chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nephren-Ka - La Grande Guerre de l'Epice

Chronique

Nephren-Ka La Grande Guerre de l'Epice
Depuis ses débuts il y’a déjà plus d’une décennie le combo Auvergnat n’a jamais été d’une productivité exceptionnelle, mais à chaque fois l’attente en valait la peine car après le très bon EP « Revenge And Supremacy », l’excellent « The Fall Of Omnious » confirmait tout le talent et le potentiel du quatuor. Après quatre ans d’attente l’heure est enfin venue pour lui de franchir le cap du deuxième album, qui souvent permet de confirmer ou non les espoirs entrevus auparavant, et qui a été très long à se construire. Entre les différentes activités personnelles de chacun des membres, le départ annoncé du bassiste Alexandre Phalippon (qui a néanmoins enregistré toutes ses parties sur le disque avant de partir vers de nouvelles aventures) et l’arrivée sur le label Dolorem Records (suite à l’arrêt des activités de Kaotoxin), la continuation du groupe n’a pas été de tout repos, mais cela a eu pour effet finalement de renforcer la motivation du trio restant (renforcé depuis à la basse par Thibault Gosselin) qui s’est lâché comme jamais et va surprendre ses fans de la première heure par sa brutalité incroyable.

Car durant un peu plus de quarante minutes c’est à une véritable furie sonore que l’on avoir droit, le groupe nous avait déjà proposé cela par le passé mais jamais avec une telle rage ni une telle énergie, aidé en cela par une production monstrueuse, puissante et homogène (signée du Vamacara Studio), pour un rendu qui n’a rien à envier aux ténors du genre d’outre-Atlantique, NILE et ORIGIN en tête. Cela commence dès le début de « Watch And Learn » qui ne s’encombre pas de futilités ou d’intro inutile, d’entrée on se retrouve plongé par des tartines de double sur un rythme assez écrasant, avant de rapidement exploser et d’envoyer la sauce par des blasts surhumains qui constitueront la majeure partie de ce premier morceau. Ne s’éternisant pas en longueur il offre quelques lourdeurs afin de s’aérer légèrement et permettant également de montrer que le niveau technique du quatuor s’est encore renforcé, car le chant de Laurent Chambe s’est encore étoffé que ce soit en anglais comme en Français (de nombreuses phrases sont en effet dans la langue de Molière), ainsi que le jeu de guitare redoutable de Sébastien Briat, et la frappe mitraillette de Thibaud Pialoux (qui n’a rien à envier à George Kollias) qui ne va pas arrêter une seule seconde. Après ce démarrage tambour battant « Plan To Master The Universe » continue dans cette voie et ne débandera pratiquement pas d’une seconde vu qu’ici on est dans l’ultraviolence totale et sans concessions, qui pendant deux minutes trente fera fuir l’auditeur non-préparé mais qui régalera celui adepte du Death Brutal pur et dur, à l’instar de « Fenring’s Test » qui continue dans cette voie avec la même réussite.

Mais réduire ce disque à un simple tabassage en continu est réducteur, certes le tempo est la plupart du temps très élevé mais les gars savent aussi alourdir leur musique, et même la ralentir légèrement quand il le faut. « Proditoris Gloriosa Finis » montre en effet une facette plus massive et technique qu’auparavant, certes les blasts sont toujours là mais plus discrètement, et se glissent au milieu de passages où ça défouraille sévère, sans jamais perdre sa cohésion et sa puissance initiale. Ce constat continue sur « New Melange For The Real God » où l’équilibre entre les deux extrêmes est total, le tout avec un côté martial qui rajoute à la noirceur environnante et à l’ambiance futuriste qui y règne (via notamment les samples qui servent de conclusion), pour encore un excellent moment, à l’instar du monumental « The Demise Of Ix ». Ce titre représente la quintessence des influences de la bande, et pendant cinq minutes elle va nous offrir un récital de tout son talent sans que jamais l’on ne décroche, et sans aucune redondance, même quand la technique prime sur l’explosivité comme avec « The Great Spice War ». Ici bien que conservant sa force de frappe le groupe a décidé d’éthérer plus son propos tout en proposant plusieurs cassures de rythme, où l’on s’aperçoit du boulot phénoménal accompli par le frappeur derrière son kit qui rivalise aisément avec les meilleurs du genre (à l’instar de ses compères).

Pendant plus de quarante minutes la bande avec son nouveau bébé à la bonne idée d’aller à l’essentiel et de ne pas le rallonger inutilement, tout en surpassant allégrement son prédécesseur, et en signant une des meilleures œuvres hexagonales de l’année en matière d’efficacité et de radicalité. Avec en prime une reprise osée et réussie du « Mirror Mirror » de CANDLEMASS, dans une version boostée aux amphétamines, NEPHREN-KA signe un disque majeur de 2017 particulièrement bien écrit (les textes sont hyper recherchés) où tout est véloce de la première à la dernière seconde, et mis en avant par l’artwork magnifique de Stan W. Decker. Autant dire qu’il n’y a aucune excuse pour passer à côté et ne pas connaître la bande, qui désormais a grimpé dans la hiérarchie et a quitté son statut de jeune espoir prometteur, pour passer dans celui des têtes d’affiche attendues, qui vient de réaliser un sans-faute et conclure ainsi une année remarquable de la part de nos groupes tricolores.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
04/11/2017 13:24
note: 7.5/10
Un bon album effectivement même si je ne serai pas aussi dithyrambique que toi. Je trouve qu'il manque en effet encore un petit truc à la formation pour lui faire passer un cap. Des riffs plus mémorables peut-être. Mais c'est quand même du lourd, avec un niveau technique, une vitesse de jeu et une diversité qui a encore augmenté sur un opus plus mature qui confirme le potentiel du combo.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nephren-Ka
Brutal Death
2017 - Dolorem Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Nephren-Ka
Nephren-Ka
Brutal Death - 2006 - France
  

tracklist
01.   Watch And Learn
02.   Plan To Master The Universe
03.   The Demise Of Ix
04.   Proditoris Gloriosa Finis
05.   Idar Fen Adijica
06.   New Melange For The Real God
07.   The Great Spice War
08.   Fenring's Test
09.   From High Hopes To Failure Complete
10.   Mirror Mirror (Candlemass Cover)

Durée : 41 minutes

line up
parution
13 Octobre 2017

voir aussi
Nephren-Ka
Nephren-Ka
Revenge And Supremacy (EP)

2010 - Autoproduction
  
Nephren-Ka
Nephren-Ka
The Fall Of Omnius

2013 - Kaotoxin Records
  

Essayez aussi
Infinitum
Infinitum
The Sixth Extinction

2012 - Obsidian Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Whisper Supremacy

1998 - Century Media
  
Suffocate Bastard
Suffocate Bastard
Acts Of Contemporary Violence

2007 - Revenge Productions
  
Brain Drill
Brain Drill
Apocalyptic Feasting

2008 - Metal Blade
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Promo 2007 (Promo)

2008 - Autoproduction
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique