chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bloody Alchemy - Kingdom Of Hatred

Chronique

Bloody Alchemy Kingdom Of Hatred
On dit souvent que la valeur n’attend pas le nombre des années, la jeunesse pouvant être un atout face au manque d’expérience, c’est ce à quoi s’applique le quartet de Chartres qui étonne par sa maturité artistique malgré son jeune âge. Car l’an dernier son premier EP « Insanity Chaos » a surpris tout le monde par sa qualité, sa fougue et sa vitalité, et a dans la foulée reçu de très bons échos aussi bien de la presse spécialisée que du public, de plus en plus nombreux à chacun de leurs concerts. Afin de battre le fer tant qu’il est encore chaud la formation menée par les cousins Zambon est de retour avec une galette longue durée encore plus aboutie, qui confirme le phénomène de précocité de ses membres qui ont à peine entre 16 et 20 ans, mais font déjà les choses comme les grands, et dont bien des groupes pourraient s’inspirer.

Car pendant un peu plus d’une demi-heure c’est à un mélange vigoureux et réussi de Death/Thrash bien troussé qu’on va avoir droit, où le sens du riff et l’accroche générale priment sur tout le reste. Du coup sans être d’une technicité folle les petits jeunes ont l’excellente idée de proposer une musique certes simple, construite autour de morceaux courts mais à l’accroche immédiate, et sans grosses baisses de régimes. Cela s’entend dès les premiers instants de « The Storm », qui porte très bien son nom vu que c’est une véritable tempête Thrashisante qui retentit, et où la bande met à l’honneur toutes ses influences et sa palette technique. Entre un démarrage rapide et bondissant et une fin bien lourde et massive, celle-ci glisse un excellent solo par ci et diverses variations de tempo par-là, le tout porté par une voix Death growlée impeccable qui ne fait pas tâche face aux hurleurs plus expérimentés. Ce mélange des genres se retrouve un peu plus loin avec l’excellent « The Fight » qui prouve s’il le fallait encore que le niveau proposé jusqu’à présent n’était pas un accident, tout comme sur l’expéditif « Control » plus remuant et qui donne furieusement envie de bouger la tête sans discontinuer, ou bien encore avec le tortueux et imparable morceau-titre formé de deux parties distinctes mais où ça reste principalement appuyé sur la pédale d’accélération.

Cependant maintenir la même idée sur la durée risquait de provoquer une certaine redondance, du coup certaines compos se démarquent du reste, à commencer par « A World In Agony » où la brutalité est renforcée ici par des salves de blasts et des parties de double écrasantes, le tout avec un invité de choix au micro. Preuve en est que les petits gars ont déjà conquis leurs aînés car Julien Truchan de BENIGHTED vient ici partager le micro pour y poser ses parties criées si caractéristiques et son coffre si imposant. Du coup bien qu’ayant une construction assez semblable au reste des titres, celle-ci y montre une facette plus extrême mais toujours maîtrisée qui ne fait pas tâche comparé au reste. En revanche avec « Insanity Chaos » et « The Blood Reign » on se retrouve plongé dans une ambiance plus lourde et au rythme volontairement bridé, vu que pour le premier ça ne quitte presque jamais le mid-tempo. Mais curieusement ce manque de folie finit par créer une légèrement répétition des idées, et bien qu’étant agréable cette compo se révèle un peu en dessous du reste, et l’on retrouve ce même défaut sur la seconde, qui néanmoins nous offre des relents de Hardcore (au niveau des riffs et de la voix) originaux et surprenants mais qui s’intègrent relativement facilement dans le style et l’esprit du quartet.

Car malgré ses petites erreurs de jeunesse il faut tirer un grand coup de chapeau à celui-ci qui a déjà tout compris dans la manière d’être efficace, tout comme pour l’enregistrement où il n’est pas tombé dans le piège de créer une production sans âme et en plastique. Cette dernière bien qu’étant très actuelle et puissante, offre un rendu particulièrement équilibré et chaud, tout en sonnant naturelle, ce qui renforce la qualité de cet opus. Autant dire qu’on est en présence d’un futur grand qui ne fait pas son âge et qui possède déjà tous les atouts et les acquis élémentaires pour faire du bon son. A lui maintenant de continuer sur sa lancée et de montrer aux éternels grincheux et râleurs qu’il n’est pas un feu de paille, mais bel et bien une des nouvelles sensations hexagonale, l’avenir le dira mais il lui semble prometteur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
20/10/2017 13:48
J'apprécie la grogne du chanteur, assez mesurée. Y a un truc dans leur son qui est pas dégueu. La prod m'intéresse assez - voire me laisse sur le cul pour de l'autoprod' !

Niveau compo, je suis moins emballé. J'aime les alternances, je trouve qu'en matière de solo c'est bien amené, mais l'articulation couplet/refrain m'emballe moins. A voir si l'écriture gagnera en finesse Sourire
Enfin, en finesse, façon de parler. D'expertise, nous dirons Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloody Alchemy
Death/Thrash
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.6/10

plus d'infos sur
Bloody Alchemy
Bloody Alchemy
Death/Thrash - 2014 - France
  

écoutez
vidéos
The Fight
The Fight
Bloody Alchemy

Extrait de "Kingdom Of Hatred"
  

tracklist
01.   Arch Of Hatred
02.   The Storm
03.   A World In Agony
04.   Insanity Chaos
05.   Interlude
06.   The Blood Reign
07.   The Fight
08.   Control
09.   Kingdom Of Hatred
10.   End Of Hatred

Durée : 32 minutes

line up
parution
1 Octobre 2017

Essayez aussi
Soilwork
Soilwork
Steelbath Suicide

1998 - Listenable Records
  
Macabre
Macabre
Sinister Slaughter

1993 - Nuclear Blast Records
  
Ghoul
Ghoul
Transmission Zero

2011 - Tankcrimes Records
  
Serpent Obscene
Serpent Obscene
Chaos Reign Supreme

2006 - Black Lodge Records
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Nightbringers

2017 - Metal Blade Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast