chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Temnein - White Stained Inferno

Chronique

Temnein White Stained Inferno
Sans faire de bruit le groupe Lorrain continue son petit bonhomme de chemin, lentement mais sûrement, et avec maîtrise et assurance, car le talent est là et ses membres le savent il leur suffit juste d’être patient et leurs efforts seront récompensés. Nul doute en effet que ce second opus va les faire grimper au niveau national où ils restent bien méconnus, malgré un premier effort « 404 B.C. » sorti en 2014 plus qu’intéressant dans son écriture et son style. Oscillant entre un Death Mélodique et un côté plus Progressif qui lorgnent tout autant vers OPETH que vers DARK TRANQUILLITY le quintet Nancéien aura mis le temps pour sortir son nouvel album mais les choses ont beaucoup changé pour lui durant ces trois longues années. Outre de très nombreuses dates un peu partout en France (et même au Japon en compagnie de BEYOND CREATION) ainsi qu’une signature chez Massacre Records, il y’a eu aussi l’arrivée majeure au micro de Jocelyn Fidry dont l’apport va être déterminant dans la réussite de ces nouvelles compos. Car fort de l’expérience accumulée par ses créateurs celles-ci se font plus audacieuses, plus travaillées, plus longues mais sans jamais tomber dans la démonstration statique et inutile, au contraire on sent bien que ceux-ci ont peaufiné chacune d’entre elle dans le moindre détail n’hésitant jamais à varier les tempos, tout en mélangeant intelligemment agressivité et mélodie.

Dès l’introduction mélodieuse terminée « Ataxia » montre déjà une bonne partie de la palette technique du groupe, débutant sur les chapeaux de roues toute la première partie sera basée majoritairement sur la vitesse et les accélérations, alors que la seconde sera elle plus lente et mid tempo, tout en conservant une grosse accroche et dont l’ensemble est relevé par un solo de haute tenue, pour un résultat efficace et assez facilement mémorisable. On peut dire la même chose pour le court « Against The Waves » où l’on passe aisément de hammerblasts puissants et précis à des parties lourdes et écrasantes, où le sens du riff et la précision du chant font mouche et rappellent de suite les plus belles heures du genre vu que l’ensemble fait énormément Suédois. On sent l’influence de la scène de Göteborg auprès du combo, qui s’en inspirent largement sans tomber cependant dans la redite, comme avec « A Momentary Peace » très entraînant et sans complexes, qui va droit au but et où là-encore la paire Florian Frandidier et James Camozzi montre tout son talent. Celui-ci va encore plus être mis en avant avec le magnifique morceau-titre qui démarre tout doucement, et montre une facette mélancolique inspirée, avant que la suite n’explose entre haute vitesse et passages épiques où l’on ne peut s’empêcher de taper du pied. Avec ces quelques relents très Viking on passe par tous les états possibles et inimaginables et l’on comprend mieux la thématique globale de l’album qui parle de la maladie et des séjours à l’hôpital, avec tout ce que cela occasionne au niveau physique comme psychologique, entre espoir et déception, angoisses et appréhensions, et lutte perpétuelle pour survivre et guérir. Ce mille-feuille est également présent sur le magnifique « The Seal » qui se fait plus posé, ici la violence n’apparait pas clairement mais elle est présente de manière plus feutrée, via des passages où l’on ne peut s’empêcher de headbanguer grâce à une double très présente et un solo encore une fois impeccable et parfaitement adapté à l’ambiance.

Cependant bien qu’étant bourré de qualités quelques défauts se font sentir, principalement liés à une durée un peu trop longue de cette galette, car avec une moyenne de six minutes par titre et plus d’une heure de durée globale cela nuit un peu à l’homogénéité générale, et il est un peu difficile de se l’enfiler d’une seule traite. On finit par retrouver quelques plans répétés un peu trop en boucle comme sur « Dawn Of A New Day » qui malgré son originalité par ses arpèges acoustiques et sa voix douce s’essouffle un peu vite, tout en s’étirant en longueur inutilement, à l’instar du technique et jazzy « Wrong Escape » (au côté Progressif plus affirmé) qui aurait gagné à être raccourci pour conserver sa force de frappe. Bien que n’ayant pas de morceaux véritablement faibles ou bouche-trou il aurait été préférable pour le quintet d’aller plus à l’essentiel ce qui aurait permis d’éviter le léger décrochage de fin d’écoute. Mais malgré cela il faut saluer la performance des Meurthois qui ont un fait un grand bond en avant et confirment allègrement tous les espoirs placés en eux, aidés en cela par la production puissante et impeccable signée Frédéric "El Mobo" Motte du Conkrete Studio. Ce dernier offre un rendu parfait à un album riche en émotions, sombre et légèrement atmosphérique, qui mérite vraiment que l’on s’y attarde, et qui espérons-le devrait amener un surcroît de notoriété à ses géniteurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
01/11/2017 07:04
Pas trop convaincu par les lyrics et la partie vocale, même si du chemin a été fait en comparaison du premier album.
Je trouve ça encore un poil fragile, il manque un "je ne sais quoi" pour le rendre vraiment authentique et intéressant. Le mix, aussi, m'a semblé un peu étouffé, notamment sur "Denying the Threat" qu'en fait j'avais déjà écouté sur youtube et dont j'avais tout oublié ! Je m'étais dit "mince, mais pourquoi il est marqué que j'ai visionné la vidéo, m'en souviens pas" et très vite j'ai trouvé ça bien exécuté, mais trop proche d'autres groupes de MeloDeath.

Mais je salue complètement les groupes qui persévèrent dans cette voie. C'est un genre très difficile en même temps : il est tellement typé avec sa guitare rythmique en avant et ses phases de batterie calibrées que, très vite, si c'est proche d'un autre groupe, on l'entend directement. Et si on est pointilleux comme moi, ça va être du tout ou rien. Et comme c'est un genre qui a pullulé dans les années 2000, la saturation laisse encore sa marque.

Du coup, je trouve leur démarche ultra balèze : j'espère que leur troisième album marquera encore une nouvelle étape, vu le chemin parcouru du premier au second. Et qu'ils atteignent ainsi, peu à peu, le même rang qu'un Dark Lunacy sur "The Diarist" ou Be'Lakor, qui restent pour moi des références absolues dans ce genre et des exemples d'une excellente gestion des codes du Melodic Death..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Temnein
Death Mélodique Progressif
2017 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.68/10

plus d'infos sur
Temnein
Temnein
Death Mélodique Progressif - 2009 - France
  

vidéos
Against The Waves
Against The Waves
Temnein

Extrait de "White Stained Inferno"
  

tracklist
01.   Impending Outbreak
02.   Ataxia
03.   Denyint The Threat
04.   Bad Omen
05.   Knowledge As A Burden
06.   White Stained Inferno
07.   Against The Waves
08.   The Seal
09.   Wrong Escape
10.   A Momentary Peace
11.   Dawn Of A New Day

Durée : 63 minutes

line up
parution
20 Octobre 2017

Essayez aussi
Unmoored
Unmoored
Cimmerian

1999 - Pulverised Records
  
Vehemence
Vehemence
God Was Created

2002 - Metal Blade Records
  
Fall Of The Leafe
Fall Of The Leafe
August Wernicke

2000 - Icarus Music
  
Skyfire
Skyfire
Esoteric

2009 - Pivotal Rockordings
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Under A Western Sun

2014 - Autoproduction
  

Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique
Hardcore Anal Hydrogen
Hypercut
Lire la chronique