chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
28 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

CyHra - Letters to Myself

Chronique

CyHra Letters to Myself
Dans votre vie d'amateur de musique, vous avez sans doute déjà croisé un de ces fameux "All-Star bands", ces supergroupes composés de membres charismatiques issus de formations dont ils ont fait la renommée. Le résultat est d'ailleurs parfois bien en deçà des attentes qu'on peut y placer au regard du line-up de certains d'entre eux mais c'est un autre débat. Fraîchement formé cette année, vous lirez souvent accolé au nom de Cyhra cette fameuse étiquette de "supergroupe" alors qu'en y regardant de plus près, le contexte est un peu différent. Ex-In Flames, ex-Amaranthe, ex-Rhapsody, ex-Shining, ... Cyhra c'est plutôt le "club des Ex", un "All-Ex-Star band" regroupant des mâles dont la vie et la carrière musicale ne leur ont pas permis d'atteindre la gloire durable escomptée. Ce premier album qui n'a pas mis longtemps à voir le jour ressemble donc plus à un nouveau départ qu'à une parenthèse dans leur existence, avec des ambitions non dissimulées puisqu'il est là pour nous apporter "the next thing in metal". Rien que ça.

Sur Thrashocore, on est quelques-uns à avoir été élevés aux envolés mélodiques de la scène de Gotheborg dont In Flames était un des piliers. Alors forcément, quand on vous dit qu'un projet regroupe deux de ses membres les plus illustres, l'incontournable guitariste Jesper Strömblad et le récent bassiste démissionnaire Peter Iwers, il y a de quoi avoir une mi-molle. Si ce disque a atterri entre mes mains plutôt que celles de Chris ou Mitch (qui a quand même chroniqué le dernier Arch Enemy je tiens à le préciser), vous vous doutez bien qu'il y a un problème. Et ce problème s'explique en à peine 30 secondes avec le single et ouverture de ce premier essai : "Karma". Si vous n'avez pas encore vu et écouté le clip, je vous invite chaudement à arrêter la lecture de cette chronique et de revenir une fois la chose faite, je m'en voudrais de vous spoiler. Bon tout le monde a bien rigolé ? Je crois que le titre parle de lui-même, ceux qui espéraient encore retrouver la hargne des idoles de leur jeunesse peuvent quitter la salle. Je pense qu'on pourrait arrêter cette chronique ici mais dans un élan de professionnalisme et par respect pour mes parents et pour les travailleurs à la sauvegarde des moules du Languedoc, je vous livre la suite.

Donc "the next thing in metal" n'est pas forcément aussi excitante qu'elle en avait l'air. On peut néanmoins reconnaître à nos Suédois un certain talent pour brouiller les pistes. "Letters to Myself" est en effet un patchwork de plein de trucs, un croisement batard entre les gênes d'un In Flames et ceux d'un Within Temptation, la nervosité et les mélodies du premier, le côté pop et mélancolique du second, pour un résultat qui me fait énormément penser au metal gothique pêchu des Finlandais d'Entwine ; je trouve d'ailleurs à la voix de Jake E quelques intonations de Mika Tauriainen. A l'instar du single "Karma", leur musique se veut extrêmement directe et catchy, à coups de grosses rythmiques hachées, de leads mélodiques, de petites touches de piano et de refrains entêtants où le chant est roi. Bien que l'ensemble soit plutôt enlevé et rock'n roll, on retrouve également quelques titres plus posés par intermittences qui varient un peu le propos ("Muted Life", "Closure", "Inside a Lullaby"). Ce qui se dégage de cet album est assez paradoxal, d'un côté moderne avec une utilisation de l'électronique sobre et très bien sentie qui crée une atmosphère froide et aseptisée, d'un autre côté un peu kitch dans la manière d'amener le chant qui sonne Hard rock des années 90, particulièrement sur les morceaux les plus calmes. A propos du chant justement, que l'on aime ou pas, on ne peut que s'incliner devant les capacités vocales de Jake dont les possibilités semblent infinies, sachant concilier puissance et émotion avec une facilité déconcertante. N'ayant jamais eu l'occasion d'écouter un album d'Amaranthe, j'ai été agréablement surpris.

Vous l'aurez compris, c'est aux côtés des déçus que je me range. J'avoue avoir salivé à l'écoute des mélodies so-swedish de l'ami Jesper dont la patte fait malgré tout plaisir à entendre et qui nous fait l'honneur de nombreux riffs et solos savoureux. J'avoue aussi avoir beaucoup espéré en me disant que ce single ne serait qu'un produit d'appel. Malheureusement la réalité s'avère au final pire que ce que je pensais. Ce n'est pas tant le côté easy-listening et prévisible qui m'a dérangé mais ce sentiment d'entendre un groupe plus préoccupé à tenter de faire un truc qui marche au lieu d'un truc qui vient des tripes. Ca me parait tellement flagrant que l'écoute de ces 12 titres sonne pour moi comme une accumulation de clichés, aussi bien côté musique que côté textes. Trop lisse, trop manichéen, ce premier essai a souvent tendance à tomber dans le pathos et la niaiserie, manquant cruellement de subtilité entre Jake qui en fait des caisses, ces touches de piano tellement émo et certains leads d'un autre temps. Bien que le constat soit amer, je reste intimement persuadé qu'avec de tels musiciens, Cyhra aurait pu accoucher d'un bon cru ; "Letters to Myself" possède néanmoins une énergie communicative et parvient de temps à autre à provoquer un plaisir coupable que j'aurais aimé ressentir à plus d'occasions. En attendant une suite plus en phase avec les ambitions du combo, je vous recommande plutôt le dernier Entwine, "Chaotic Nation" qui, s'il n'est pas transcendant, a le mérite de faire le job.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
26/10/2017 21:19
note: 5.5/10
C'est clair que Jesper est sous exploité, c'est plutôt Jake qui mène la barque visiblement. Je vais quand même attendre le suivant pour voir si ça se confirme. Bon j'ai pas non plus trop d'espoir Gros sourire
NightSoul citer
NightSoul
25/10/2017 08:52
En fait, c'est plus le style "heavy" dans le chant plus que la musique en effet. Et à y regarder, je suis assez d'accord avec ce côté Metal gothique surtout quand je parlais des claviers et autre kitsherie. Mais il y a un côté "finlandais" irrémédiable dans leur musique et ce n'est pas pour le meilleur...

Après un The Resistance qui gâchait le génie mélodique de Jesper Stromblad, on a cette chose complètement easy-listening où Jesper n'exploite qu'un bon quart de son potentiel surtout quand on entend tous ses soli qu'il est capable de pondre. Su coup, on sait qui était la réelle tête à penser d'In Flames au moins jusque Soundtrack To Your Escape.
#JesperSeRetient
Dead citer
Dead
24/10/2017 19:56
note: 5.5/10
Nightsoul, tu parles de heavy mais en ce qui me concerne, je n'ai pas retrouvé la virtuosité de ce style, élément qui aurait pu éventuellement faire passer la pilule d'un style trop mielleux. Pour moi, on lorgne vraiment du côté du metal gothique à la sauce scandinave, un truc déjà vu et revu, et dont le combo n'apporte rien de plus.
NightSoul citer
NightSoul
23/10/2017 20:25
Le premier titre et premier single "Karma" n'est absolument pas représentatif de l'album.
Passé les 2-3 premiers titres assez entrainants avec un Jesper au top, l'album se révèle réellement : du Heavy moderne très très guimauve avec sur-abus de nappes de claviers. Du coup, le chant y est tout à fait adapté. Les leads de Jesper sont relégués très rapidement au second plan, le batteur nous gave de mid et down tempos faiblards avec quelques moments originaux (roulement de caisse claire martial, toms mélodiques...). Et puis il y a cette absence de tapis de double grosse caisse, pas que ce soit grave mais c'est assez révélateur de l'esprit global qui règne sur l'album, heavy à tendance pop très (trop?) formaté.

Les leads façon "In Flames" comme on les aime sont assez peu nombreux en fait, ça reste très mélodique stéréotypé Metal moderne sans originalité. Les soli sont cool par contre,classiques mais efficaces.

La part belle est fait au chant donc, qui, excepté les deux singles et les premiers titres on va dire, est très bien adapté au style pratiqué. Problème majeur : ce n'est pas mon truc tous ces bons sentiments, ces lyrics juvéniles d'amoureux déçus et de regain d'estime de soi, ces envolées dans les aigus et ces refrains guimauves.
Tout me rappelle aux heures sombres du Metal finlandiniaisant Gros sourire Cette époque où le Metal finlandais était gorgé de claviers mélodiques, de down-tempos propices aux déclarations sentimentales et ces quelques guitares acoustiques "au coin de la cheminée" afin de verser une petite larme avant dodo. Juste le dernier titre, assez surprenant sur la diction (du rap ?) mais au final archi-convenu. Jesper règle ses comptes avec ses anciens camarades apparemment...

Bref, un album décevant pour ma part plus les écoutes se multiplient. La patte Stromblad est là mais noyée dans le Metal moderne joué. Ca me désolé de l'avouer, je m'y attendais fortement et ça me blase car Jesper a toujours ce sens de la mélodie et ses soli n'ont rien à envier à son ex-camarade Bjorn Gelotte qu'il surpasse aisément au jeu du solo à la wah-wah. Techniquement, on a le droit à de petites démonstrations sans jamais nuire à la composition. Malmsteen devrait en prendre de la graine

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
CyHra
Metal gothique / Hard rock moderne
2017 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (7)  7.42/10

plus d'infos sur
CyHra
CyHra
Metal gothique / Hard rock moderne - 2017 - Suède
  

vidéos
Karma
Karma
CyHra

Extrait de "Letters to Myself"
  

tracklist
01.   Karma  (03:28)
02.   Heartrage  (03:26)
03.   Here to Save You  (04:00)
04.   Muted Life  (03:35)
05.   Closure  (05:00)
06.   Letter to Myself  (03:46)
07.   Dark Clarity  (04:06)
08.   Holding Your Breath  (03:23)
09.   Rescue Ride  (03:16)
10.   Black Wings  (04:02)
11.   Inside a Lullaby  (03:18)
12.   Dead to Me  (04:06)

Durée : 45 min.

line up
parution
20 Octobre 2017

River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique