chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kawir - Exilasmos

Chronique

Kawir Exilasmos
(Εξιλασμός)

Est-ce nécessaire de faire une chro de KAWIR quand pour se rendre compte de la qualité de la formation il n’y a qu’à ouïr ?

Oui, je commence par un jeu de mot, je suis gai. Et c’est un peu à cause de cet album disons-le. Le septième, sorti dans la foulée du précédent, Father Sun Mother Moon (2016) ! Mais alors que le laps de temps est pratiquement insignifiant, difficile de dire que les 6 pistes de cet Exilasmos en sont les fiers successeurs. Au contraire, il est amusant de remarquer un bon gros virage, qui se transforme même en demi-tour, et qui laisse sur le côté beaucoup d’éléments folk traditionnels qui envahissaient les compositions récentes. Ah attention, je renvoie à la chronique pour rappeler que j’avais apprécié le résultat. Un KAWIR clair qui se faisait très entrainant était loin d’être mauvais ! J’avais commencé ma chro en disant : « Raaaah les membres de KAWIR se sont transformés en sales hippies païens qui dansent dans les ruines ! », tout en avouant que je m’étais pris au jeu.

Et bien c'est l’effet contraire qui m’a cueilli à la première écoute cette fois-ci :

« Bah, ils ont rangé leurs instruments nos bardes épiques !? ». Oui, mais pas trop loin. Ils vnot les sortir, mais à de rares occasions maintenant. Et de façon moins grossière, plus réfléchie. Le groupe, toujours mené par l’infatigable Therthonax depuis 1993, ne veut plus es grosses ficelles, et retrouve pour le coup un côté sombre et agressif qui manquait. En écoutant distraitement et en parlant trop vite, on dirait même qu'il a perdu de la saveur. Ce serait s'être baigné trop longtemps dans les sons pouet pouet et la crème partout du précédent. Certes, cet album est moins évident, moins envolé, moins lyrique, moins instantané en fait. Et en plus, KAWIR a décidé de mettre la piste la plus dégoulinante au début. « Lykaon » n’est pas là pour faire beau, et il n’y a que son final qui trahit le goût toujours présent de la formation pour des ajouts qui prennent au ventre. C’est un solo démentiel. Il passe inaperçu quand on n’est pas concentré, il devient indispensable sinon.

Et finalement plus l’album avance, plus on l'écoute, et plus on y voit des couleurs. C’est parfois bien léger, comme la deuxième piste « Oedipus » et ses chœurs plus virils. Encore plus sur la suivante « Tantalus » qui clot la moitié de l’album sur un goût noir... Mais les trois derniers morceaux vont être des explosions vives. Toujours sur une base violente et rentre-dedans, les riffs sont incisifs, et tournent même au heavy sur « Orestes ». Bonne piste qui vole même quelques lignes de chœurs à IRON MAIDEN : « Ohohoh ohoho Ohoh !! ». Mais c’est « Agamemnon » qui offre le plus d’ouvertures, avec le retour des instruments traditionnels disparus, des chœurs encore plus présents et des mélodies très accessibles. Cette piste satisfera les fans des dernières sorties. Semblera trop envolée aux autres.

Au final, KAWIR revient à du moins évident, tout en cachant des caresses dans les recoins, comme c'était le cas sur Godlike en fait. Il montre encore l’envie et la capacité de produire des compositions fortes et directes. C'est plaisant, même si Exilasmos n’est pas le meilleur album des Grecs, mais ce serait gonflé de le leur reprocher après la belle carrière qu’ils ont su poursuivre en plus de 20 ans d’existence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
04/11/2017 20:06
Écouté vite fait et je me retrouve bien dans ta chro.
Le final du premier morceau m'a foutu sur le céans. A partir de là tu te dis que peu importe ce qui va suivre, ça ne pourra que bien se passer.

Au final sans être exceptionnel, ça paraît être de nouveau un album solide des grecs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kawir
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.7/10

plus d'infos sur
Kawir
Kawir
Black Metal - 1993 - Grèce
  

écoutez
tracklist
01.   Lykaon
02.   Oedipus
03.   Tantalus
04.   Thyestia Deipna
05.   Agamemnon
06.   Orestes

Durée : 41:05

parution
3 Novembre 2017

voir aussi
Kawir
Kawir
Isotheos

2012 - Deathrune Records
  
Kawir
Kawir
Father Sun Mother Moon

2016 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Hoth
Hoth
Oathbreaker

2014 - Autoproduction
  
Nehëmah
Nehëmah
Requiem Tenebrae

2004 - Oaken Shield
  
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Krolok
Krolok
Flying Above Ancient Ruins

2017 - Hexencave Productions
  
Revenge
Revenge
Behold.Total.Rejection

2015 - Underground Activists
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique