chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Temple of Void - Lords of Death

Chronique

Temple of Void Lords of Death
Alors que dans le domaine du Doom Death, NOVEMBERS DOOM a depuis longtemps quitté sa partie Death avant de proposer, en 2017, un HAMARTIA plutôt melodic progressive, je me suis dit que j'allais me laisser tenter par un groupe dont je ne connais rien, mais qui semble bien fier du style dans lequel il fait son office.

TEMPLE OF VOID est un quintet américain qui ne fait pas dans le dentelle. Il faut que ça crache, que ça soit plutôt gras. On n'est pas là pour faire des blast beats du Death tchouka-tchouka ou des tapping à la volée façon technical. Le riffing se veut abrasif, raclant, et la batterie est là pour marteler chaque coup et marquer son empreinte. Autant dire que, pour arriver à ce but, le premier morceau de l'album frappe fort. On rentre cash dans un Death Metal qui traîne la patte sous un growl avec de bons gros morceaux de terre dedans, qui n'est pas sans m'évoquer le gras de PUNGENT STENCH. Là-dessus, l'instru granuleuse se détache, notamment par la gratte soliste qui fracasse. À côté, la basse et la guitare rythmique arrondissent un son solide, certes pas original, mais tellement efficace dans son traitement ! Mention spéciale à l'utilisation des tintements de cymbales qui ajoutent un petit quelque chose à cette ambiance.
Mais, en soi, c'est pas Doom cette affaire. Jouer lentement comme ils font, ça me fait plus penser à du Death old school qui joue en seconde, tranquille. Il faut attendre vers 4:50 et le solo qui suit pour avoir des effets un poil psyché et une fin assez trippante.

Et quand on a écouté ça, autant dire qu'on a tout écouté.
Car dès le morceau suivant, « A Watery Internment », on entre dans un riffing old school sous un rythme martial, le mélange qui sera sur presque l'intégralité de l'album. Le Doom ne se joue pas du tout sur la lenteur qu'on pouvait avoir notamment dans les premiers NOVEMBERS DOOM ou dans SATURNUS (qui pour moi sont des références du genre), mais plutôt sur la production et des effets. Ce qui ne me gêne pas quand c'est bien fait comme ici : sur ce titre, on sent qu'on a quitté la cave purulente pour aller dans des paysages dévastés, colorés par la mort, d'où se dégage un flottement hypnotique (la phase instru dès 2:10 monte lentement et est riche avec cette basse qui contraste avec la guitare lancinante). Cette mélodie qui est d'ailleurs intelligemment reprise en gras ensuite montre ce style d'écriture sous son meilleur jour.
Seulement, l'album prend trop rapidement ce rythme de croisière et devient prévisible : batterie qui martèle, gros riffing à l'ancienne et roule ma poule en mode « intro dans le sens du poil, break et passages qui piétinent légèrement jusqu'à un retour Death metal pour aller à un autre break, puis un passage différent et fini ». C'est d'autant plus visible passée la transition qu'est « An Omnious Journey » car, dans « The Gift » ou « Deceiver in the Shadows » rien ne se démarque réellement.

Fort heureusement, le groupe en a sous le capot, et sait éviter la monotonie. Il faut ainsi que je félicite le travail du chanteur, pour moi le point fort de ce disque. C'est simple, il suffit d'écouter l'ensemble pour entendre, notamment, des inspirations proches du fameux DEMILICH par cette touche caverneuse qui m'évoque des grosses gouttes d'eau qui se fracasseraient sur un sol rocailleux en ruine.
Et si on se laisse embarquer par quelques morceaux, l'expérience devient plutôt rafraîchissante tant elle semble piocher dans les tréfonds du Death Metal d'avant. Les passages modérés de « The Hidden Fiend » me font penser au GLOOMY REFLECTIONS des mexicains de CENOTAPH, avec ces mélodies crasseuses, alors que « Graven Desires », lui, emprunte évidemment à AMORPHIS par cette touche Melodic Death des origines qu'on entend une fois passé le départ. Départ d'ailleurs franchement agréable : avec ce tintement et la montée portée par ces complaintes et le grain de la basse, une ambiance s'impose. Cette track est véritablement la pièce maîtresse de l'album qui sait varier en instru comme en chant et qui va jusqu'au bout de son principe, tout en sortant du rythme qui bouclait depuis le début du disque. Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de ces élans de créativité !

Car que me reste-t-il de cette écoute ? Pas grand chose, en fin de compte. Je n'ai retenu que deux-trois passages sympa sur les morceaux les plus efficaces. Ça s'écoute posément, ça peut aussi galvaniser, ça sait être varié par moments. On aurait peut-être voulu encore plus de prise de risque, mais elle reste présente sur un titre qui, lui, va jusqu'au bout, et c'est fait avec suffisamment d'envie de bien faire pour nous satisfaire. Je ne trouve pas que ce soit la grosse révélation de l'année, mais ça fait passer un bon moment et, parfois, c'est tout ce qu'on demande à un album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
07/10/2017 19:32
note: 7/10
rivax a écrit : Je suis tombé sur ce disque sur bandcamp grâce à la recommandation croisée des profils que je suis et je trouve qu'il fait bien le job. Je lui trouve un son Death Oldschool et ça tombe bien, c'est celui que je préfère ! J'ai pas trop vu le Doom, par contre j'adore l'artwork réalisé par l'artiste qui fait les pochettes de Power Trip. Ses créations ont un petit côté Jerome Bosch (dans le fonds, pas dans la forme).

Tu as raison, la jaquette est superbe, sacrée peinture !

Pour le côté Doom, perso je l'ai senti de certains effets psyché, et c'est tout. La lenteur fait plus Death old-school qu'autre chose, je trouve.
Je suis entièrement d'accord avec toi Sourire
rivax citer
rivax
07/10/2017 18:57
note: 7/10
Je suis tombé sur ce disque sur bandcamp grâce à la recommandation croisée des profils que je suis et je trouve qu'il fait bien le job. Je lui trouve un son Death Oldschool et ça tombe bien, c'est celui que je préfère ! J'ai pas trop vu le Doom, par contre j'adore l'artwork réalisé par l'artiste qui fait les pochettes de Power Trip. Ses créations ont un petit côté Jerome Bosch (dans le fonds, pas dans la forme).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Temple of Void
Death/Doom Metal
2017 - Shadow Kingdom Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (6)  7.65/10

plus d'infos sur
Temple of Void
Temple of Void
Death/Doom Metal - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Charnel Unearthing  (01:40)
02.   Wretched Banquet  (06:39)
03.   A Watery Internment  (05:49)
04.   The Hidden Fiend  (04:30)
05.   An Ominous Journey  (00:33)
06.   The Gift  (04:04)
07.   Graven Desires  (06:52)
08.   Deceiver in the Shadows  (06:44)

Durée : 36:51

line up
parution
28 Juillet 2017

Essayez aussi
Swallow The Sun
Swallow The Sun
New Moon

2009 - Spinefarm Records
  
Pale King
Pale King
Monolith Of The Malign

2017 - Soulseller Records
  
Hesper Payne
Hesper Payne
Unclean Rituals

2010 - Works Of Ein
  
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season Of Mist
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report