chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Black Dahlia Murder - Nightbringers

Chronique

The Black Dahlia Murder Nightbringers
C’est la coutume. Comme tous les deux ans (à la semaine près) depuis 2003 (déjà..), une offrande death/thrash mélodique hybride de The Black Dahlia Murder (TBDM). Oui cela saute de suite aux yeux, le groupe de Detroit a de nouveau fait appel au maître Necrolord pour s’occuper de son artwork, dix ans après l’adoubé Nocturnal. Certes ce n’est pas la peinture la plus inspirée du père Wåhlin mais qui sait, peut-être un signe pour un retour vers plus de « suédoiseries nineties » de la part de la bande de Trevor ? Pour ce huitième album TBDM, un chamboulement (« enfin » diront certains) et pas des moindres, le départ du guitariste Ryan Knight (après huit années de service) au profit d’un autre membre d’Arsis, le jeunot prodige Brandon Ellis (aussi à la six cordes chez Cannabis Corpse). Appuyons vite sur « play » et croisons les doigts.

Inutile de chercher quelconques références No Fashion Records, à part la mélodie tremolo de « The Lonely Deceased » (ainsi que son break acoustique) clin d’œil à « I Will Return », TBDM joue son At The Gates burné aux teintes US coutumier. Je sais, j’ai aussi fait la moue pensant à un retour vers Nocturnal et diverses influences death/black mélodique… Enfin presque, pour cette cuvée 2017 on retrouve un aspect extrême plus poussé. Le groupe ne fera pas dans la fioriture, point d’expérimentations mid-tempo ou de breaks aériens, Nightbringers demeure à ce jour l’album le plus « direct » de TBDM (production incluse). 33 minutes sans le moindre temps mort dans un tempo des plus soutenus du père Alan Cassidy. Une musique incisive catapultée par le trio de tête de la galette et particulièrement le monstrueux « Of God and Serpent, of Spectre and Snake » … Pour redescendre brutalement d’un cran en milieu de parcours. Les fonds de tiroirs « Nightbringers » (mauvaise idée de choisir ce morceau comme premier « single »), « Jars et « As Good As Dead » peinant à convaincre.

TBDM se contente finalement de balancer sa recette vieille de 15 ans sans le moindre effort pour réellement relever la chose. Difficile pour moi de vous pondre une fraîche chronique… Une légère surprise sur « Kings of the Nightworld » aux airs viking (plutôt bien fichu) mais cela demeure bien maigre et linéaire. Dommage après un ravageur Abysmal (qu’il m’arrive de resssortir) et surtout quand on voit la culture metal de Trevor (voir ses chroniques sur Metal-Injection), le bonhomme aurait pu piocher d’avantage dans ses écoutes. La recrue Brandon Ellis n’aura finalement pas apporté ce brin de fraîcheur, peut-être sera-t-il plus impliqué après avoir pris ses marques et imposé ses choix à Trevor ? A l’instar du malheureux Ryan Knight, le gaillard se contentera de son rôle de soliste mais des soli monstrueux sur chaque morceau (« Of God and Serpent, of Spectre and Snake », « Jars » ou façon Amott sur « Kings of the Nightworld »). Allez donc voir ses vidéos ou les live de la bande… Impressionnant.

L’artwork de Necrolord pouvait laisser penser à retour à l’ambiance et l’efficacité de Nocturnal malheureusement ce ne sera pas le cas. Pas de réels hits à se mettre sous la dent, un problème récurrent pour TBDM sauf que contrairement au prometteur Abysmal renvoyant à l’impact des débuts, Nightbringers défile sans que notre oreille fasse « tilt ». Il n’empêche que pour une petite demi-heure, la galette fait le job, à la fois ultra carrée et rentre dedans. Quelques passages redoutables (« Of God and Serpent, of Spectre and Snake ») dont des soli d’ahuri mais entourés par beaucoup de réchauffé. L’envie de remettre le brûlot en platine aura du mal à venir. Rendez-vous dans deux ans.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
05/10/2017 17:56
Ce nouveau Black Dahlia Murder est comme d'hab', quelconque avec deux voire trois titres max' qui sortent du lot par un refrain mélodique ou un lead sur une rythmique qui atténue la violence h24 de l'album.
C'est con, le groupe sait pondre des trucs qui sortent de leur moule qui doit commencer à sentir le roussi à force de toujours réutiliser le même schéma de composition.
L'éponyme et la fin sont plus intéressants que le début ceci dit mais voilà tout.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Black Dahlia Murder
Death/Thrash mélodique
2017 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (14)  7.77/10

plus d'infos sur
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Death/Thrash mélodique - 2001 - Etats-Unis
  

vidéos
Nightbringers
Nightbringers
The Black Dahlia Murder

Extrait de "Nightbringers"
  

tracklist
01.   Widowmaker  (03:21)
02.   Of God and Serpent, of Spectre and Snake  (03:49)
03.   Matriarch  (03:24)
04.   Nightbringers  (03:35)
05.   Jars  (03:37)
06.   Kings of the Nightworld  (03:13)
07.   Catacomb Hecatomb  (03:37)
08.   As Good as Dead  (03:34)
09.   The Lonely Deceased  (05:06)

Durée : 33:16

line up
parution
6 Octobre 2017

voir aussi
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Nocturnal

2007 - Metal Blade
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Miasma

2005 - Metal Blade
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Unhallowed

2003 - Metal Blade
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Ritual

2011 - Metal Blade
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Everblack

2013 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Satanic Slaughter
Satanic Slaughter
Banished To The Underworld

2002 - Black Sun Records
  
God Dethroned
God Dethroned
The Lair of the White Worm

2004 - Metal Blade
  
Revocation
Revocation
Teratogenesis (EP)

2012 - Scion Audio Visual
  
Deceased
Deceased
Surreal Overdose

2011 - Shrieks from the Hearse
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report