chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Spectral Voice - Eroded Corridors Of Unbeing

Chronique

Spectral Voice Eroded Corridors Of Unbeing
On a ces derniers mois beaucoup parlé, ici ou ailleurs, de Blood Incantation. Si certains continue d’y voir un groupe surestimé, je reste pour ma part convaincu que le Death Metal des Américains a su apporter un soupçon de fraîcheur à un genre qu’il n’est pourtant pas évident de bousculer. Déjà parce qu’on n’a pas nécessairement envie de le voir un tant soit peu évoluer mais aussi parce que la marge de manœuvre pour y arriver et ainsi tenter d’y apporter sa touche personnelle est réduite à peau de chagrin. C’est donc justement dans cet esprit de respect des traditions et des préceptes établi par d’autres depuis déjà quelques décennies qu’est né Spectral Voice, groupe composé à 75% par des membres de Blood Incantation puisque seul manque à l’appel le batteur Isaac Faulk (remplacé ici par Eli Wendler (ex-Nekrofilth)).
Formé en 2012 et comptant déjà derrière lui toute une série de démos ainsi que quelques splits en compagnie de Blood Incantation et Phrenelith, Spectral Voice vient conclure cette année 2017 avec la sortie d’un premier album intitulé Eroded Corridors Of Unbeing paru tout récemment via Dark Descent Records.

Si vous aviez lu mes quelques gribouilles à leur sujet ici-même, sachez que ce premier essai longue durée s’inscrit en toute logique dans la continuité de ces quelques sorties. La seule véritable différence est plutôt à chercher du côté de la production désormais beaucoup plus imposante qu’autrefois. Car si le statut de démo porté par Necrotic Doom était rendu évident par un son nettement plus rachitique et crasseux, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Produit par Pete deBoer avec qui le groupe (enfin les ¾ du groupe) avait déjà collaboré dans le cadre du premier album de Blood Incantation, on se trouve aujourd’hui face à une production relativement similaire capable de se jouer des fortes nuances portées par les compositions de Spectral Voice tout en servant au mieux l’atmosphère poisseuse, plombée et fataliste qui s’en dégage.

Sujet à bien peu d’excentricités de par sa nature, le Death/Doom des Américains répond à un cahier des charges relativement standard et dont chaque point est ici scrupuleusement respecté. Growl abyssal, rythme lent, compositions qui s’étirent dans le temps (ici de manière raisonnée puisque comprises entre cinq et treize minutes) et production écrasante font ainsi d’Eroded Corridors Of Unbeing un disque relativement classique qui n’entend pas bouleverser les fondements d’un genre peut-être encore plus immuable que ne l’est le Death Metal.
Pourtant, Spectral Voice a su à sa manière s’extraire à minima de ces carcans afin de proposer quelque chose de plus personnel. Cette quête d’identité déjà largement exprimée tout au long de ses précédentes réalisations passe par en premier lieu par un équilibre très bien construit entre séquences mid-tempo plombées et passages au rythme beaucoup plus soutenu. Certes, ces accélérations ne constituent pas l’essentiel, ni même la moitié d’ailleurs, de ce premier album mais le dosage est ainsi fait que l’on n’en vient jamais à se poser la question du rythme. D’autant que lorsque Spectral Voice se décide à passer la vitesse supérieure, il ne fait pas semblant. C’est ainsi bien souvent à coup de blasts punitifs ("Thresholds Beyond" à 2:38, "Visions Of Psychic Dismemberment" à 4:09, "Dissolution" à 4:10) ou de séquences pleines de groove ("Thresholds Beyond" à 1:45 puis à 4:58, "Visions Of Psychic Dismemberment" à 1:41) que les Américains prennent l’auditeur à contre-pied. Une valse sadique qui éreinte le corps et fatigue les nerfs jusque-là endolori par le poids de ces riffs sournois.
Le groupe affirme également sa personnalité à travers de petites choses subtiles mais très intéressantes à commencer par ces notes mélodiques dispensées avec parcimonie et qui ne sont pas sans faire écho à un groupe tel qu’Evoken. Fugaces, elles amènent pourtant avec elles un fort sentiment de désarroi et de fatalisme en faisant résonance à cette sensation de vide qui nous attire inéluctablement tout au long de l’album. Le travail effectué sur le chant n’est, lui non plus, pas si anodin qu’il y parait. Si le growl profond d’Eli Wendler concours lui aussi à cette sensation de lourdeur qui pèse sur ses quarante-cinq minutes, ses différents cris nourrissent quelque chose de plus sournois et maladif. Tout aussi soudains que ces notes mélodiques d’où émane une lumière blafarde étincelante, ces derniers expriment tour à tour la peur, la folie et la solitude donnant ainsi davantage de relief à une ambiance générale qui, déjà, ne prête pas trop à sourire.

Si les liens de parentés avec Blood Incantation semblent aujourd’hui plus évident que jamais, notamment à cause de cette production signée Pete deBoer, un format d’album relativement identique (cinq titres dont un instrumental) ainsi qu’une approche de la mélodie naturellement similaire, Spectral Voice poursuit pourtant sa voie avec beaucoup de succès. Plus classique dans sa forme et son interprétation qu’un Starspawn, Eroded Corridors Of Unbeing n’en demeure pas moins un album plein de personnalité qui a même d’ailleurs tendance à se bonifier au fil des écoutes. Encore une de ces sorties estampillées Dark Descent Records sur laquelle il ne faudra pas faire l’impasse.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sim citer
Sim
09/11/2017 18:01
note: 8.5/10
Chronique bien cool à lire! Très bonne sortie je trouve! Transcendantal et brutal, ça me parle bien plus qu'un Blood Incantation. Aussi bon en live que sur album de plus!
AxGxB citer
AxGxB
04/11/2017 15:31
note: 8.5/10
J'aurai adoré les voir sur cette tournée avec Blood Incantation. Je n'en ai entendu que du bien. Cool si l'album te plaît en tout cas Sourire
Nikolaaa citer
Nikolaaa
03/11/2017 22:47
Pour les avoir vus en concert il y a 3 semaines, leur prestation tranchait vraiment avec Blood Incantation, quand bien même le line up est pratiquement similaire, comme tu l’as dit.
C’etait lourd, glacial (à l’image de la pochette de l’album) presque figé, même ds les blasts; le batteur/vocaliste était complètement habité ds ses hurlements plus aigus, et son growl est redoutable.
Bref, j’ai retrouvé dans l’ambiance musicale du concert tt ce que tu as décrit ds ta chronique.
Il y a un an encore, j’aurais eu un peu de mal avec ce style de Death, aujourd’hui ça passe tt seul.
MoM citer
MoM
18/10/2017 17:36
Aaaah, là c'est du Doom Death, pas comme Temple of Void.
On sent le Doom, on sent le Death bien granuleux et caverneux, et ça danse ensemble.

Pas ma came en revanche, mais il est vrai que c'est bien fichu ! Et les blast beats sont costaud : ceux-là, tu les avales pas sans macher tellement t'as du gros morceau dedans !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spectral Voice
Death / Doom
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.33/10
Webzines : (11)  7.94/10

plus d'infos sur
Spectral Voice
Spectral Voice
Death / Doom - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Thresholds Beyond  (07:19)
02.   Visions Of Psychic Dismemberment  (13:58)
03.   Lurking Gloom  (05:26)
04.   Terminal Exhalation  (08:21)
05.   Dissolution  (09:37)

Durée : 44:41

line up
parution
13 Octobre 2017

voir aussi
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectral Voice (Split 7")

2015 - Bleak Recordings
  
Spectral Voice
Spectral Voice
Necrotic Doom (Démo)

2015 - Dark Descent Records
  
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith
Spectral Voice / Phrenelith (Split 7")

2016 - Dark Descent Records / Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
Mar de Grises
Mar de Grises
First River Regards (EP)

2010 - Firebox Records
  
Monolithe
Monolithe
Nebula Septem

2018 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
The Morning Never Came

2003 - Firebox Records
  
Ataraxie
Ataraxie
Slow Transcending Agony

2005 - Weird Truth Productions
  

Album de l'année
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique