chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Accept - The Rise Of Chaos

Chronique

Accept The Rise Of Chaos
J'ai une grande tendresse pour Accept. Leur statut de pionnier, le fait qu'ils remplissent encore des salles entières après quarante ans de carrière, leur retour en force malgré le départ d'Udo Dirkschneider, la bonhomie de Wolf Hoffmann, sosie officiel de Bruce Willis, et bien sûr leur musique. Tout n'est pas indispensable chez eux mais des albums comme Restless And Wild, Balls To The Wall, Metal Heart ou plus récemment Stalingrad font partie des incontournables du heavy metal. Forts de trois disques réussis depuis leur énième reformation en 2009 en dépit d'un Blind Rage légèrement en deçà de Blood Of The Nations et Stalingrad, les Allemands voient pourtant le départ de leur guitariste Herman Franck et leur batteur Stefan Schwartmann. Coup d'arrêt pour la formation? Pas vraiment puisqu'après avoir enrôlé l'inconnu Christopher Williams derrière les fûts et Uwe Lulis (ex-Grave Digger) à la guitare, Accept a sorti un nouvel album cet été comme si de rien n'était. Il faut dire que tant qu'il y aura le meneur d'hommes et tête pensante Wolf Hoffmann, accompagné du bassiste de toujours Peter Baltes, Accept perdurera. C'est donc en août sur Nuclear Blast qu'a débarqué The Rise Of Chaos et sa belle pochette apocalyptique qui fait saliver.

Effectivement, malgré les changements de personnel, Accept continue son petit bonhomme de chemin. Accept fait du Accept, dans ce style teuton caractéristique à base de gros riffs simples et de refrains efficaces. Aucune surprise à attendre, le groupe s'appuie sur ses acquis, joue ce qu'il sait jouer et la machine tourne d'elle-même. Après tout, Accept a t-il quelque chose à prouver? Le résultat se révèle donc tout à fait correct. La recette a fait ses preuves et les dix morceaux de The Rise Of Chaos passent ainsi tout seul. C'est simple et efficace avec ces gros riffs mid-tempos heavy/power pour headbanguer sans trop réfléchir, ces refrains à chœurs pour fédérer (pas que Roger), ces solos à la cool et ce groove parfois hard rock ("Koolaid", "Analog Man" à la AC/DC etc.). Cela nous donne des bons titres comme "Die By The Sword" en ouverture qui fait bien le taf, "Koolaid" et sa mélodie d'intro entêtante, "Analog Man" et ses paroles amusantes (ou risibles au choix) sur l'ère numérique ou encore "What's Done Is Done" et "Worlds Colliding" bien foutus quoique très classiques.

C'est un peu ça le problème de The Rise Of Chaos en fait. Parce que oui, problème il y a, même s'il passera inaperçu aux oreilles des nombreux fans. Accept est vraiment en pilotage automatique ici. Cela suffi à en faire un bon album qui s'écoute tranquille mais par rapport aux précédents, celui-ci se place clairement comme le moins inspiré. Ultra calibré, très propret, The Rise Of Chaos n'est en effet pas ce que les Teutons ont fait de plus remarquable. Quelques très bons titres comme ceux déjà cités mais pas vraiment de hit en puissance. Peut-être "Die By The Sword" ou "Koolaid", les deux meilleurs titres, mais cela fait un peu juste sur un album estampillé Accept. Tous les morceaux sont construits de la même façon et le mid-tempo règne trop en maître aux dépens des accélérations, trop peu fréquentes. C'était déjà le cas sur Blind Rage qui portait mal son nom mais quand l'inspiration se fait moindre, c'est une chose qui devient plus problématique. Le plan-plan "Hole In The Head" marque déjà le pas dès la deuxième piste (malgré le côté Dave Mustaine étonnant sur le début des couplets), Le transparent "The Rise Of Chaos" qui suit et que l'on attendait plus fringuant pour l'éponyme, ne remonte pas vraiment la pente. L'anecdotique "No Regrets" fait pâle figure après "Koolaid" et le doublé final "Carry The Weight / "Race To Exctinction" n'est pas franchement flamboyant malgré un bon refrain pour le premier et une ambiance sombre pour le second. Le manque d'inspiration se fait également sentir au niveau des solos, où il y a à boire et à manger, ainsi que des refrains, minimalistes et pas toujours mémorables ("Hole In The Head", "The Rise Of Chaos", "Race To Extinction").

Cela fait un moment qu'Accept sort toujours le même album et ça commence à se voir. S'il reste de bonne qualité et s'écoute sans effort, The Rise Of Chaos n'en demeure pas moins l'album le moins marquant du combo allemand depuis sa reformation. Je suis donc forcément un peu déçu. On peut applaudir un savoir-faire certain qui leur permet de composer des morceaux efficaces qui fonctionnent toujours mais quand on gratte un peu, on se rend compte que le père Hoffmann commence à être un peu à cours d'idées. The Rise Of Chaos sonne vraiment comme un album Nuclear Blast, avec tout ce que cela sous-entend. Il ne faudrait pas sortir l'album de trop, surtout quand pas mal de jeunes groupes se montrent autrement plus inspirés et riches cette année (Trial, Attic...). Cela dit, Accept n'a jamais vraiment pris de risques. On l'a bien vu quand l'américain Mark Tornillo, qui signe ici une performance tout bien comme il faut, a remplacé Udo. Un timbre similaire au petit mais teigneux frontman, à défaut du même charisme qui laisse Wolf Hoffmann sous les projecteurs. Nul doute cependant que ce nouvel opus contentera la plupart des fans. Je le trouve moi-même tout à fait convenable pris comme ça. Le plaisir est encore là. Je dis juste à Accept de faire attention et de ne pas trop se reposer sur ses lauriers au risque, un jour, de vraiment lasser. Ce serait dommage pour un tel groupe!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
13/11/2017 19:28
note: 7/10
Convenable, plaisir, c'est à peu près çà et il tourne régulièrement. Juste un bémol sur ta kro, certes les riffs sont simplistes, les chœurs automatiques, la batterie ne dépasse jamais, mais le père Wolf sort encore une prestation dantesque aux leads, pas fan du tout de guitar heroes, mais lui il n'a jamais réussi à me gonfler.

Un ton en dessous des précédents, mais je trouve quand même qu'ils atomisent toute concurrence dans ce créneau.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Accept
Heavy Metal
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (21)  7.71/10

plus d'infos sur
Accept
Accept
Heavy Metal - 1976 - Allemagne
  

vidéos
The Rise Of Chaos
The Rise Of Chaos
Accept

Extrait de "The Rise Of Chaos"
  

tracklist
01.   Die By The Sword (5'00)
02.   Hole In The Head (4'01)
03.   The Rise Of Chaos (5'16)
04.   Koolaid (4'58)
05.   No Regrets (4'20)
06.   Analog Man (4'10)
07.   What's Done Is Done (4'08)
08.   Worlds Colliding (4'28)
09.   Carry The Weight (4'33)
10.   Race To Extinction (5'24)

Durée : 46'18

line up
parution
4 Août 2017

voir aussi
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast
  

Essayez plutôt
Nicolas Merrien
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of The Grave (Livre)

2016 - Le Mot Et Le Reste
  
Blind Guardian
Blind Guardian
At The Edge Of Time

2010 - Nuclear Blast
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Killers

1981 - EMI
  
Katana
Katana
Storms Of War

2012 - Listenable Records
  
Blind Guardian
Blind Guardian
Imaginations From The Other Side

1995 - Virgin Records
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique