chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cenotafio - La Fatídica Excrecencia De La Subtierra

Chronique

Cenotafio La Fatídica Excrecencia De La Subtierra
Originaire de la petite ville de Temuco au Chili, Cenotafio émerge tranquillement de l’underground sud-américain avec la sortie fin juillet de son tout premier album intitulé La Fatídica Excrecencia De La Subtierra. Celui-ci voit le jour via Ancestral Terror Records, une structure chilienne spécialisée dans le format cassette (de l’album Let The Devil In de Sargeist en passant par la réédition d’un EP de Pentacle paru initialement en 2001).
Comme le nom de ce groupe ne doit pas vous dire grand-chose, j’imagine que si vous êtes là à lire ces quelques lignes c’est en grande partie grâce à l’artwork effectivement très réussi qui est utilisé pour illustrer ce dit premier album ? Ne vous en faites pas, c’est aussi ce qui m’a poussé à y jeter une oreille. Ça et bien évidement le pays d’origine de ce groupe qui, on ne cesse de vous le répéter ici-même, est devenu depuis déjà plusieurs années un gage de qualité évident.

Formé en 2015 par deux des trois membres d’Invehertex (autre projet fort recommandable en provenance directe du Chili), Cenotafio va rapidement se mettre à pied d’œuvre avec la sortie la même année d’un single puis d’une première démo intitulée El Encierro De Las Grandes Revelaciones. Deux ans plus tard, le duo récidive avec un nouveau single et surtout un premier album illustré par le chanteur/guitariste/bassiste sous le nom de Nox Fragor Art (Son In Curse, Concatenatus, Invehertex, Mortem, Praecognitvm...).

Si avec Invehertex, Daniel Hermosilla et Patricio Kusnir explorent des sonorités purement Black Metal à travers une musique complexe et torturée, Cenotafio est pour le duo l’occasion de naviguer vers d’autres horizons en lorgnant cette fois-ci du côté d’un Black/Death caverneux à l’atmosphère occulte particulièrement étouffante. Conscient que tout a déjà été fait en la matière, les Chiliens n’ont pas dans l’idée de bouleverser ce petit univers avec leur tambouille mais plutôt d’y participer en y allant de leur modeste, mais efficace, contribution.
Et la première chose que l’on remarque lorsque l’on pose nos oreilles sur cet album c’est bien la qualité de la production et surtout son caractère authentique. Rugueuse et épaisse à la fois, elle apporte au Black/Death de Cenotafio toute la puissance nécessaire pour s’imposer par la force (notamment grâce à un son de guitare particulièrement abrasif qui rappelle beaucoup celui d’Archgoat ou Cemetery Urn) tout en laissant aux ambiances moites et poussiéreuses suffisamment d’espace pour s’insinuer à travers chaque note, chaque parole, chaque riff... Un équilibre parfaitement trouvé qui va servir des compositions dont la durée s’étire en moyenne aux alentours des neuf minutes.
Mais bien loin de traîner la patte tel un pauvre petit animal blessé, Cenotafio va plutôt choisir de ruer dans les brancards. Le groupe va ainsi passer le plus clair de son temps à nous agresser sur un rythme particulièrement soutenu fait de blasts, de trémolos et de leads infernaux (notamment sur ces notes dissonantes qui, à juste titre, rappellent celles utilisées par le duo au sein d’Invehertex). Ces moments de violences, noirs et primitifs, vont par contre s’opposer à des passages plus en retenue voire même quelques séquences atmosphériques instrumentales (la longue introduction de "(Intro) Remedium. Morbus. Mors", les trois dernières minutes de "Letargo A Su Posterior Hipnosis" ainsi que la conclusion de "Disnea Universal (Outro)") amenant alors du relief à une musique toujours extrêmement sombre et menaçante.
Enfin, difficile de passer également sous silence la prestation des deux hommes en matière de chant. Si leur voix ne sont pas nécessairement très différentes l’une de l’autre, elles amènent cependant une belle complémentarité grâce à quelques subtilités intéressantes. S’il s’agit ainsi de deux growls caverneux, l’une des deux voix possède des intonations plus criardes alors que la seconde se fait particulièrement profonde voire abyssale (Craig Pillard n’est jamais loin). Toutes les deux, elles concourent naturellement à la mise en place de ces atmosphères cryptiques, moites et glaciales qui embrassent chaque seconde de ce premier album très réussi.

Le travail bien fait d’artisans passionnés et talentueux, même s’ils donnent le sentiment de prendre peu de risques, aura toujours plus de valeur à mes yeux que des expérimentations servies au nom de la sacro-sainte originalité par un groupe incapable de faire sonner un riff correctement. Cenotafio fait clairement parti de la première catégorie et c’est justement pour quoi La Fatídica Excrecencia De La Subtierra devrait pouvoir trouver écho chez tous les amateurs de ce genre de Black/Death occulte. Pas de révolution ici mais un premier album rondement mené qui fera bouffer la terre et cramer en Enfer n’importe quel auditeur sensible à ce genre de douceurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
12/12/2017 11:12
Ah oui, c'est bon ça !
Très sombre et efficace Black Death (voire Blackened death, mais non Death tout court comme dit sous la pochette je trouve...mais bon... peu importe Clin d'oeil )
Krokodil citer
Krokodil
07/12/2017 10:27
note: 8/10
Magnifique fusion d'Aosoth, de Gevurah et de death bien porc : du tout bon.
gulo gulo citer
gulo gulo
30/10/2017 11:59
La pochette, pour sûr, mais aussi l'irrésistible titre - le death-metal-english, c'est cool, mais le death-metal-spanish c'est encore plus percutant : "la Subtierra", quoi.
Si maintenant tu rajoutes "Cemetery Urn" et "poussiéreux" comme mots magiques, il va vraiment falloir que j'écoute en entier.
Keyser citer
Keyser
30/10/2017 11:54
note: 7.5/10
Encore une fois un bon groupe bien dark et bourrin en provenance du Chili.
AxGxB citer
AxGxB
30/10/2017 11:35
note: 8/10
Pour les curieux, l'album s'écoute en intégralité sur YouTube.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cenotafio
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cenotafio
Cenotafio
Death Metal - 2015 - Chili
  

tracklist
01.   (Intro) Remedium. Morbus. Mors  (10:23)
02.   Secesión / La Carnal Tribulación (Interludio)  (09:44)
03.   Letargo A Su Posterior Hipnosis  (09:47)
04.   Lo Que Encierra Una Revelación  (06:48)
05.   Disnea universal (Outro)  (08:59)

Durée : 45:41

line up
parution
27 Juillet 2017

Essayez aussi
Mercyless
Mercyless
Unholy Black Splendor

2013 - Trendkill Recordings
  
The Grotesquery
The Grotesquery
The Lupine Anathema

2018 - Xtreem Music
  
Corpsessed
Corpsessed
The Dagger & The Chalice (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Preludium
Preludium
Raping Mankind Disorder

2008 - Redrum 666
  
Behemoth
Behemoth
Zos Kia Cultus
(Here and Beyond)

2002 - Avantgarde Music
  

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique