaotico-sludgy-hardcore qui aime les ecchymoses livrées par palettes et la violence rampante, parlons de Helpless, trio originaire d'Angleterre qui passait jusqu'ici plutôt inaperçu, avec à son actif un unique et court EP.

Malgré la naissance de l'excellent Cult Leader, nous sommes nombreux à pleurer la mort de Gaza, dont la frénésie chaotique et la lourdeur écrasante n'ont jamais été égalées, ou en tout cas pas avec la patte unique qu'ils y apportaient. Alors quand j'ai entendu dire qu'on retrouvait un peu de cette grâce chez Helpless, j'ai tenté de ne pas hurler de joie trop tôt, et je me suis rué sur Bandcamp en croisant les doigts, avec des fers à cheval accrochés aux oreilles et un cierge dans chaque narine.

Et après plusieurs écoutes plus ou moins consécutives, il faut bien l'admettre : c'est vrai. Helpless possède cette facilité à écraser l'auditeur d'abattement pour ensuite le relever à grandes beignes au sein d'une même chanson, cette aisance à faire dans l'hystérique et le traînant à la fois, cette faculté à mettre tout le monde d'accord en quelques notes. Dès les premières secondes de 'Worth', entre cette guitare mathématico-chaotique, cette batterie qui tartine à mort et cette voix massive, on pourrait presque croire au retour des Américains, et il ne reste qu'à serrer les dents et encaisser les coups.
Et il y a de quoi encaisser, les titres s'enchaînent sans aucune difficulté, courts et incisifs, sans fioritures, comme si le combo avait voulu s'assurer d'éliminer la moindre longueur, le moindre sentiment de relâchement. Ne restent – presque – que furie grind et lourdeur mi-hardcore, mi-sludge, et lourdeur est un faible mot. Parce que le riff de 'Weightless Prayers', je ne sais pas combien il pèse, mais on se sentirait presque s'enfoncer dans le sol peu à peu.
Et quand on se permet brièvement de ralentir ou de prendre son temps, comme sur les fins de 'Moral Bankruptcy', 'Weightless Prayers' ou 'Ceremony Of Innocence', c'est pour pouvoir frapper sa cage thoracique du poing et le béton du pied, et ainsi se permettre de ressembler plus que jamais aux deux groupes cités plus haut.

Seulement, Helpless n'est pas qu'une copie de Gaza, ne serait-ce que parce que si Gaza laissait son auditeur sonné et impuissant, Helpless lui laisse de la marge pour se débattre et enrager. Une certaine énergie hardcore vient régulièrement peser sur le disque, la meilleure preuve étant le passage de basse au milieu de 'Moral Bankruptcy' qui donne furieusement envie de se mettre à mosher en pleine rue.
Et tant qu'on parle de basse : qu'est-ce qui leur a pris, sur ce dernier titre ? L'idée d'écrire une chanson entièrement basée sur un unique riff de basse peut paraître simple, mais pour lui instiller une pareille aura d'apocalypse, c'est une autre paire de manches. Ce riff qui tourne en rond six pieds sous terre, cette guitare qui n'est plus qu'un bout de métal rouillé, cette voix qui se révèle encore plus bestiale et possédée en arrière-plan... Il aurait été difficile de terminer sur une note plus marquante. L'album se finit en beauté, après une courte vingtaine de minutes. On en redemande, mais pour un disque aussi intense et chargé à bloc, c'est au final largement suffisant, et on le relance avec la bave aux lèvres et les yeux fous.

Helpless fait ses preuves, avec une vraie leçon de brutalité et un premier essai qui figurera haut la main dans les surprises de l'année. Effet bonus : après quelques écoutes, vous finissez avec la même tronche que la pochette.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
03/10/2017 11:51
note: 8.5/10
Krokodil a écrit : Dans le même registre - plus ou moins - j'ai préféré From The Unforgiving Arms of God, de End.

Un peu plus hardcore dans l'âme, très sympa aussi oui !
Krokodil citer
Krokodil
02/10/2017 12:54
note: 7/10
Sympa, mais pas super marquant pour ma part. Dans le même registre - plus ou moins - j'ai préféré From The Unforgiving Arms of God, de End.
FullSail citer
FullSail
02/10/2017 08:47
note: 8.5/10
Ikea a écrit : Je n'avais pas trouvé cette aura sombre que j'aime chez Gaza / Cult Leader ici

Sur des titres comme 'Weightless Prayers' je trouve ça frappant !
Kedran citer
Kedran
01/10/2017 19:30
Quelqu'un a dit Cult Leader ?
Belle chro oui, merci pour la découverte, ça me parle pas mal.
Ikea citer
Ikea
01/10/2017 17:27
Chouette chronique ! Je n'avais pas trouvé cette aura sombre que j'aime chez Gaza / Cult Leader ici, mais tu donnes envie de retenter.
FullSail citer
FullSail
01/10/2017 16:22
note: 8.5/10
Honte à moi !
gulo gulo citer
gulo gulo
01/10/2017 14:10
*à son actif Clin d'oeil
dantefever citer
dantefever
01/10/2017 12:59
J'ai lu "Hardcore chaotique", pendant une seconde j'ai cru au retours de FleshOvSatan ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Helpless
Hardcore chaotique
2017 - Holy Roar Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (3)  7.78/10

plus d'infos sur
Helpless
Helpless
Hardcore chaotique - 2015 - Royaume-Uni
  

vidéos
Sinkhole
Sinkhole
Helpless

Extrait de "Debt"
  
Ceremony Of Innocence
Ceremony Of Innocence
Helpless

Extrait de "Debt"
  

tracklist
01.   Worth  (03:31)
02.   Out Of Commission  (02:02)
03.   Grief Cultures  (01:09)
04.   Moral Bankruptcy  (02:18)
05.   Sertraline  (01:24)
06.   Weightless Prayers  (02:35)
07.   Ceremony Of Innocence  (02:46)
08.   Sinkhole  (01:05)
09.   Manufactured Consent  (02:30)
10.   Denied Sale  (05:00)

Durée : 00:21:38

parution
8 Septembre 2017

Essayez aussi
Beecher
Beecher
Breaking the Fourth Wall

2005 - Earache Records
  
Comity
Comity
The Journey Is Over Now

2011 - Throatruiner Records
  
Converge
Converge
Jane Doe

2001 - EVR
  
Plebeian Grandstand
Plebeian Grandstand
How Hate Is Hard To Define

2010 - Basement Apes / Throatruiner Records
  
Converge
Converge
All We Love We Leave Behind

2012 - Epitaph Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report