chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Monarch! - Never Forever

Chronique

Monarch! Never Forever
« Monarch! est le meilleur groupe du monde. Et Never Forever est son meilleur album. »

Voilà grosso modo ce que j'ai pu répéter autour de moi à tue-tête – au point d'en perdre quelques amis mais rien de grave : ils n'écoutaient pas Monarch! – et, honnêtement, je ne vois pas quoi dire d'autre. Car quoi ajouter à propos des Français ? Qu'ils sont si étranges qu'on se demande si Bayonne n'est pas en Finlande ou au Japon ? Que leur amour du metal est si pur derrière leur goût pour la pop – alors comme ça, il paraît qu'on adore Weezer ? Pas moi qui vais vous le reprocher... – qu'on en vient à les mettre en exemple de ce pour quoi on écoute et écoutera toujours des personnes qui braillent et qui jouent fort ? Ou alors le sempiternel concours de bite façon « ils ont été plus loin que tout le monde dans le doom et reviennent mettre une claque aux extrémistes comme quelqu'un n'ayant plus rien à prouver » ? Pensez-vous, les concours de bite, Monarch! n'en a cure, malgré qu'il aime répéter en concert qu'il a des érections à la Turbonegro !

Il n'y a rien d'autre à dire : Monarch! est le meilleur groupe du monde. Et Never Forever est son meilleur album. Un album beau, évidemment, parfait, autant que possible dans cette réalité-ci, incroyable, puisqu'il n'y a rien à croire et tout à trouver dans ces soixante-sept minutes. Un album qui réalise toutes les promesses d'harmonie laissées par Sabbracadaver. Un album qui est comme rencontrer une version magnifiée du Gracefallen de Unholy en même temps qu'une allitération de Warning remplaçant la sensiblerie de l'homme qui se met à nu par la tranquillité altière de la femme qui, elle, tutoie le sentiment sans grandiloquence, avec une justesse intelligible, crue. Un album de doom dans ce qu'il peut avoir de plus punk, haillons et ailleurs, sans fard, la poésie naïve d'une enfant qui joue dans la boue habillée de sa plus éclatante robe blanche...

Et quoi ? Vous voulez que je m'invente le guide touristique de ces lieux en explicitant les raisons de ce génie ? Que je dise qu'ils sont allés voir du côté de Loss et Tyranny et en ont rapporté des hurlements délicieux d'outre-tombe ? Qu'ils n'ont jamais sonnés aussi pop, aussi shoegaze et cependant aussi doom ? Faire l'état du compteur EDF, appuyer que question amplification, il y a des secondes ayant de quoi alimenter une centrale pour l'année à venir ? Ou alors nommer une nouvelle fois l'ensemble des formations à écriture inclusive, celles qu'il est bon d'évoquer quand on cause émotions et voix aussi enjôleuses que maléfiques ? Et pourquoi pas des citations d'auteurs tiens, de belles phrases pour une belle musique, même si cette dernière s'en passe bien ? Mes excuses, voyez que je m'énerve tout seul alors que vous êtes sans doute venus par ici avec le seul but d'avoir un peu de lecture pour accompagner votre café. Mais Monarch! est le meilleur groupe du monde, et si peu s'en rendent compte... Bah !

Assez. En entendant ces morceaux qui mélangent de leur alchimie secrète des symboles contraires – loups, agneaux, bas, haut, lune, soleil, naissance, éternité... –, il n'y a décidément rien à dire. Rien, seulement quelques déclinaisons des émotions totales qui nous traversent, quelques leads de guitares à se remémorer – bon courage pour choisir lesquelles à ceux qui se lanceront dans le signalement de « moments forts » au sujet de Never Forever ! – ou seulement à penser à ce longue-durée comme on rêvasse, absent au monde, enfermé dans son esprit mais libéré de tout ce qui nous entoure. Tout de même, il va falloir arrêter de s'extasier et oser une filiation, puisque Monarch! est en vérité ici semblable à une chose qu'on connaît bien : ce clair-obscur dans lequel on évolue à l'apparition des premiers éclats de lumière, rose et bleu-nuit effectuant leur quotidienne discussion dans le ciel, l'activité de la ville tremblotante, s'étirant, se dégourdissant les jambes, bienheureuse, offerte et chimérique à ses promeneurs qui, en retour, ont le pas lourd et lent ainsi qu'un sourire serein avant que commence la journée. Oui, Never Forever, s'il doit ressembler à quelque chose, ne se rapproche pas d'un autre projet ou d'histoires de beau sabbat, de belle tristesse, de belle soirée... Mais d'un beau début de matin qui ne semble jamais finir, où les rêves trouvent une suite.

Enfin, que ça ne vous fasse pas oublier l'essentiel concernant ce disque simple et pourtant désarmant, qui me fait bafouiller et tortiller les mots là où j'aimerai être à sa mesure : Monarch! est le meilleur groupe du monde. Et Never Forever est son meilleur album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
18/11/2017 10:31
Je serais nettement plus réservé.

J'avais adoré la flie, le jusqu'au boutisme, l'extrêmisme musical, l'audace sonore et visuelle de Speak of the Sea et de Mer Morte. Mais le format aidait beaucoup (30 minutes environ) à l'immersion, à l'ivresse rapide.

Sur plus d'une heure, l'ambiance peine à s'installer et une certaine redondance, comme nostalgique des débuts, se fait jour, à mon sens.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Monarch!
Drone / Doom Metal atmosphérique
2017 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (6)  9.25/10
Webzines : (3)  7.55/10

plus d'infos sur
Monarch!
Monarch!
Drone / Doom Metal atmosphérique - 2002 - France
  

vidéos
Song to the Void
Song to the Void
Monarch!

Extrait de "Never Forever"
  

tracklist
01.   Of Night, With Knives
02.   Song to the Void
03.   Cadaverine
04.   Diamant Noir (reprise de Kiss)
05.   Lilith

Durée : 67 minutes 39 secondes

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Birushanah / Monarch!
Birushanah / Monarch!
Split (Split 12")

2017 - Music Fear Satan
  
Monarch!
Monarch!
Sabbracadaver

2014 - Profound Lore Records
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique