chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Loading Data - Double Disco Animal Style

Chronique

Loading Data Double Disco Animal Style
Avant de démarrer cette chronique du dernier album de LOADING DATA (oui, il date de 2013, mais c'est quand même le dernier en date!), j'ai longuement hésité, je voulais comprendre ce qui me plait tant dans ce long disque enregistré à Los Angeles par le plus vieux groupe de Stoner hexagonal et produit par Alain Johannes (bassiste de QUEENS OF THE STONE AGE entre 2005 et 2007).

Cet après-midi, je cuisinais une sauce au piment avec Double Disco Animal Style en fonds sonore et j'ai enfin compris : ce qui est formidable avec ce disque, c'est la diversité de ses ambiances. Aucune chanson ne ressemble à la précédente. A chaque fois, le gang arrive à se renouveler et nous emmène dans une direction inédite. Attention, ça reste du Stoner à grosses guitares, fuzz de malade et disto sévère, mais la sonorité signature de LOADING DATA, un brin Southern, un poil Bluesy est spéciale. Signature également, la prestation vocale bluffante de Lo / Patron. Son chant grave et lourd porte chaque titre, notamment l'envoûtant "On My Heart", morceau fleuve de neuf minutes dont une bonne moitié consistant uniquement dans la reprise en boucle du refrain sur une musique lente et répétitive. Et en prime dans Double Disco Animal Style, la coloration de chaque pièce est unique. Il y a bien sûr quelques morceaux gavés de sonorités psychédéliques et ludiques comme "Midnight Situation" et "Butterfly Shelf", la petite surprise Rock à Crooner et choriste qui clôture la tracklist ("Palinka") et le featuring de Nick Olivieri qui pousse la chansonnette sur "So High", mais la diversité de la galette ne repose pas uniquement là-dessus. Non, le disque offre des morceaux divers et variés grâce à des arrangements très travaillés mais aussi à un jeu versatile et collégial. Je ne suis pas musicien et je n'ai pas une oreille particulièrement aiguisée et pourtant j'ai remarqué que le jeu de certains instruments est différent d'un morceau à l'autre : le brossé de la guitare, la frappe de la batterie, l'insert plus ou moins discret de claviers, une intro au banjo, différentes guitares, différentes batteries. Jetez donc un oeil à la répartition des rôles : il y a plusieurs musiciens pour chaque instrument et plusieurs d'entre eux ont simultanément joué de plusieurs instruments ! avec une telle configuration, il n'y a rien d'étonnant que le son soit éclectique !

S'il est tentant de comparer LOADING DATA à QUEENS OF THE STONE AGE, ce n'est pas la première analogie qui me vient à l'esprit. Je reconnais qu'il y a une variété d'ambiances comparable et des arrangements aussi riches que dans les disques du groupe de Josh Homme. Mais cet opus des Français me fait d'abord penser à Exile on Main Street, le double album enregistré par les ROLLING STONES depuis une villa niçoise au début des années 1970. Exile est un disque composé par un groupe loin de chez lui et ayant bénéficié de l'intervention de pleins de guest. Ces ingrédients donnent aux chansons enregistrées à la villa Nellcote un grain vraiment particulier. Même si les circonstances de l'exile Angelano de LOADING DATA n'ont rien à voir, et même si LOADING DATA n'est pas les ROLLING STONES, il y a dans l'album des français un climat collégial, une ambiance qu'on sent être le résultat de cogitations collectives.

L'histoire de LOADING DATA débute en 1999 sous l'impulsion de Lo (chant, guitare) qui enregistre un premier essai qui a pour nom Four-track junction, avec à ses côtés, Mr.Stuf et Scot 76 aux postes de batteur et bassiste. Rapidement, le groupe se fait un petit nom sur la scène Stoner hexagonale encore balbutiante et sort un EP puis un split avec leurs compatriotes de LOW VIBES. En 2002, LOADING DATA franchi un premier cap en signant avec United Musics Company (Dead Kennedys, Fu Manchu, The Desert Sessions), chez qui les français sortent Frenchman Nevada, leur premier full length. Lo part s'installer aux Etats-Unis et le groupe se sépare pour se "reformer" un peu plus tard avec un nouveau line-up, Adam Keller (batterie) et Mike Shaw (basse) intégrant le désormais trio franco-américain. Sous cette forme, LOADING DATA sort un deuxième album en 2004 (Disco), avant que Lo retourne en métropole. Désormais, le groupe disposera de deux formations, l'une aux Etats-Unis, l'autre en France où Lo se voit rejoint par deux nouveaux zikos : Pascal Paco et Guiome " Nakat " Ambrosio. En 2006, LOADING DATA enregistre sous cette forme un nouvel opus, mais le groupe peine à trouver un label. Finalement, début 2007, il signe chez Oui Oui Records, petite structure... argentine qui produit notamment Los Natas et qui distribue donc Rodeo ghettoblaster, le troisième effort des LOADING DATA (j'ai emprunté cette bio très complète sur w-fenec).

Ils ne sont pas très productifs, mais quand ils sortent un disque, les LOADING DATA ne se moquent pas du monde et avec leur ultime (mais espérons le, pas dernier) opus, les Français ne se sont pas contentés du minimum syndical. Ils ont cassé la tirelire pour un enregistrement en grandes pompes à LA et le livrable est à la hauteur de l'investissement ! Et si vous ne deviez écouter qu'un seul morceau, "On My Heart" est un must. Je le place sur le même piedestal que "You Wish" de UNIDA, c'est dire!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loading Data
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  7.3/10

plus d'infos sur
Loading Data
Loading Data
Stoner - 1999 - France
  

vidéos
Give The Rat A Name
Give The Rat A Name
Loading Data

Extrait de "Double Disco Animal Style"
  
Armageddon
Armageddon
Loading Data

Extrait de "Double Disco Animal Style"
  

tracklist
01.   Double Disco Animal Style  (03:28)
02.   Give The Rat A Name  (02:57)
03.   Teeth And Tongue  (03:15)
04.   Butterfly Shelf  (04:44)
05.   So High  (03:45)
06.   Hanging Low  (04:22)
07.   Round And Round  (03:02)
08.   Mezzoven  (01:40)
09.   Gift  (03:24)
10.   Alright  (03:40)
11.   I'm Not Gonna Take It  (01:22)
12.   Armaggedon  (04:59)
13.   Midnight Situation  (04:36)
14.   On My Heart  (09:44)
15.   Palinka  (03:20)

Durée : 58:00

line up
parution
13 Mars 2012

Essayez aussi
Red Fang
Red Fang
Murder The Mountains

2011 - Relapse Records
  
The Sword
The Sword
Age Of Winters

2006 - Kemado Records
  
Fuzzgod
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)

2018 - Autoproduction
  
Feller Buncher
Feller Buncher
203040 (EP)

2016 - Autoproduction
  
Harms Way
Harms Way
Oxytocin

2006 - Black Lodge Records
  

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique