chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

With The Dead - Love from with the Dead

Chronique

With The Dead Love from with the Dead
« Peut-être est-il temps de prendre With the Dead pour ce qu'il est vraiment : un super-groupe décevant de plus. »

Voilà comment j'ai songé un temps commencer cette chronique. Il faut dire que je n'étais pas dans les dispositions les plus avenantes envers la bande à Lee Dorian, une réécoute de son premier album (avec qui j'avais été bien gentil à l'époque) ainsi que des événements en pagaille (comme la séparation avec Mark Greening, parti se venger avec le « succès » que l'on sait) m'ayant définitivement mis en tête une intention, semi-consciente, de dézinguer d'avance Love from with the Dead. Honnêteté, quand tu nous tiens.

Et franchement, je n'ai pas perçu lors de mes premières tentatives de quoi me faire changer d'avis. Love from with the Dead paraît être un cas classique de second album à première vue, plus gros, plus lourd, plus long (beaucoup plus long), plus agressif, « definitely heavier than the last one » comme aiment dire les formations doom à chaque fois qu'elles vendent leur nouveau bébé. De quoi, malveillant, me faire bailler aux corneilles, surtout quand Tonton Lee semble s'époumoner derrière des riffs marqués du sceau du passé jusqu'à évoquer Celtic Frost ainsi que Forest of Equilibrium dans leur doom extrême.

Le mot est lâché : extrême. On se débat dans un son affreusement lourd et granuleux, malgré qu'on en ait pris l'habitude ? C'est parce que Love from with the Dead est extrême. Tout hurle jusqu'à donner l'impression que chacun va s'éteindre d'épuisement dans la seconde ? C'est parce que Love from with the Dead est extrême. Tout s'enfonce, tout souffre, tout veut faire mal d'une manière tout ce qu'il y a de plus généreusement doom ? C'est parce que Love from with the Dead est extrême, encore, toujours, non pas en partie mais partout. Un extrême que j'avais un peu oublié, qui n'existe plus vraiment : celui des débuts du metal extrême justement, où le mot ne désignait pas une vitesse d'exécution, une voix inhumaine, une imagerie gore ou glauque, mais une radicalité présente à chaque instant.

Autant dire qu'une fois l'idée faisant son chemin, couplée à quelques lancées de plus en plus enfiévrées, j'ai été conquis. D'une durée éprouvante, de riffs aussi simples que ternes, With the Dead fait ici son manifeste, celui qui aurait dû être son premier album (ce qu'il devient vite à l'esprit, tant « l'autre » est transparent jusqu'à être inexistant, en comparaison). Certes, l'amateur trouvera des rappels ici ou là aux anciens groupes de ses membres (l'ombre de Possessed By the Rise of Magik plane sur « Egyptian Tomb » ou « Watching the Ward Go By » par exemple) mais l'ambiance générale, pour si connue qu'elle soit dans ses coups de pinceau étalant du gris et noir, finit par avoir un fumet particulier, un vernis d'un autre âge. C'est simple, je ne m'attendais pas à réentendre de sitôt Lee Dorian s'essayer à un chant aussi haché, sarcastique et morne, définitivement anglais ! Que ce soit durant les vénéneuses « Anemia » ou encore « Cocaine Phantoms », il devient vite le chef d'orchestre qu'on aime voir en lui, réalisant enfin les envies de jusqu’au-boutisme à l'ancienne qui n'étaient qu'à-moitié comblées sur The Last Spire (dernier album de Cathedral).

Peut-être est-il temps de prendre With the Dead pour ce qu'il est vraiment : un groupe qui aura mis du temps à en être un, avec ce que cela suggère d'alchimie, de volonté, de réalisation commune... Mais qui en est devenu un, et pas n'importe lequel. Un groupe loin d'être parfait – bon courage pour ne pas avoir envie de crier grâce lors de « CV1 » – mais parvenu à s'asseoir en tant que tel malgré un historique des plus handicapants. Car la dernière réussite d'un disque qui en compte de nombreuses est bien de ne donner à aucun moment la tentation d'écouter à sa place Cathedral, Electric Wizard, Ramesses... Juste de n'écouter que lui, encore et encore. Les morts, enfin, ont pris vie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
16/10/2017 12:02
note: 9/10
tasserholf a écrit : Désolé je passe, la voix claire de Lee Dorian, sans moi.

Ça fait ça, au début, oui. Puis on entre en religion.
tasserholf citer
tasserholf
16/10/2017 10:52
Désolé je passe, la voix claire de Lee Dorian, sans moi.
(même si musicalement c'est bien lourd oui).
Ikea citer
Ikea
15/10/2017 06:18
note: 8.5/10
gulo gulo a écrit : Par contre, CV1 passe très bien, c'est calomnie.

ça dépend des moments et de son endurance personnelle. Il lui arrive de me passer complètement dessus, même si c'est un chouette morceau en soi.
gulo gulo citer
gulo gulo
14/10/2017 23:30
note: 9/10
Par contre, CV1 passe très bien, c'est calomnie.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
14/10/2017 21:41
note: 9.5/10
C'est marrant, mais sur Watching the Ward Go By, j'y vois plus la patte de Leo Smee, un peu comme sur Endtyme en fait.

Au risque de me répéter, énormissime claque que cet album, LA sortie doom metal, voire plus, de l'année.
gulo gulo citer
gulo gulo
14/10/2017 18:22
note: 9/10
Z'inviteront David Vincent sur le prochain, c'est sûr.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
With The Dead
Extreme Doom Metal
2017 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  7.92/10
Webzines : (13)  7.68/10

plus d'infos sur
With The Dead
With The Dead
Extreme Doom Metal - 2003 - Royaume-Uni
  

vidéos
Isolation
Isolation
With The Dead

Extrait de "Love from with the Dead"
  

tracklist
01.   Isolation
02.   Egyptian Tomb
03.   Reincarnation of Yesterday
04.   Cocaine Phantoms
05.   Watching the Ward Go By
06.   Anemia
07.   CV1

Durée : 65 minutes 51 secondes

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
With The Dead
With The Dead
With The Dead

2015 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
Ataraxie
Ataraxie
Slow Transcending Agony

2005 - Weird Truth Productions
  
Esoteric
Esoteric
Subconscious Dissolution into the Continuum

2004 - Season Of Mist
  
Ataraxie
Ataraxie
Anhédonie

2008 - Weird Truth Productions
  
Esoteric
Esoteric
The Maniacal Vale

2008 - Season Of Mist
  
Ataraxie
Ataraxie
L’Être et la Nausée

2013 - Weird Truth Productions
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique