chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Marilyn Manson - Heaven Upside Down

Chronique

Marilyn Manson Heaven Upside Down
Cette chronique a mis du temps à voir le jour et je prie au Révérend d'accepter mes plus plates excuses si à cause de ce manquement les ventes de son dixième album n'ont pas été à la hauteur de ses espérances. Il n'est malheureusement pas le seul à être dans ce cas et j'en assume l'entière responsabilité. Néanmoins, je tenais à préciser pour ma défense que la totalité de ce fiasco ne saurait m'être totalement imputé car je n'ai pas été vraiment aidé. Après le renouveau "The Pale Emperor" et son rock bluesy irrésistible, je m'étais rué début octobre sur cette suite que j'attendais avec impatience. Les extraits "WE KNOW WHERE YOU FUCKING LIVE" et "KILL4ME" proposés quelques semaines auparavant avaient de quoi interroger et inquiéter ; les impressions ont été finalement confirmées... du moins au début.

Avec Tyler Bates aux manettes, j'étais pourtant confiant mais comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop. La grande majorité des amateurs du groupe ont-ils fustigés l'évolution et les risques pris il y a 2 ans pour qu'un tel revirement s'opère ? En tous cas, terminé le rock simple et groovy, "Heaven Upside Down" revient à du Manson pur jus qui aurait même tendance parfois à s'auto-parodier tellement on peut y entendre de nombreuses réminiscences d'albums passés allant de la période "Mechanical Animals" / "Holy Wood" à "Eat Me, Drink Me". Le combo revient ainsi sur ses précédents choix et réintroduit nombre d'éléments laissés de côté. Contrairement à l'artwork en noir et blanc qui prolonge l'imagerie de l'Empereur, la musique elle se veut beaucoup plus colorée, teintée de coldwave et de glamrock qui m'a énormément rappelé les lunettes roses et les paillettes de "Eat Me, Drink Me". En dehors de ça, le groupe nous sert un rock alternatif des plus incisifs qui contraste une fois de plus avec "The Pale Emperor" et ce dès l'introduction "Revelation #12" saturée dans tous les sens. Forcément dans ce contexte, Brian se remet à hurler plus qu'il ne chante, de quoi se rassurer quand à la bonne santé de son organe vocal qui décidément ne vieillit pas. Ce n'est finalement que sur les 2 titres qui concluent l'album, l'éponyme et "Threats of Romance" que l'on retrouve le feeling bluesy du précédent album.

Ce que je vais dire n'excuse en rien mon retard mais il semblerait que le temps m'ait permis de dépasser cette grande déception qui fut la mienne lors de sa découverte. Je me surprends d'ailleurs à y revenir assez régulièrement car il représente en fin de compte un visage de leur musique que j'ai toujours apprécié et que l'ensemble fonctionne plutôt bien. Certes, aucun titre ici ne fera date la discographie du groupe mais rien n'est à jeter pour autant malgré son hétérogénéité, des hargneux "Revelation #12" et "WE KNOW WHERE YOU FUCKING LIVE" aux légers "KILL4ME" et "JE$U$ CRI$I$", sans oublier la ballade "Blood Honey" qui devrait vous ramener 20 ans en arrière. Si tout n'est d'ailleurs pas toujours très bien amené (les refrains de "SAY10" et "JE$U$ CRI$I$" par exemple), les Américains retombent toujours sur leurs pattes en misant sur l'efficacité et ça passe sans sourciller. Pour finir, au milieu de tout ceci se trouve "Saturnalia", un des titres les plus longs jamais composés par les Américains (8 minutes) qui s'avère être la seule surprise de ces 47 minutes, une pièce froide et lancinante aux couleurs des années 80. Personnellement, sur les 10 morceaux que compte ce dixième album, ce n'est pas ce qui m'a le plus emballé ; le combo témoigne néanmoins de sa volonté d'expérimenter ce qu'il ne faudrait pas décourager.

Quel que soit votre Manson favori, "Heaven Upside Down" ne le détrônera probablement pas ; pour autant le groupe n'aura pas à rougir de ce dixième album qui bien qu'il n'apporte pas grand chose à sa discographie, prolonge la dynamique positive entamée par "The Pale Emperor". Vite, vite la suite ! Il serait dommage de s'arrêter là.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
01/05/2018 14:55
note: 7.5/10
Un de ses meilleurs albums, à mon sens. Et "Saturnalia" est une splendeur - mais il prêchait déjà un demi-converti chez moi, avec un pareil titre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Marilyn Manson
Metal/rock alternatif
2017 - Loma Vista Recordings
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (10)  7.12/10

plus d'infos sur
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Metal/rock alternatif - Etats-Unis
  

vidéos
Tattooed In Reverse
Tattooed In Reverse
Marilyn Manson

Extrait de "Heaven Upside Down"
  
KILL4ME
KILL4ME
Marilyn Manson

Extrait de "Heaven Upside Down"
  

tracklist
01.   Revelation #12
02.   Tattooed In Reverse
03.   WE KNOW WHERE YOU FUCKING LIVE
04.   SAY10
05.   KILL4ME
06.   Saturnalia
07.   JE$U$ CRI$I$
08.   Blood Honey
09.   Heaven Upside Down
10.   Threats of Romance

Durée : 48 min.

line up
parution
6 Octobre 2017

voir aussi
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Born Villain

2012 - Cooking Vinyl
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Eat Me, Drink Me

2007 - Interscope Records
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
The Golden Age Of Grotesque

2003 - Interscope Records
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
The High End Of Low

2009 - Interscope Records
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
The Last Tour On Earth (Live)

1999 - Interscope Records
  

Essayez aussi
Tomahawk
Tomahawk
Oddfellows

2013 - Ipecac Recordings
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast