chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kawir - Exilasmos

Chronique

Kawir Exilasmos
(Εξιλασμός)

Est-ce nécessaire de faire une chro de KAWIR quand pour se rendre compte de la qualité de la formation il n’y a qu’à ouïr ?

Oui, je commence par un jeu de mot, je suis gai. Et c’est un peu à cause de cet album disons-le. Le septième, sorti dans la foulée du précédent, Father Sun Mother Moon (2016) ! Mais alors que le laps de temps est pratiquement insignifiant, difficile de dire que les 6 pistes de cet Exilasmos en sont les fiers successeurs. Au contraire, il est amusant de remarquer un bon gros virage, qui se transforme même en demi-tour, et qui laisse sur le côté beaucoup d’éléments folk traditionnels qui envahissaient les compositions récentes. Ah attention, je renvoie à la chronique pour rappeler que j’avais apprécié le résultat. Un KAWIR clair qui se faisait très entrainant était loin d’être mauvais ! J’avais commencé ma chro en disant : « Raaaah les membres de KAWIR se sont transformés en sales hippies païens qui dansent dans les ruines ! », tout en avouant que je m’étais pris au jeu.

Et bien c'est l’effet contraire qui m’a cueilli à la première écoute cette fois-ci :

« Bah, ils ont rangé leurs instruments nos bardes épiques !? ». Oui, mais pas trop loin. Ils vnot les sortir, mais à de rares occasions maintenant. Et de façon moins grossière, plus réfléchie. Le groupe, toujours mené par l’infatigable Therthonax depuis 1993, ne veut plus es grosses ficelles, et retrouve pour le coup un côté sombre et agressif qui manquait. En écoutant distraitement et en parlant trop vite, on dirait même qu'il a perdu de la saveur. Ce serait s'être baigné trop longtemps dans les sons pouet pouet et la crème partout du précédent. Certes, cet album est moins évident, moins envolé, moins lyrique, moins instantané en fait. Et en plus, KAWIR a décidé de mettre la piste la plus dégoulinante au début. « Lykaon » n’est pas là pour faire beau, et il n’y a que son final qui trahit le goût toujours présent de la formation pour des ajouts qui prennent au ventre. C’est un solo démentiel. Il passe inaperçu quand on n’est pas concentré, il devient indispensable sinon.

Et finalement plus l’album avance, plus on l'écoute, et plus on y voit des couleurs. C’est parfois bien léger, comme la deuxième piste « Oedipus » et ses chœurs plus virils. Encore plus sur la suivante « Tantalus » qui clot la moitié de l’album sur un goût noir... Mais les trois derniers morceaux vont être des explosions vives. Toujours sur une base violente et rentre-dedans, les riffs sont incisifs, et tournent même au heavy sur « Orestes ». Bonne piste qui vole même quelques lignes de chœurs à IRON MAIDEN : « Ohohoh ohoho Ohoh !! ». Mais c’est « Agamemnon » qui offre le plus d’ouvertures, avec le retour des instruments traditionnels disparus, des chœurs encore plus présents et des mélodies très accessibles. Cette piste satisfera les fans des dernières sorties. Semblera trop envolée aux autres.

Au final, KAWIR revient à du moins évident, tout en cachant des caresses dans les recoins, comme c'était le cas sur Godlike en fait. Il montre encore l’envie et la capacité de produire des compositions fortes et directes. C'est plaisant, même si Exilasmos n’est pas le meilleur album des Grecs, mais ce serait gonflé de le leur reprocher après la belle carrière qu’ils ont su poursuivre en plus de 20 ans d’existence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
04/11/2017 20:06
Écouté vite fait et je me retrouve bien dans ta chro.
Le final du premier morceau m'a foutu sur le céans. A partir de là tu te dis que peu importe ce qui va suivre, ça ne pourra que bien se passer.

Au final sans être exceptionnel, ça paraît être de nouveau un album solide des grecs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kawir
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.75/10

plus d'infos sur
Kawir
Kawir
Black Metal - 1993 - Grèce
  

nouveaute
A paraître le 3 Novembre 2017

écoutez
tracklist
01.   Lykaon
02.   Oedipus
03.   Tantalus
04.   Thyestia Deipna
05.   Agamemnon
06.   Orestes

Durée : 41:05

voir aussi
Kawir
Kawir
Isotheos

2012 - Deathrune Records
  
Kawir
Kawir
Father Sun Mother Moon

2016 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Nécropole
Nécropole
Ostara (Démo)

2015 - Résilience
  
Apoptosis
Apoptosis
From Fall to Winter Solstice

2008 - Autoproduction
  
Inquisition
Inquisition
Obscure Verses for the Multiverse

2013 - Season Of Mist
  
Blood Of Kingu
Blood Of Kingu
Sun In The House Of Scorpion

2010 - Candlelight Records
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Onwards to the Spectral Defile

1999 - Osmose Productions
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique