chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Antiversum - Cosmos Comedenti

Chronique

Antiversum Cosmos Comedenti
En 2015, les Suisses d’Antiversum sortaient une excellente première démo via le label irlandais Invictus Productions. Le groupe y distillait alors un Black/Death opaque dont une partie des influences étaient à chercher du côté de leurs compatriotes de Bölzer (pour l’aspect mélodique de certains riffs ainsi que la production) ou de Darkspace (ces mêmes atmosphères froides et spatiales). Deux ans plus tard, Antiversum reprend du service et nous revient avec un premier album intitulé Cosmos Comedenti paru une fois de plus via Invictus Productions.

A première vue, il n’y a pas grand-chose qui distingue ce premier album de Total Vacuum, première démo déjà bourrée d’arguments des plus convaincants. De cet artwork sombre qui laisse apparaître une espèce de matière étrange probablement issue d’une planète lointaine au nombre de titres proposés, on se dit que les Suisses se sont contenter de faire un simple copier / coller. Mais après quelques écoutes, il s’avère que cela n’est pas tout à fait vrai. Certes, le groupe n’a pas radicalement revue sa copie mais on note assez rapidement qu’il a su s’affranchir des quelques références citées ci-dessus.

Ce désir d’émancipation est essentiellement porté par une production bien différente de celle choisie pour Total Vacuum. Le son de guitare famélique et plutôt abrasif qui rappelait celui de groupes tels qu’Abyssal ou Portal voir Bölzer a aujourd’hui disparu au profit d’une production beaucoup plus épaisse et imposante. Mais loin de porter atteinte à l’atmosphère et même à l’identité du groupe, celle-ci a le bon goût de conserver un minimum de ce caractère froid et hypnotique. A travers ce choix, les Suisses ont ainsi souhaité revoir la forme pour que la musique qu’il propose puisse gagner en personnalité. Certes, les productions rachitiques ont souvent du caractère mais pour le coup, le Black/Death d’Antiversum a ici gagné en puissance et en impact. Tout au long de ces trente-huit minutes, on se retrouve complètement écrasés par une batterie aux roulements menaçants faisant ainsi de ce premier album particulièrement lourd en comparaison du plus maigrelet Total Vacuum.
Toutefois, si le son des guitares a effectivement changé, le jeu est lui resté totalement identique. On retrouve ainsi ces mêmes riffs éreintant qui, en arrière-plan, ne cessent de bourdonner à nos oreilles telle une nuée d’avions prêt à décharger leurs bombes sur nos tronches apeurées. Antiversum nous agressent ainsi d’une manière particulièrement sournoise et diffuse en donnant à l’auditeur la sensation d’assister à un tempête infernale alors qu’il en est lui-même prisonnier, incapable de s’en apercevoir, incapable d’en sortir indemne. On retrouve également ces quelques dissonances jusque-là plutôt discrètes mais qui, grâce à cette production qui les exposent davantage, prennent bien plus d’importance qu’autrefois. Deathspell Omega, la jeune scène islandaise... Oui, un peu tout cela à la fois sans pour autant tomber dans l’excès ou la parodie.
Cette production massive et ces riffs hypnotisant vont une fois de plus servir une ambiance spatiale particulièrement angoissante. Une atmosphère qui va également se nourrir de ces samples qui, bien qu’ils soient tout à fait audibles, témoignent également de l’immensité de ce vide et de ce sentiment de solitude qui y règne.

Avec moins de parallèles à tracer et une identité un peu plus affirmée, les Suisses d’Antiversum livrent un premier album plus abouti que leur première démo dont les nombreux atouts ont déjà été vantés ici-même. Certes, il n’y rien de bien nouveau dans ce que propose le groupe aujourd’hui mais ces derniers ont su apporter une nouvelle dimension à leur mélange de Black/Death notamment à travers une production beaucoup plus massive qu’auparavant. Plus lourds et imposants, ces quatre nouveaux morceaux sauront en tout cas ravir les amateurs du genre. Une musique dense faite d’accélérations soutenues et de ralentissements plombés servi par un immense trou noir qui n’existe que pour dévorer et engloutir ce qui se trouve sur son passage. Noir et sans espoir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Antiversum
Black / Death Metal
2017 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.22/10

plus d'infos sur
Antiversum
Antiversum
Black / Death Metal - 2010 - Suisse
  

tracklist
01.   Antinova  (08:14)
02.   Creatio E Chao Orta Est  (07:20)
03.   Cosmos Comedenti  (08:54)
04.   Nihil Ad Probandum  (13:22)

Durée : 37:50

line up
parution
29 Septembre 2017

voir aussi
Antiversum
Antiversum
Total Vacuum (Démo)

2015 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Prophanity
Prophanity
Stronger Than Steel

1998 - Blackend Records
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Belphegor
Belphegor
Blood Magick Necromance

2011 - Nuclear Blast Records
  
The Funeral Pyre
The Funeral Pyre
December (EP)

2009 - Creator Destructor
  
Karcavul
Karcavul
Intersaône

2016 - Deaf Death Husky / No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Et mon cul c'est du tofu / Crustatombe / Saka Čost / Sentient Ruin Laboratories / Underground Pollution
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report