chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

StoneBirds - Time

Chronique

StoneBirds Time
L'anti-Elder ? Ne croyez pas que je critique ici la formation créatrice du très bon Dead Roots Stirring ! Simplement que je m'évertue à espérer la voir embrasser ces pointes de post hardcore aérien, onirique, qu'elle laisse envisager derrière ses longues mélodies – et qu'à chaque fois j'en sors pareillement frustré, certes plus ou moins admiratif de ses joliesses, mais toujours un peu embêté qu'elles ne soient que cela.

Mais heureusement, il y a StoneBirds. On pouvait légitimement craindre que Into the Fog... and the Filthy Air doive sa fraîcheur en grande partie à son statut de premier album – qui signe la découverte de pas mal de choses quand il est bien fait : d'une musique, d'une identité, d'émotions... Ce second essai montre que, non, les Français n'ont pas eu un coup de chance, se posent comme maîtres de la rêverie entre stoner et post hardcore. C'est que, malgré quelques similitudes avec le stoner progressif à long développement des Ricains, les oiseaux, eux, ne s'envolent pas dans l'accumulation ; ils s'élèvent dans le sentiment, peignent avec des pinceaux classiques (jusqu'à une production cristalline où la puissance est délaissée au profit de la profondeur) des tableaux généreux, forme au service du fond, beauté de l'exécution au-delà du talent de composition. Raison pour laquelle, bien qu'averti, Time demande au temps de faire son œuvre avant de s'apprécier pleinement, sa timidité de surface cachant une personnalité hors-norme en matière de voyage intérieur.

Point d'esbroufe. Point d'épat'. StoneBirds est simple, naïf dans son mélange entre stoner et post hardcore où le second prend encore plus de place, se permet de grogner, d'alourdir, sans quitter cette « soul » qui habite son magicien. Certes toujours définissable pour qui veut se faire une idée avant écoute (stupidité : arrêtez de lire et allez profiter !) par des noms comme Bloodiest, Yob ou encore Pombagira – mais aussi Moab, dont les Bretons se rapprochent probablement le plus –, la bande tisse une musique qui ne paraît venir que d'elle, tant elle transpire d'évidence, d'une connaissance qui ne vient pas de l'extérieur. Incroyable : Time, une fois les barrières rompues, ne donne pas l'impression de « jouer » un style ou un autre, mais de le créer devant soi, les oreilles ennuyées par tant de décalques stoner ou post hardcore retrouvant la poésie dont ils sont capables. Comme une musique pure, virginale, qui nous transforme à son image.

Cet enchantement-ci ne vient pourtant pas de nulle part. Time présente des qualités palpables, à commencer par ce chant plein de rocailles blues, qui semble arracher ses montées au prix de quelques cordes vocales, contrastant merveilleusement avec ces guitares satinées, à la douceur et lourdeur irréelles. De quoi donner envie de poser ce disque aux côtés d'un certain Never Forever (dont je finirai bien par oser parler) sans y trouver à rougir, tant les instants de grâce sont légion : « Only Time », « Blackened Sky » et « Animals » en proue, ces interludes formant un fleuve où se laisser bercer... Et surtout cette manière de faire, qui dépasse les notions de riffs et rapport qualité / prix, cet enfantin plaisir qu'elle transmet de se rouler dans la boue et tutoyer l'air sans avoir à choisir de camp. Libéré de toute envie d'être original, d'être novateur, d'être de ce temps où l'on affiche comme substance un style prétendument « jamais entendu », StoneBirds, lui, y trouve à s'imaginer libre.

Il y a cependant encore ces petites maladresse ici ou là, ces moments de flottement où l'attention décroche, sans aucun doute faisant partie du charme, mais dont je vois bien le groupe se débarrasser à l'avenir. Car si Into the Fog... and the Filthy Air était une bonne surprise d'un trio inconnu au bataillon (chez moi, du moins), Time le pose comme incontournable, durablement marquant dans une année déjà excellente. Il ne lui reste plus qu'à poser son empreinte définitivement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
03/11/2017 10:04
note: 8/10
Ah ? Ils ont fait un peu de révisionnisme, alors, au temps pour moi. Je me demande si on a pas un vieux mail, sur la boîte de SE, où ils nous le proposent à la chronique comme album ^^
Mais Into the Fog était effectivement comme une seconde naissance.
Ikea citer
Ikea
03/11/2017 07:05
note: 8/10
Je ne vois qu'une démo, un EP et une collaboration avant... J'en oublie un ?

Edit : Si c'est "Slow Fly" qui pose question, il est apparemment considéré comme démo par le groupe !
gulo gulo citer
gulo gulo
03/11/2017 06:55
note: 8/10
A-hem... Premier album, Into the Fog ? Tu es sûr ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
StoneBirds
Stoner / Post Hardcore
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  8.38/10

plus d'infos sur
StoneBirds
StoneBirds
Stoner / Post Hardcore - 2008 - France
  

tracklist
01.   I
02.   Sacrifice
03.   Blackened Sky
04.   Only Time
05.   Shutter pt1
06.   Shutter pt2
07.   Animals
08.   II

Durée : 55 minutes 40 secondes

line up
parution
20 Octobre 2017

voir aussi
StoneBirds
StoneBirds
Into the Fog... and the Filthy Air

2015 - Pink Tank records
  

Essayez aussi
Mutoid Man
Mutoid Man
Bleeder

2015 - Sargent House
  
Mutoid Man
Mutoid Man
Helium Head (EP)

2015 - Sargent House
  
SubRosa
SubRosa
More Constant Than The Gods

2013 - Profound Lore Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Weatherhead

2011 - Hydra Head Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Sleepwalking Sailors

2014 - Sargent House
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report